AccueilEspaces scolaires et éducatifs

Espaces scolaires et éducatifs

Espacios escolares y educativos

School and Educational Spaces

Revue Espaces et Sociétés

*  *  *

Publié le mercredi 04 juin 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Les mouvements de massification scolaire constatés dans la plupart des systèmes éducatifs des cinquante dernières années ont considérablement transformé les enjeux liés aux espaces scolaires et éducatifs. On observe une recomposition de ces espaces qui interrogent l’articulation des missions traditionnelles de l’école autour de l’instruction et de la transmission des apprentissages, avec des prises en charge éducatives plus larges qui répondent à de nouvelles problématiques. Ce numéro s'intéresse aux modalités de recomposition des espaces scolaires et éducatifs en rapport avec la prise en charge locale (collectivités locales et territoriales, associations communautaires ou de proximité, mouvements d’éducation populaire…) des problématiques sociales et scolaires qui marquent l'école contemporaine. Dans un contexte concurrentiel où les espaces urbains et scolaires sont de plus en plus hiérarchisés, où les frontières intérieures à l’école se renforcent, où les frontières extérieures sont mouvantes, nous interrogeons les liens entre les ségrégations spatiales, les parcours scolaires et les formes de traitement des nouvelles problématiques éducatives.

Annonce

Argumentaire

Les mouvements de massification scolaire constatés dans la plupart des systèmes éducatifs des cinquante dernières années ont considérablement transformé les enjeux liés à l’espace scolaire. Que ce soit dans les pays occidentaux à partir des années 1980 pour le second degré, en Amérique Latine à partir des années 1990 dans le premier puis le second degré, ou dans de très nombreux pays des continents africain et asiatique, l’accroissement de la scolarisation est conjugué à l’aggravation des inégalités sociales de réussite à l’école. Si l'école est confortée dans ses fonctions de socialisation et d'encadrement de la jeunesse, si les niveaux de formation des nouvelles générations sont supérieurs à ceux des précédentes, si les aspirations à la démocratisation scolaire sont partagées et se sont imposées comme un enjeu majeur de développement économique voire démocratique, aucun système éducatif ne parvient à conjurer les inégalités sociales de réussite. Le poids du diplôme est démultiplié dans la logique de distribution des positions sociales, alors que la distance qui sépare les publics issus des classes populaires des normes scolaires ordinaires ne semble pas se réduire. L’arrivée de ces élèves entraîne dans son sillage la mise en avant d’un certain nombre de difficultés interprétées comme le résultat de l’intrusion dans l’espace scolaire de problématiques sociales. Ces dernières participent d’une recomposition des espaces scolaires et éducatifs autour de nouvelles préoccupations qui interrogent l’articulation des missions traditionnelles de l’école autour de l’instruction et de la transmission des apprentissages, avec des formes éducatives plus larges. L'échec scolaire, la violence à l'école, le décrochage scolaire, les discriminations de tout ordre dans l’espace scolaire sont quelques-unes de ces nouvelles problématiques.

En France, la référence nationale qui fonde l'organisation d'une école républicaine indifférenciatrice est débordée par la mobilisation nouvelle de l'échelon local pour gérer les difficultés scolaires. Cette transformation suit un mouvement international de recomposition des modes de régulation des systèmes scolaires, caractérisé par une forme de libéralisation de l’offre scolaire entraînant la transformation des politiques publiques en éducation. On doit pouvoir interroger les effets de ces nouvelles politiques en termes de spatialisation des problèmes sociaux dans et autour de l’école, en lien avec des processus de ségrégation qui déterminent des modalités plurielles de prise en charge locale. En particulier, de nouvelles formes d'organisation scolaire se constituent autour de la démultiplication des dispositifs locaux, qui sont perçus comme autant de moyens de répondre à l’hétérogénéité des publics, à des contraintes locales perçues comme spécifiques. L’accroissement de l’autonomie des établissements participe à la structuration de politiques locales, en lien avec les spécificités supposées des territoires. Cette relocalisation de l'action scolaire et éducative s’appuie aussi sur l'implication des collectivités locales et territoriales, des associations communautaires ou de proximité, des mouvements d’éducation populaire et d’empowerment, auparavant engagés dans d'autres formes d'encadrement de la jeunesse et qui se mobilisent désormais sur la prise en charge de ces problématiques scolaires, notamment celles liées à l’exclusion/réintégration.

Ce numéro s'intéresse ainsi aux modalités de recompositions des espaces scolaires et éducatifs en rapport avec la prise en charge des problématiques sociales et scolaires qui marquent l'école contemporaine. Dans un contexte concurrentiel où les espaces urbains et scolaires sont de plus en plus hiérarchisés, où les frontières intérieures à l’école se renforcent, où les frontières extérieures évoluent, nous interrogeons les liens entre les ségrégations, les parcours scolaires et les formes de prises en charge des nouvelles problématiques éducatives. Trois entrées sont proposées pour aborder cette question.

On s'interrogera d’abord sur les modalités de construction et les caractéristiques des politiques de lutte contre les inégalités sociales de réussite à l'école. Quels sont les espaces et les échelons mobilisés ? Sous quelles formes se déclinent ces politiques ? Quels sont les contextes de leur mise en place et les conditions de leur réussite relative ? Que cherchent-elles et que disent-elles des mouvements de recomposition des espaces scolaires et éducatifs ? En particulier, des recherches qui portent sur les nouvelles formes de l'éducation prioritaire et compensatoire, le développement de dispositifs éducatifs en lien avec l'école ou des formes spécifiques d'encadrement des élèves pourront être mobilisés en privilégiant les problématiques spatiales.

Un deuxième axe de développement est proposé autour des enjeux de recomposition des espaces scolaires et éducatifs à l'échelle des établissements. On cherchera à comprendre quelles sont les évolutions notables et les transformations des formes de prise en charge éducative et scolaire. En particulier, quelle attention est portée aux « spécificités locales » et quels effets sur les pratiques et cultures professionnelles ? La division du travail éducatif dans ces établissements est-elle spécifique et que dit-elle du modèle de l'école unique ? Quelles évolutions ou continuités de la forme scolaire face à la prise en charge de ces problématiques ? Quels sont les effets de la ségrégation sociale et spatiale à l’intérieur des établissements scolaires, en particulier en ce qui concerne les parcours des élèves ? Comment les élèves et les familles perçoivent-ils cette spatialisation des problèmes sociaux et quelles sont les conséquences des logiques de concurrence entre (micro-)espaces scolaires ?

Enfin, un troisième axe de contribution portera sur les formes de prise en charge des problématiques scolaires en dehors de l'école ordinaire. Comment se définissent les nouveaux espaces de prises en charge des problématiques éducatives et scolaires ? Quelles formes d'expérimentation sont proposées ? Quels liens avec les espaces traditionnels de l'école ? Observe-t-on la structuration d'espaces de co-éducation ou l'avènement d'une forme d'externalisation ou de sous-traitance ?

Chacune de ces entrées pourra être abordée à partir de la présentation de résultats de travaux de recherche inscrits dans des dispositifs méthodologiques et des terrains variés, en France ou à l’étranger.

Conditions de soumission

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition peuvent contacter les coordinateurs.

La revue ne demande pas de propositions d’articles, mais directement les articles.

Les articles ne dépassent pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant : texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.

Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro.

Les normes de présentation et les conseils aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue : http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/conseils.html

 

Calendrier

 

15 décembre 2014 : date limite de remise des articles

 

15 janvier 2015: information des auteurs

 

Adresse pour la correspondance : exclusivement en version électronique par courriel aux deux adresses suivantes :

 

  • thomas.sauvadet@u-pec.fr
  • benjamin.moignard@u-pec.fr

Coordinateurs scientifiques

  • Thomas Sauvadet
  • Benjamin Moignard

Comité de rédaction

  • Jean-Yves Authier,
  • Christian Azaïs,
  • Bernard Barraqué,
  • Fatiha Belmessous,
  • Catherine Bidou-Zachariasen,
  • Maurice Blanc,
  • Florence Bouillon,
  • Alain Bourdin,
  • Olivier Chadoin,
  • Anne Clerval,
  • Jérôme Dubois,
  • Joëlle Jacquin,
  • Leïla Kebir
  • Albert Lévy,
  • Jérôme Monnet,
  • Stéphane Nahrath,
  • Jean Remy,
  • Thomas Sauvadet,
  • Stéphanie Vermeersch

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • lundi 15 décembre 2014

Mots-clés

  • educación, escuela, segregación, juventud, desigualdad, education, school, segegation, youth, inequality, éducation, école, ségrégation, jeunesse, inégalité

Contacts

  • Joëlle Jacquin
    courriel : Espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Joëlle Jacquin
    courriel : Espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Espaces scolaires et éducatifs », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 juin 2014, http://calenda.org/289081