AccueilBig data, entreprises et sciences sociales

Big data, entreprises et sciences sociales

Usages et partages des données numériques de masse

*  *  *

Publié le lundi 02 juin 2014 par Rémi Boivin

Résumé

L’objectif général de cette journée est d'éclairer les enjeux socio-économiques et scientifiques des nouvelles possibilités d’analyse de données numériques. Les trois axes de la journée d’études sont conçus pour 1) dresser un panorama des usages académiques et instrumentaux des données numériques de masse, 2) aborder les « Big data » en tant que terrains d’enquêtes pour les sciences sociales, et 3) interroger le potentiel des données numériques de masse comme outils de recherche en sciences sociales.

Annonce

Argumentaire

La production en masse de données numériques a rapidement ouvert la possibilité d’exploiter des informations en quantités inédites. De nombreuses activités humaines peuvent désormais être analysées avec de nouveaux moyens. Les traces numériques des usagers des moteurs de recherche, des réseaux sociaux ou des sites d’achat en ligne engendrent une masse d’informations sans précédent, non seulement sur les usages d’internet en général, mais aussi sur les centres d’intérêts des individus, leurs pratiques de consommation, ou leurs orientations politiques ou religieuses. Au-delà d’internet, une production comparable de données numériques de masse est assurée par un nombre croissant d’objets connectés (capteurs de présence humaine, systèmes de géolocalisation, relevés de consommation d’électricité, systèmes de mobilité urbaine de type Vélib, etc.). L’expression « Big data » est alors souvent mobilisée pour désigner ce phénomène.
Organisée autour de trois grands axes de réflexions, cette journée d’études a pour objectif général d’éclairer les enjeux de ces développements pour les sciences sociales. La démarche consiste en premier lieu à dresser un panorama des usages sociaux des données numériques de masse, qu’ils soient strictement académiques ou qu’ils soient plus instrumentaux, sans oublier de replacer ces usages dans une perspective sociohistorique. Cela conduit en particulier à interroger la pertinence des propos sur le caractère « révolutionnaire » du phénomène. Dans un second temps, les « Big data » seront abordées en tant que terrains d’enquêtes pour les sciences sociales : que donnent à voir ces objets sur le monde social dans lequel ils se déploient, et comment peut-on les étudier ? Enfin, il sera question d’aborder les données numériques de masse comme outils de recherche en sciences sociales : quelles perspectives ouvrent-elles à la sociologie, à l’économie, aux sciences humaines, et quels problèmes pratiques de stockage, d’exploitation ou d’interprétation soulèvent-elles ? À partir de cette approche, il est question d’aborder de manière transversale les usages et les partages des données numériques de masse, qu’ils soient orientés vers des fins commerciales, scientifiques ou évaluatrices. Ce sera l’occasion d’envisager les éventuelles incidences de l’industrialisation des données massives sur les activités économiques, politiques et scientifiques : fait-elle émerger de nouveaux marchés, de nouvelles modalités d’action publique, de nouvelles pratiques de recherche ?

Programme

9h00 – 9h15    Introduction (Pierre-Michel Menger et Simon Paye, Collège de France)
9h15 – 9h45    Conférence d'ouverture (Serge Abiteboul, INRIA)

10h00 – 12h00 Session 1 : « Big data », entre usages instrumentaux et usages académiques : un panorama des évolutions

  • Bernard Harcourt (Université de Chicago/EHESS) : Gouverner, échanger, sécuriser : Le Big Data et la production du savoir numérique
  • Jérôme Denis et Samuel Goeta (Télécom ParisTech) : La fabrique des données ouvertes. Avènement de l’open data et travail en coulisses.
  • Guillaume Tiffon (Centre Pierre Naville) : La contribution des internautes à la production de données massives : un travail ?

13h00 – 15h00 Session 2 : Les « Big data » comme terrain d'enquêtes en sciences sociales

  • Franck Cochoy et Jean-Sébastien Vayre (CERTOP) : Les big data à l’assaut du marché des dispositifs marchands : une mise en perspective historique
  • Eric Dagiral et Sylvain Parasie (CERLIS/LATTS) : La « science des données » à la conquête des mondes sociaux
  • David Pontille et Didier Torny (CSI/INRA) : Jeux de données et manufactures bibliométriques

15h30 – 17h30 Session 3 : Les « Big data », nouvel outil de recherche en sciences sociales ?

  • Jean-Samuel Beuscart (SENSE, Orange Labs) : Des données du Web pour faire de la sociologie… du Web ?
  • Etienne Ollion (CMH) : Les sciences sociales n’ont pas (vraiment) besoin des big data
  • Dominique Boullier (Médialab, Sciences Po) : Les traces numériques : nouveau monde, nouveau marché,  nouvelles sciences sociales

17h30 – 18h00     Conclusions (Pierre-Michel Menger, Collège de France)

Lieux

  • Collège de France, amphithéâtre Maurice Halbwachs - 11, place Marcelin-Berthelot
    Paris, France (75005)

Dates

  • lundi 02 juin 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Big data, humanités numériques, méthodes, traces numériques, sciences sociales, entreprises

Contacts

  • Simon Paye
    courriel : simon [dot] paye [at] sciences-po [dot] fr

Source de l'information

  • Simon Paye
    courriel : simon [dot] paye [at] sciences-po [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Big data, entreprises et sciences sociales », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 02 juin 2014, http://calenda.org/288173