AccueilL'énigmatique dans l'activité du chercheur : relation objectivité / subjectivité

*  *  *

Publié le lundi 16 juin 2014 par João Fernandes

Résumé

Organisé à la suite d’une première rencontre en 2003 qui avait exploré le statut épistémologique, politique, culturel et subjectif des savoirs produits et mobilisés par les travailleurs dans des situations de travail, ainsi que les processus de construction et légitimation de ces savoirs, le deuxième séminaire « Travail et éducation : processus de production et légitimation de savoirs » se centrera, dix ans plus tard, sur la question de l’énigmatique dans l’activité de recherche et se déroulera sur deux jours à l’université fédérale d'Ouro Preto (campus Mariana) au Brésil. L’objectif de cette rencontre est de mieux comprendre le processus de recherche et ses obstacles, en partant du postulat que, pour tout sujet-chercheur, l’objet de la recherche n’est pas neutre mais s’inscrit dans un parcours personnel spécifique ; En confrontant non pas nos résultats mais nos processus de recherche, nous réfléchirons ensemble à la façon dont nos différentes démarches et méthodologies, au-delà de leur validité scientifique propre à chaque épistémologie, comportent des « points aveugles » issus de nos modes de lien au monde (nos themata dirait Gérard Holton).

Annonce

Argumentaire

L’objectif de cette rencontre est de mieux comprendre le processus de recherche et ses obstacles, en partant du postulat que, pour tout sujet-chercheur, l’objet de la recherche n’est pas neutre mais s’inscrit dans un parcours personnel spécifique : comment comprendre autrement cette pulsion de savoir qui nous anime si fortement ? Nous pensons notamment que le savoir et sa production sont des outils de mise en ordre du monde et donc que notre activité de recherche et la façon dont nous la mettons en oeuvre a à voir avec nos modalités précocement acquises de confrontation à l’inconnu et d’affiliation à ce qui, justement, pour chaque sujet, rend cette confrontation possible. Ces questions s’inscrivent dans la problématique de la transmission : comment « pratiquons-nous » ce qui nous a été transmis (formellement ou non ?) en matière de découverte du monde ? Comment nous y reconnaissons-nous, y trouvons-nous un soutien ou au contraire une inhibition ? Par exemple, comment écrivons-nous, comment citons-nous, par qui sommes-nous « accompagné-e-s » lorsque nous mettons en oeuvre une recherche ? Comment « appliquons-nous » une méthodologie, une démarche de recherche, en quoi nous correspondentelles ou non, quels sont nos éventuels blocages ? Que comprenons-nous de la façon dont nos thématiques de recherche nous touchent personnellement et comment percevons nous que ces liens nous aident ou au contraire nous freinent dans nos travaux ? (la question peut être prise dans l’autre sens : comment nos blocages nous éclairent sur nos questions implicites ?)

 En confrontant non pas nos résultats mais nos processus de recherche, nous réfléchirons ensemble à la façon dont nos différentes démarches et méthodologies, au-delà de leur validité scientifique propre à chaque épistémologie, comportent des « points aveugles » issus de nos modes de lien au monde (nos themata dirait Gérard Holton).

La thématique du 2ème Séminaire International reprend donc celle du premier séminaire. Cependant, elle se centre sur l'activité du chercheur en mettant l'accent sur la relation objectivité et subjectivité, et sur les dédoublements dans les processus d'intervention. L'activité du chercheur est considérée en tant qu' espace dans lequel le sujet développe une vraie dramatique des usages de soi. Cette dramatique est, marquée par un débat, dans le hunc et nunc, autour des valeurs et des savoirs – conscients et inconscients – qui résultent de renormalisations, en matières de savoir, et sur les manières de vivre les contradictions, les angoisses, les restrictions, les ressources du présent. L'activité du chercheur, comme toute activité de travail, est toujours une tentative de réinventer ce qui ne peut pas être anticipé. Réinvention singulière qui s'affronte dans le collectif avec d'autres productions singulières multipliant, comme dans un kaléidoscope, les diverses possibilités de dispositions, de rencontres et divergences. Outre cette thématique, dans la suite du premier séminaire, nous reprenons, dans cette deuxième édition, la méthodologie de travail utilisée, dans le but d'aborder la production de connaissance scientifique comme une discipline étrangère. Au delà de la prise en compte de l'activité du chercheur en tant qu'objet d'étude, nous pensons l’interpeller comme une étrangère, qui ne se laisse entrevoir qu'à partir d'une prise de position du chercheur par rapport à sa propre activité de recherche. Le deuxième séminaire cherche à mettre en lumière ce qui existe d'énigmatique dans l'activité du chercheur qui met en rapport le sujet et l'objet de la recherche. 

Méthodologie

Après une première journée en séance plénière, le séminaire se structurera en ateliers de production de connaissance. L'atelier est ici compris comme un espace de travail et de création où il est possible d'expérimenter et produire à partir de la circulation de la parole dynamisée par les travaux présentés. Les ateliers seront organisés de la façon suivante :

• Les travaux sélectionnés d’inscriront dans un des ateliers simultanés correspondants aux thèmes décrits dans le programme. Chaque atelier réunira environ 20 personnes et aura un coordinateur/ coordinatrice et un rapporteur/ rapporteuse.

• Le/La coordinateur/coordinatrice fera une brève ouverture sur le thème, conduira la présentation et la discussion des travaux. A la fin de la séance, le/la coordinateur/coordinatrice fera un commentaire sur le thème et la façon dont il a été traité à l'atelier.

• Les rapporteurs/rapporteuses, après avoir noté les principaux aspects du débat se réuniront pour produire la synthèse des différents ateliers et la présenteront en séance plénière, comme point de départ de nouvelles discussions.

Objectifs

Le séminaire réunira des chercheur/ses, des étudiant-e-s de Licence, Master et Doctorat originaires de plusieurs universités ainsi que des groupes de recherches sur la problématique qui englobe le processus de production de savoir scientifique, la formulation de la problématique et choix de l'objet, les résultats rencontrés, à l'écriture du travail final. Nous nous intéressons aux incidents et réussites rencontrés dans la relation du / de la chercheur/chercheuse.

En discutant le processus de production de connaissance scientifique dans les sciences humaines et sociales, nous chercherons à promouvoir le débat entre chercheurs/chercheuses, enseignants et étudiants des plusieurs groupes de recherche impliqués. En même temps, nous chercherons à établir des liens académiques entre les différentes institutions qui s’intéressent à l'organisation d'un réseau d'échanges et au développement de projets intégrés à l'épistémologie de la recherche.

Organisation pratique

Le séminaire est prévu pour réunir jusqu’à 250 chercheurs/chercheuses en sciences humaines et sociales intéressé-es par l'analyse du rapport du sujet-chercheur au savoir et des processus de production de savoir. Il se tiendra à partir de 150 inscrit-e-s. Il aura lieu à l'Université Fédérale d’Ouro Preto (arrivées internationales à l’aéroport de Belo Horizonte) - Campus Mariana - Auditorium de l'Institut de Sciences Humaines et Sociales – ICHS – Rua Cônego Amando, s/n – Centro – Fundos do Museu da Música – Palácio dos Bispos. Mariana/MG.
Les langues de travail sont le portugais et le français. 

Calendrier et soumissions des propositions

Soumission des résumés

Sont attendues des propositions, issues de travaux accomplis ou en cours, mettant en évidence un non-savoir dans le processus de la recherche et s'inscrivant dans l'un des thèmes des ateliers (voir fichier joint).

Les résumés ne devront pas dépasser 1500 caractères avec espaces et ils devront expliciter le processus de recherche et/ou d'orientation de recherches contenant une « situation embarrassante » dans son parcours. Devront être présents : le problème de recherche, la définition de l'objet, l'explicitation du référentiel théorique et de la méthodologie ; les résultats ; 3 (trois) mots-clés. La réflexion sur  le processus de recherche et la relation entre objectivité et subjectivité devra être mise en évidence, et y comporter le processus d'écriture.

Le résumé doit être présenté en portugais ou en français, en format Word ; police Times New Roman ; taille de police 12 ; alignement justifié ; interligne simple, marges supérieurs  et gauche = 3 cm ; marges inférieur et droite = 2 cm. Le titre doit être centré, en gras, suivi en dessous du nom de l'auteur et des coauteurs (s'il y en a) à droite. 

Les propositions sont à envoyer 

avant le 30 juin 2014 

à l’adresse suivante :site_org@yahoo.fr.

Le résultat de la sélection sera communiqué via le site de l’évènement(2site2014.blogspot.com.br)  à partir du 15 juin pour les propositions arrivées avant le 31 mai et avant 15 juillet pour les autres.

Texte final

Le texte final, qui sera diffusé sur CD-Rom, doit contenir de 20 à 40 000 caractères avec espaces et doit respecter la même orientation que le résumé. Formatage : Word ; police Times New Roman ; taille de police 12 ; alignement justifié ; interligne 1,5, marges supérieurs  et gauche = 3 cm ; marges inférieur et droite = 2 cm. Le titre doit être centré, en gras, suivi en dessous du nom de l'auteur et des coauteurs (s'il y en a) à droite.  Le texte devra être envoyé avant le 1er septembre 2014 à l'adresse électronique site_org@yahoo.fr

Chaque auteur-e devra en outre préparer une présentation de 15 minutes pour son intervention dans l'atelier. 

Inscriptions 

Les inscriptions devront être faites sur le site de l’événement(2site2014.blogspot.com.br) avant le 20 octobre 2014 ou sur place le 30 octobre 2014. Elles seront confirmées après le règlement du tarif prévu à travers la facture générée par le site  de la Fundep.

Montant des droits d'inscriptions :

  • Jusqu’au 22.08.2014 : Etudiant-e-s de master : 90 reals – Doctorant-e-s : 180 réals - Professionnels : 360 reals.
  • A partir du 23.08. 2014 : 120, 210 et 400 reals.

Coordination de l'événement

  • Dr. Margareth Diniz – Enseignante-chercheuse et coordinatrice du Programme de Pós-graduação en Education – UFOP
  • Dr. Shirley Aparecida Miranda – Enseignante-chercheuse - UFMG
  • Dr. Françoise Hatchuel – Enseignante-chercheuse - Université Paris Ouest - France
  • Dr. José Eustaquio Brito – Enseignant-chercheur - UEMG
  • Dr. Eloisa Helena Santos – Enseignante-chercheuse - Centro Universitário UNA
  • Dr. Mariana Veríssimo – Enseignante-chercheuse – PUCMinas

Comité d’organisation

  • Brigitte Cohen-Boulakia – Doctorante en Sciences de l'Education- Université Paris Ouest – France.
  • Eloisa Helena Santos – Enseignante-chercheuse - Centro Universitário UNA - Brésil.
  • Greyce Carvalhas – Pré-doctorante en Sciences de l'Education – Lectrice de Portugais à l'Université de Franche-Comté - France
  • José Eustaquio Brito – Enseignante-chercheuse - Universidade do Estado de Minas Gerais – UEMG – Brésil.
  • Lúcia Helena Garcia Bernardes – Enseignante-chercheuse - UNIFENAS – Brésil.
  • Mariana Veríssimo – Enseignante-chercheuse et coordinatrice -Département de Pédagogie - PUCMinas – Brésil
  • Jurandir Soares da Silva – Enseignant-chercheur - PUCMinas – Brésil
  • Margareth Diniz – Enseignante-chercheuse - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG.
  • Shirley Aparecida Miranda – Enseignante-chercheuse - Universidade Federal de Minas Gerais
  • Lealce Mendes - Enseignante-chercheuse - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG.
  • Felipe Nolasco - Enseignant-chercheur - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG.
  • Juliana Barbosa – Mestranda - UNA - Brasil
  • Amanda Ribeiro – Bolsista de Iniciação Científica – UNA - Brasil

Comité scientifique

  • Shirley Miranda - Universidade Federal de Minas Gerais - Brésil
  • Eloisa Helena Santos - Centro Universitário UNA – Brésil.
  • José Eustáquio de Brito – Universidade do Estado de Minas Gerais – Brésil
  • Eliane Marta Teixeira Lopes – UFMG – Brésil
  • Mariana Veríssimo - PUCMINAS – Brésil
  • Françoise Hatchuel - Université Paris Ouest - France
  • Gilles Raveneau – Université Paris Ouest - France
  • José Rubens Lima Jardilino - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG – Brésil.
  • Rosa Maria Correa Coutrin - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG– Brésil.
  • Erisvaldo dos Santos - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG– Brésil.
  • Luciana Dulce - Universidade Federal de Ouro Preto - UFOP/MG– Brésil.
  • Maria Clara Fischer – URGS - Brésil
  • Vanessa Barros – UFMG - Brésil
  • Maria Lúcia Miranda Afonso - Centro Universitário UNA – Brésil
  • Daisy Cunha – UFMG, Brésil
  • Margarida Lima – Universidade de Coimbra - Portugal
  • Piedade Vaz Rebelo - Universidade de Coimbra - Portugal
  • Mara Viveros Vigoya - Universidad Nacional de Colômbia - Colombie
  • Deise de Souza Dias – Universidade do Estado de Minas Gerais – Brésil
  • Lecy Rodrigues Moreira – Centro Universitário UNA – Brésil
  • Lúcia Helena Garcia Bernardes – UNIFENAS – Brésil
  • Rafael Prosdocimi Bacelar – Universidade Federal do Rio de Janeiro - Brésil
  • José Moura Pascual – RUDECOLOMBIA – Colombie
  • Eric Chauvier – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - France
  • Albert Piette - Université Paris Ouest – France
  • Marta Souto – Universidad de Buenos-Aires - Argentine
  • Maria-José Acevedo - Universidad de Buenos-Aires - Argentine

Réalisation et partenariats

Le Séminaire aura lieu à l'Université Fédérale de Ouro Preto – UFOP, en partenariat avec l'Université Fédérale de Minas Gerais- UFMG, l'Université Estadual de Minas Gerais- UEMG, Centro Universitário UNA, Pontifícia Universidade Católica de Minas Gerais – PUCMinas, Université José do Rosário Vellano – UNIFENAS BH; Université Paris Ouest et Université de Coimbra.

Ces partenariats sont ainsi configurés :
(a) Partenariats scientifiques : Université Fédérale de Minas Gerais- UFMG, Université Estadual de Minas Gerais- UEMG, Centro Universitário UNA, Pontifícia Universidade Católica de Minas Gerais – PUCMinas, Université José do Rosário Vellano – UNIFENAS BH; Université Paris Ouest, Université de Coimbra, CEFET – MG.
(b) Partenariats institutionnels : UFMG ; UEMG ; UNA, UNIFENAS BH ; PUCMINAS ; Université de Paris Ouest ; Université de Coimbra ; CEFET ; FAPEMIG ; CAPES/CNPQ.
(c) Partenariats commerciaux et publicitaires : Banques et autres. SANTANDER (Mariana)

Catégories

Lieux

  • Ouro Preto, Brésil

Dates

  • lundi 30 juin 2014

Mots-clés

  • implication, subjectivité, activité de recherche, éngmatique

URLS de référence

Source de l'information

  • Eloisa Santos
    courriel : site_org [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'énigmatique dans l'activité du chercheur : relation objectivité / subjectivité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014, http://calenda.org/290728