AccueilConcepts spatiaux et chrononymes : des enjeux culturels, économiques et politiques

Concepts spatiaux et chrononymes : des enjeux culturels, économiques et politiques

Concepts of space and period: cultural, economic and political issues

*  *  *

Publié le mercredi 21 mai 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Orient, pays émergents, banlieue. Époque hellénistique, Haut Moyen Âge, Belle Époque. Les concepts spatiaux et les chrononymes font l’objet d’un permanent travail de construction et de remises en cause par les sociétés et les historiens qui les étudient. Cette journée d’études doctorales de l’équipe d’accueil 1571 (« Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés ») vise, à partir de cas précis et concrets, à enrichir une réflexion historique et historiographique sur la manière dont ces termes, dont l’extension ou la pertinence varie selon les périodes, permettent ou, au contraire, empêchent de penser des réalités passées complexes.

Annonce

Argumentaire

Orient, pays émergents, banlieue. Époque hellénistique, Haut Moyen Âge, Belle Époque. Les concepts spatiaux et les chrononymes constituent deux catégories de mots qui font l’objet d’un permanent travail de construction et de remises en cause par les sociétés et les historiens qui les étudient.

L’historien est amené à situer les phénomènes sur lesquels il travaille à partir de sources précises dans des cadres spatiaux et temporels dont beaucoup, conçus dans des contextes et des buts particuliers, sont également chargés de représentations. Il contribue alors souvent à leur (dé-)construction en en montrant les limites. Aussi ces cadres de pensée ont-ils vocation à être dépassés afin de toujours mieux rendre compte des réalités passées.

La construction, par les sociétés passées elles-mêmes, à partir à la fois de faits tangibles et de représentations, de concepts spatiaux et de chrononymes a souvent été intrinsèquement liée à celle de leur identité collective. Ainsi la manière de penser le temps et l’espace a-t-elle été utilisée à des fins non seulement culturelles mais aussi politiques et économiques.

Cette journée d’études doctorales de l’Équipe d’accueil 1571 (« Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés ») vise, à partir de cas précis et concrets, à enrichir une réflexion historique et historiographique, que tout doctorant est conduit à mener dans le cadre de ses travaux, sur la manière dont ces termes, dont l’extension ou la pertinence varie selon les périodes, permettent ou, au contraire, empêchent de penser des réalités passées complexes.

Par exemple, les recherches d’Edward W. Said sur l’impérialisme, l’orientalisme et l’Orient ont montré à quel point ce dernier terme, peu précis, était consubstantiellement lié à un système de représentations. Forgé par des puissances (auto-)présentées comme « occidentales » – en particulier la France, l’Angleterre et les États-Unis d’Amérique –, selon un raisonnement binaire (Orient/Occident), ce système a contribué à la construction de l’unité géographique et culturelle de l’« Orient » en se fondant, en partie, sur des préjugés et a ainsi pu constituer un moyen de domination.

Lors de cette rencontre au cours de laquelle les quatre périodes de l’histoire feront l’objet de communications, divers thèmes, nécessairement centrés sur la question des concepts spatiaux et/ou des chrononymes, pourront être abordés, parmi lesquels :

  • les enjeux culturels, politiques et/ou économiques des conceptions du temps et de l’espace par les sociétés passées et les historiens ;
  • l’intérêt et les limites des périodisations conventionnelles et « vives », pour reprendre l’expression d’Antoine Prost, ainsi que des concepts spatiaux ;
  • les difficultés rencontrées par les chercheurs menant des études qui dépassent les cadres conventionnels ;
  • plus généralement, la manière de penser les ruptures, les continuités et les évolutions géographiques et chronologiques.

Au cours de cette journée qui se tiendra le lundi 13 octobre 2014 à l’Université Paris 8, deux chercheurs de notre laboratoire, Claudia Moatti, professeur d’histoire romaine, et Juliette Bourdin, maître de conférences en civilisation américaine, présenteront respectivement des réflexions sur les concepts de Méditerranée et d’Ouest américain.

Modalités de proposition

Nous invitons les doctorant(e)s et jeunes docteurs qui le souhaiteraient, qu’ils soient membres de notre laboratoire ou non, à nous envoyer des propositions de communication d’un maximum de 300 mots à l’adresse p.ernst@neuf.fr  avant le 30 mai 2014. Nous nous tenons à leur disposition pour toute question. Un comité scientifique composé d’enseignants-chercheurs titulaires de notre laboratoire procédera alors à la sélection des interventions dont la durée est fixée à 25 minutes.

Ainsi espérons-nous susciter une réflexion commune entre des doctorant(e)s et jeunes docteurs qui, issus de différentes institutions et travaillant sur des thèmes variés, sont confrontés aux mêmes difficultés dans leur approche de l’espace et du temps.

Les organisateurs de la journée

Composition du comité scientifique

  • Emmanuelle de Champs, maître de conférences hdr en histoire britannique.
  • Joël Chandelier, maître de conférences d’histoire médiévale.
  • Marie-Anne Matard-Bonucci, professeur d’histoire contemporaine.
  • Claudia Moatti, professeur d’histoire romaine.
  • Catherine Saliou, professeur d’histoire romaine et directrice de l’EA 1571.

Lieux

  • 2, rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • vendredi 30 mai 2014

Mots-clés

  • concepts géographiques, chrononymes, concepts spatiaux

Contacts

  • Paul Ernst
    courriel : p [dot] ernst [at] neuf [dot] fr

Source de l'information

  • Paul Ernst
    courriel : p [dot] ernst [at] neuf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Concepts spatiaux et chrononymes : des enjeux culturels, économiques et politiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 21 mai 2014, http://calenda.org/287904