AccueilLe spectacle et le sacré

*  *  *

Publié le mardi 03 juin 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Le théâtre, on le sait, n’est pas que littérature. Il est aussi et surtout spectacle vivant. Il est émergence d’un phénomène « artistique » qui implique toute une collectivité. De ce fait, Il peut être considéré aussi comme un système complexe qui fonctionne selon différents niveaux d’organisation. D’un point de vue ethnoscénologique, toute pratique humaine comportementale, esthétique, symbolique impliquant le corps, doit être abordée selon une approche systémique. La dimension sacrée est présente dans des cultures, où, tout porte à croire que face, à une orthodoxie officielle, il y a toujours eut une « orthopraxie » qui impliquent des usages d’un corps nouveau, d’un corps libéré de la norme, du tabou et de tous les comportements socialement admis.

Annonce

Argumentaire

Le théâtre, on le sait, n’est pas que littérature. Il est aussi et surtout spectacle vivant. Il est émergence d’un phénomène « artistique » qui implique toute une collectivité. De ce fait, Il peut être considéré aussi comme un système complexe qui fonctionne selon différents niveaux d’organisation. Ces derniers sont relativement solidaires les uns aux autres : le théâtre est texte reconnu et reçu comme littéraire, il est spectacle donné par des acteurs qui jouent sur scène devant des spectateurs venus pour regarder, il est réunion d’une collectivité dans un lieu précis, il est performance physique et vocale, il est décor, son et lumière… etc. Il est aussi une forme concrète d’incarnation de l’imaginaire par un acte, par une performance corporelle organisée.

L’objet théâtre ne peut être donc appréhendé à partir d’une seule et unique grille d’analyse. Et, plus on ouvre l’éventail des perspectives d’analyse, plus on se rend compte de la dimension complexe et holistique d’une pratique artistique singulière, d’une praxis collective dont les racines s’enfuient dans les recoins de l’histoire de l’humanité et de son évolution. D’où l’intérêt de l’approche ethnoscénologique qui pose comme fondement méthodologique l’interdisciplinarité.

Le terme « ethnoscénologie » a été forgé par un ensemble d’universitaires et de praticiens à la suite d'un colloque international organisé par UNESCO, à la  Maison des cultures du monde, à Paris, les 3 et 4 mai 1995.

L’ethnoscénologie étudie ce que le metteur en scène polonais Jerzy Grotowski appelle les « pratiques performatives[1] », c’est-à-dire, tous les comportements humains spectaculaires organisés qui appartiennent à des cultures où le théâtre, dans son acception occidentale, est absent. Il n’est vain de souligner que le terme « performatif » met l’accent sur l’aspect total et holistique de l’objet étudié tout en incluant la pratique du performer, celui qui fait et agit. 

Le souci majeur de l’ethnoscénologie consiste donc à réduire, voire à neutraliser l’ethnocentrisme patent dans les recherches théâtrales. C’est ainsi que des termes tels que ceux de « pré-théâtre », « théâtre rituel », « para-théâtre », « théâtre traditionnel » ont été inventés pour permettre l'intégration d'objets exotiques dans une fiction conceptuelle née ou du moins alimentée par un ethnocentrisme patent.[2]

Par ailleurs, l’ethnoscénologie constitue un carrefour de disciplines scientifiques portant sur le comportement humain telles les sciences humaines, les sciences du vivant (y compris les neurosciences), les sciences de l’art et aussi le discours des praticiens sur leurs propres pratiques.

D’un point de vue ethnoscénologique, toute pratique humaine comportementale, esthétique, symbolique impliquant le corps, doit être abordée selon une approche systémique. Car segmenter un phénomène  holistique c’est aussi le réduire. Les pratiques performatives impliquent au moins trois niveaux d’organisation qui sont solidaires : le biologique, le psychologique et le sociologique. La dimension sacrée est présente dans des cultures, où, tout porte à croire que face, à une orthodoxie officielle, il y a toujours eut une « orthopraxie » qui impliquent des usages d’un corps nouveau, d’un corps libéré de la norme, du tabou et de tous les comportements socialement admis.

Axes indicatifs :

  1. La mise en scène du sacré
  2. Spectacle et profanation du sacré
  3. Le sacré entre le jeu (le ludique) et la croyance
  4. Le théâtre et l’islam : le visible et l’invisible  question de la censure et de l’autocensure
  5. Le spectacle entre le sacré et le profane
  6. La représentation du sacré au Maroc 
  7. Le corps et le sacré
  8. Sémiotique du discours sacré
  9. Immolation et mise en scène du corps contestataire.

[1] L'expression «pratique performative» est proposée par Jerzy Grotowski, le 24 mars 1997, au Collège de France, dans une leçon inaugurale qu'il présenta à la chaire d'anthropologie théâtrale. Non publiée. Document enregistré - Le Livre qui parle, 24550 Villefranche-du-Périgord.

[2] PRADIER, Jean-Marie « L’ethnoscénologie. Vers une scénologie générale » in L'Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 29, 2001, pp :55-56

Programme

Jeudi 5 juin 2014

Matinée

9H00 / Accueil des participants

9H30 / Ouverture du colloque et allocutions

  • Allocution de M. Hassan BOUKA, Doyen de la Faculté Polydisciplinaire de Taza
  • Allocution de M. Abdallah LISSIGUI, chef du Département de Langues, Littérature et Communication, Faculté Polydisciplinaire de Taza
  • Allocution de M. Mourad EL BASRI, Chargé de la Recherche Scientifique, Responsable des Ressources Électroniques, Présidence USMBA
  • Allocution de M. Rachid MOUNTASAR, Comité d’organisation du colloque, Faculté Polydisciplinaire de Taza

10H00 / Séance plénière : M. Faouzi SKALI, Directeur Général de la Fondation Esprit de Fès, Directeur du Festival International des Musiques Sacrées du Monde

10H40 / Pause café

11H00 / Séance 1 : Mystique, orthopraxie et sacré,

Modérateur : Pierre PHILIPPE-MEDEN, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, 

  • 11H00 / Chakib TAZI, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Lettres Dhar El Mehraz, Fès, « El Hallaj dans ses œuvres : La passion dans tous ses états»
  • 11H20 / Khalid HADJI, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Lettres Dhar El Mehraz, Fès, « Représentation et éthique dans le malhoun. »
  • 11H40 / Rachid MOUNTASAR, Faculté Polydisciplinaire de Taza, « Ethnoscénologie du spectaculaire au Maroc. »
  • 12H00 / Mostafa DZIRI, Docteur en Etudes Théâtrales, Oujda, « Le spectaculaire dans la transe « Mawlawite », (Danse des derviches tourneurs). » (Communication en arabe)

12H20 / Discussion

Après-midi     

15H30 / Séance 2 : Le spectaculaire « populaire »,

Modérateur : Nour-Eddine JALLAL, Faculté Polydisciplinaire de Taza,

  • 15H30 / Aziz BENMOUMEN, Enseignant-chercheur en philosophie, psychologie et culture populaire, Agadir, « Le corps et le sacré : de l’espace de la transe à la construction du spectaculaire. » (Communication en arabe)
  • 15H50 / Mlle Sibylle GAY, Doctorante - Université Nice Sophia Antipolis, « Du sacré et du profane, contextes de création et procédures taxinomiques : le cas du stambeli tunisien. »
  • 16H10 / Driss EL FAKHOUR, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté Polidisciplinaire de Taza, « La « romería » (pèlerinage espagnol) entre le ludique et le sacré»
  • 16H30 /Jaouad RADOUANI, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Lettres Dhar El Mehraz, Fès, « Les caractéristiques sacrées dans l’art de lhalqa ‘’ronde’’. » (communication en arabe)
  • 16h50 /Yassine OUNI, Institut Supérieur d’Art Dramatique, Tunis, membre de  l’unité de recherche en ethnoscénologie et des arts de la scène, « La spectacularité du rituel à partir de « zarda de Sidi Tlil : approche ethnoscénologique» (communication en arabe)

17H10 / Pause Café

17H20 / Séance 3 : Modes d’expression du sacré,

Modérateur: Khalid HADJI, Faculté des Lettres Dhar El Mehraz, Fès,

  • 17H20 / MOHAMED, HICH–CHOU, doctorant en Langue, Patrimoine et Aménagement du territoire, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Fès-Saïs, « La tension entre l'éthique et l'esthétique dans l'une des tragédies de Shakespeare»
  • 17H40 /Hanane RAOUI, Doctorante en Art, Littérature et Sociétés, Université de Mohamed V, Agdal, « Lecture Aristotélicienne du corps pur dans l’Ut pictora theatrum néoclassique»
  • 18H00 / Abdelmajid AZOUINE, Université Mohamed V, Agdal, Rabat, « Le corps et ses images dans le théâtre moderne»

Discussion

Vendredi 6 juin 2014

9H00 / Séance 4 : Techniques du corps et apprentissage,

Modérateur : Abdallah LISSIGUI, Faculté Polydisciplinaire de Taza,

  • 9H00 / Abdelhak BEL LAKHDAR, Université de Mohamed V, Souissi, Faculté des Sciences de l’Education, Rabat, « Corps, masque, rôle, leurre, éléments d’une théâtralisation de la communication et du savoir. »
  • 9H20 / Pierre PHILIPPE-MEDEN, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, « La religiosité du muscle et le corps magnétique de Jean-Louis Barrault»
  • 9H40 / Meriem KHALIL, Doctorante en Sciences de l’Éducation Université Mohamed V Souissi, Faculté des Sciences de l’Éducation, Rabat, Groupe de Recherche et d’Action pour la Formation et l’Enseignement, « Le corps et l’éducation artistique au Maroc. »

10H00 /  Pause Café

10H15 / Séance 5 : Approches et éclairages du spectaculaire,

Modérateur : M. Rachid MOUNTASAR, Faculté Polydisciplinaire de Taza,

  • 10H15 / Khalid AMINE, Université Abdelmalek Essaâdi, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Directeur du Centre International des Études de Spectacle, Tétouan, « Les études de spectacle : approches pluridisciplinaires. » (Communication en arabe)
  • 10H35 / Présentation du livre de Mohamed SIF et Khalid AMINE, Dramaturgie du travail théâtral et du spectateur, Publication du Centre International des Études de Spectacle, Tétouan, 2014.
  • 11H05 / Nour-Eddine JALLAL, Faculté Polydisciplinaire de Taza, « La mise en scène de la mort dans Morocco that was de Walter Harris. »
  • 11H25 / Abdallah LISSIGUI, Faculté Polydisciplinaire de Taza, « L’hybridation du sacré et du profane et la ruine du personnage»
  • 11H45 / El Hassane HEDDI, Faculté Polydisciplinaire de Taza, « Lila des Gnawa : structures visuelles»
  • 12H05 / Katia LÉGERET, Département de théâtre, Université Paris 8, « Mises en scène transculturelles et cosmogoniques du sacré. Le cas du festival international des musiques sacrées de Fès»

Discussion 

Recommandations et Clôture du colloque.

  • Comité d’organisation :
    • M. Jaouad BOUARFA
    • M. Hassan SLASSI
    • M. Brahim AMRI
    • M. Abdallah LISSIGUI
    • M. Rachid MOUNTASAR
    • M. Nour-Eddine JALLAL
    • M. Driss EL FAKHOUR
    • M. El Hassane HEDDI
  • Comité scientifique :
    • M. Chakib TAZI
    • M. Khalid AMINE
    • M. Khalid HADJI
    • M. Jean-Marie PRADIER
    • M. Abdallah LISSIGUI
    • M. Driss EL FAKHOUR
    • M. Rachid MOUNTASAR
    • M. Nour-Eddine JALLAL
    • MME Nathalie GAUTHARD
  • En collaboration avec :
    • Laboratoire de Littérature, Communication et Didactique, Faculté des Lettres Dhar El Mehraz, Fès.
    • International Centre for Performance Studies, Tétouan.
    • Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Paris.
  • Coordinateur, Rachid MOUNTASAR : rmountasar (at) hotmail.com

Lieux

  • Faculté Polydisciplinaire de Taza - Route d´Oujda
    Taza, Maroc (1223)

Dates

  • jeudi 05 juin 2014
  • vendredi 06 juin 2014

Mots-clés

  • apprentissage, corps, croyances, ethnoscénologie, études théâtrales, mystique, performances, performativité, populaire, sacré, spectacle vivant, spectaculaire, spectacularité, techniques du corps

Contacts

  • Rachid Mountasar
    courriel : rmountasar [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Pierre Philippe-Meden
    courriel : pierre [dot] philippe-meden [at] mshparisnord [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le spectacle et le sacré », Colloque, Calenda, Publié le mardi 03 juin 2014, http://calenda.org/289977