AccueilLa construction de régions métropolitaines transfrontalières en Europe occidentale : stratégies, recompositions scalaires et appropriations citoyennes

La construction de régions métropolitaines transfrontalières en Europe occidentale : stratégies, recompositions scalaires et appropriations citoyennes

Une comparaison entre l’Eurorégion Kent-Nord Pas de Calais Belgique et le Rhin supérieur (France-Allemagne-Suisse)

*  *  *

Publié le mardi 03 juin 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Appel à projet de thèse pour diplômés d'un master de géographie ou en sciences sociales. Thèse sous la direction de Bernard Reitel à l'université d'Artois, au sein du laboratoire Discontinuités - EA2468, sur le thème de « la construction de régions métropolitaines transfrontalières en Europe occidentale : stratégies, recompositions scalaires et appropriations citoyennes. Une comparaison entre l’Eurorégion Kent-Nord Pas de Calais Belgique et le Rhin supérieur (France-Allemagne-Suisse) ».

 

 

Annonce

Argumentaire

La construction de régions métropolitaines transfrontalières en Europe occidentale : stratégies, recompositions scalaires et appropriations citoyennes. Une comparaison entre l’Eurorégion Kent-Nord Pas de Calais Belgique et le Rhin supérieur (France-Allemagne-Suisse)

Sujet de doctorat de géographie

Etablissement, lieu

Laboratoire Discontinuités – EA2468

Université d’Artois, Arras

  • Directeur de thèse : Bernard Reitel
  • A partir d’octobre 2014 pour une durée de 3 ans.

Modalités de candidature

Les candidat-e-s intéressé-e-s devront être titulaires d’un master de géographie ou à défaut d’un master en sciences sociales (sociologie, histoire, sciences politiques) ou en aménagement du territoire. Les candidats présentant un cursus pluridisciplinaire sont les bienvenus.

Les candidat-e-s intéressé-e-s doivent envoyer une lettre de motivation, un CV détaillé ainsi qu’une copie des relevés de notes de Master 1 et 2 et de Licence par courriel à Bernard Reitel :  bernard.reitel@univ-artois.fr

Date limite de dépôt : 10 juin 2014.

Pour tout renseignement, s’adresser à Bernard Reitel :  bernard.reitel@univ-artois.fr

Description du sujet

Le sujet proposé s’inscrit dans le cadre du laboratoire « Discontinuités » qui développe une approche multidimensionnelle des discontinuités. Deux dynamiques essentielles qui caractérisent les sociétés d’Europe occidentale sont prises en compte. D’une part, le processus de construction européenne a favorisé une intégration transfrontalière fonctionnelle, c’est-à-dire un accroissement des interactions économiques et sociales dans les espaces situés de part et d’autres des frontières des Etats européens, aux échelles régionales et locales notamment. L’essor de la coopération transfrontalière résulte des politiques mises en œuvre par les institutions européennes (programmes Interreg, cadres juridiques), mais aussi au besoin de répondre aux conséquences de l’augmentation des interactions. Les années 2010 semblent traduire une nouvelle phase de coopération marquée par une institutionnalisation et une complexification croissante des coopérations aux échelles régionales et locales.

D’autre part, le processus de métropolisation se traduit par une concentration des activités à haute intensité de savoir dans des grandes agglomérations urbaines. Les pouvoirs publics (Etat, régions, villes) qui ont tendance à considérer les métropoles comme des pôles de développement qui sont en mesure de structurer de vastes espaces régionaux, ont souvent pris des mesures pour accompagner, voire pour susciter ou pour renforcer ce processus. Des formes originales de gouvernance ont été instaurées pour répondre aux enjeux de développement perçus par les pouvoirs publics dans plusieurs états européens.

Ces deux processus, produisent cependant des effets contradictoires sur les espaces considérés. La construction européenne produit certes de l’intégration, mais elle s’accompagne aussi d’euroscepticisme, de résistances et de contestations. Par ailleurs, les différences entre les territoires nationaux ne se réduisent pas, mais ils semblent au contraire souvent se renforcer, tant sur le plan socio-économique, que sur le plan politique et symbolique. Un constat similaire est réalisé dans les grandes régions métropolitaines. Les métropoles entrainent dans leurs sillages de nombreux espaces, mais dans le même temps, les inégalités de revenus, d’accès aux logements et à l’emploi semblent s’accuser, générant là aussi, tensions et conflits. Dans les deux cas, les dynamiques fonctionnelles s’accompagnent de démarches politiques et institutionnelles qui reconsidèrent les échelles territoriales existantes. Le programme Espon Metroborder a montré l’existence de plusieurs régions métropolitaines transfrontalière en Europe.

L’objectif de cette thèse de géographie, qui s’inscrit dans un registre pluridisciplinaire (sciences politiques, sociologie, …) est d’interroger le processus de recomposition scalaire dans ces espaces métropolitains transfrontaliers en Europe et d’interroger l’articulation entre la stratégie politique et la dimension citoyenne. Il s’agit d’une part de déterminer quelles innovations politiques sociales et institutionnelles sont produites dans les régions métropolitaines transfrontalières et de comprendre comment les pouvoirs publics intègrent la dimension de la frontière dans leurs stratégies spatiales. Nous interrogerons notamment les recompositions scalaires. D’autre part, il s’agit de voir comment les stratégies  intègrent les citoyens (dispositifs, propositions, etc.) et comment ces derniers s’inscrivent dans ces cadres. Nous souhaitons saisir les dynamiques citoyennes et identitaires dans le cadre des recompositions scalaires évoquées.

Le projet envisage une analyse comparative entre deux régions marquées par une forte intégration transfrontalière et par des initiatives qui font souvent figure de modèles : le Rhin supérieur entre France, Allemagne et Suisse et l’Euro-région entre Royaume-Uni, Belgique et France.

Lieux

  • Université d’Artois
    Arras, France (62)

Dates

  • mardi 10 juin 2014

Mots-clés

  • doctorat, thèse, géographie, espace transfrontalier, région métropolitaine, Eurorégion, appropriation citoyenne, stratégies, recomposition scalaire

Contacts

  • Bernard Reitel
    courriel : bernard [dot] reitel [at] univ-artois [dot] fr

Source de l'information

  • Camille Mortelette
    courriel : camille [dot] mortelette [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La construction de régions métropolitaines transfrontalières en Europe occidentale : stratégies, recompositions scalaires et appropriations citoyennes », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le mardi 03 juin 2014, http://calenda.org/290355