Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Genre et santé

Gender and Health

*  *  *

Publié le jeudi 03 juillet 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe / genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

This symposium will examine various modalities for incorporating sex/gender differences into our comprehension of the normal and the pathological, biology’s effects on gender, and gender’s on biology. The goal will also be to question the systematic nature of the bipartition of the population by sex in order to expose social inequalities in terms of health, at a time when the distinction between sex and gender is something that is becoming analyzed in an ever more complex manner.

Annonce

Argumentaire

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier : les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies. L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers « féminins », stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers « masculins », alcoolisme, tabagisme, etc.).

Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de constater que les recherches se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine.  De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.

Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.

Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment  les rôles sociaux liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.

On analysera en particulier la façon dont le genre participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (2 pages) accompagnées d’un CV seront déposées via le formulaire ouvert sur le site internet de l’IEC : http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246

avant le 30 septembre 2014.

Elles devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes :

  • Genre, maladie cardio-vasculaire et vieillissement
  • Genre et santé au travail
  • Genre et cancer
  • Genre et santé mentale
  • Genre et santé sexuelle

Le colloque est organisé par l'Institut Emilie du Châtelet, en partenariat avec l'Inserm. Il se tiendra le 8 et 9 juin 2015.

Comité scientifique

Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Comité d’organisation

Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).

Argument

Compared to other areas of social life in the political, professional and family spheres, inequalities in terms of health stand out because of one unusual feature: women’s position seems to be more favorable, since their life expectancy is greater than men’s. However, while women do live longer than men, they spend more years in poor health, and present morbidity rates that are distinctly different from men’s, at different ages and for a number of pathologies. The history of female bodies can be marked by both their biological sex (diseases related to pregnancy and childbirth, reproductive-organ cancers) and by their gender (effects of “feminine professions”, stress related to the double burden of domestic and professional tasks, physical and psychological violence, etc.). The history of male bodies also reflects both biology (male genital cancers) and gender relations (effects of “masculine professions”, drinking, smoking etc.).

While sex-based differences are well-established in public-health research, it cannot be denied that studies designed to understand these differences through a gender perspective are still rare, particularly in France. A naturalist interpretation of gender stereotypes, which still holds sway even in prestigious scientific journals, tends to reify the idea of a female constitution that is different from a male constitution. Thus health disparities between the sexes are still often interpreted through the lens of women’s or men’s physical constitutions, without questioning the influence of masculine and feminine representations, or of gendered social practices, on the articulation between different forms of inequality and power relationships.

The fact that the gender dimension is so rarely taken into account in the health field correlates with France’s relatively late adoption of this analytical framework, particularly in reference to the articulation of gender with other social relationships. But it is also because gender is rarely considered as a social relationship that produces health inequalities.

This symposium will examine various modalities for incorporating sex/gender differences into our comprehension of the normal and the pathological, biology’s effects on gender, and gender’s on biology. The goal will also be to question the systematic nature of the bipartition of the population by sex in order to expose social inequalities in terms of health, at a time when the distinction between sex and gender is something that is becoming analyzed in an ever more complex manner.

The goal of this multi-disciplinary symposium is also to understand how social roles related to gender tend to influence the way in which women and men are (i) differently exposed to health problems, (ii) how women and men represent the issues that affect them (iii) and whether or not they enter the health-care system, (iv) and how health professionals’ responses differ depending on their patients’ sex.

We will focus in particular on the way in which gender contributes to psychological disorders, representations of diseases like cancer and cardio-vascular affections, and issues of sexual and reproductive health within social, professional and health-care contexts that are themselves gendered.

Submission guidelines

Proposals (2 pages) accompanied by a CV should be submitted using the form on our website by 30 September 2014: http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=246

The submission deadline is 30 September 2014.

They should fit into one of the following themes:

  • Gender, cardio-vascular disease and ageing 
  • Gender and health at work 
  • Gender and cancer 
  • Gender and mental health
  • Gender and sexual health

The symposium is organized by Institut Emilie du Châtelet in partnership with INSERM and takes place the 8th and 9th of June 2015. 

Scientific Committee

Simone Bateman (Sociology, CNRS), Marc Bessin (Sociology, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (Philosophy, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (Genetics, Epidemiology, INSERM), Hélène Bretin (Sociology, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (Economy, Sociology, CNRS), Emmanuelle Cambois (Public Health, INED), Hervé Chneiweiss (Neuro-Oncology, CNRS), Emilie Counil (Epidemiology, EHESP), Daniel Delanoë (Psychiatry, INSERM), Christine Hamelin (Sociology, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (Reproductive Biology, Emeritus Professor, University of Paris-Descartes), Thierry Lang (Social Epidemiology, INSERM), Anne Lowell (Anthropology, University of California, Berkeley), Jennifer Merchant (Political Science, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (Sociology, INSERM), Alain Smagghe (Geriatric Medicine), Alain Vannier (Psychoanalysis, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (Medicine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (Molecular Biology, CNRS)

Symposium Committee

Armelle Andro (Sociology-Demography, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (Sociology-Demography, INSERM), Laurie Laufer (Psychology, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (History of Biomedical sciences, INSERM), Pascale Molinier (Psychology, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (History, CNRS), Catherine Vidal (Neuro-biology, Institut Pasteur).

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • mardi 30 septembre 2014

Mots-clés

  • femme, vieillissement, santé mentale, cancer, santé au travail, santé sexuelle

Contacts

  • Sylvie Blumenkrantz
    courriel : gid [at] u-pem [dot] fr
  • Lucette Aussel
    courriel : lucette [dot] aussel [at] inserm [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sandrine Lely
    courriel : gid [at] u-pem [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Genre et santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 03 juillet 2014, http://calenda.org/289303