AccueilLeonardo Padura Fuentes faiseur / défaiseur de vérités

*  *  *

Publié le lundi 07 juillet 2014 par Céline Guilleux

Résumé

À en croire l’immense majorité des commentateurs de son œuvre (il n’est qu’à voir, à titre d’exemple, la réception française de son œuvre pour s’en rendre compte), le Cubain Leonardo Padura Fuentes s’inscrirait dans la droite ligne des pères fondateurs du roman noir étasunien, Dashiell Hammett et Raymond Chandler en tête, pour créer un univers fictionnel réaliste et dénonciateur sur la Cuba de la Période Spéciale, depuis cette fameuse année de 1989 (date qu’il inscrit au frontispice de Pasado perfecto, le premier volume de sa série des Mario Conde) jusque dans les années 2000. De sorte qu’aujourd’hui, il est à peu près unanimement brandi en « médecin légiste du castrisme », celui qui a osé tremper sa plume dans les entrailles d’un régime en pleine déconfiture matériel et idéologique pour écrire noir sur blanc, sans contournements ni complaisances ses vérités nécessaires à dire.

Annonce

Argumentaire

À en croire l’immense majorité des commentateurs de son œuvre (il n’est qu’à voir, à titre d’exemple, la réception française de son œuvre pour s’en rendre compte), le Cubain Leonardo Padura Fuentes s’inscrirait dans la droite ligne des pères fondateurs du roman noir étasunien, Dashiell Hammett et Raymond Chandler en tête, pour créer un univers fictionnel réaliste et dénonciateur sur la Cuba de la Période Spéciale, depuis cette fameuse année de 1989 (date qu’il inscrit au frontispice de Pasado perfecto, le premier volume de sa série des Mario Conde) jusque dans les années 2000. De sorte qu’aujourd’hui, il est à peu près unanimement brandi en « médecin légiste du castrisme », celui qui a osé tremper sa plume dans les entrailles d’un régime en pleine déconfiture matériel et idéologique pour écrire noir sur blanc, sans contournements ni complaisances ses vérités nécessaires à dire.

L’objet de ce numéro 7 de Líneas est donc, alors que Padura Fuentes a posé les premiers jalons de sa tétralogie il y a maintenant vingt-cinq ans, de s’interroger sur la nature et les formes de ses vérités paduriennes. Comment sont-elles bâties ? Comment et pourquoi sont-elles posées / imposées comme des absolus ?

Axes d’études possibles :

  • Subversion ou diversion
  • Le filtre et le prisme de de la réception
  • Vérités / contrevérités
  • L’intertextualité et le confort de la vérité en héritage

Modalités de soumission

Les propositions (titre de la contribution et résumé́ de quinze à trente lignes) sont à envoyer à la revue Líneas (revue.lineas@orange.fr)

avant le 30 septembre 2014.

Elles seront soumises au comité de rédaction, qui évaluera l’adéquation entre l’appel à contribution et les propositions envoyées.

Les contributions définitives seront à remettre avant le 30 mars 2015. Elles seront alors anonymement soumises à la double expertise de membres du comité scientifique de la revue, pour une publication à l’été 2015.

Les textes pourront être rédigés en langue française ou espagnole. Les articles ne dépasseront pas les 10000 mots (format Word.doc sans stylage exclusivement), notes et bibliographie incluses. Ils devront suivre impérativement les normes éditoriales de Líneas (document de « consignes aux auteurs » en ligne : http://revues.univ-pau.fr/lineas/401).

Coordinateurs

  • Caroline Lepage (Université de Poitiers)
  • Renée Clémentine Lucien (Université Paris Sorbonne)

Lieux

  • Pau, France (64)

Dates

  • mardi 30 septembre 2014

Mots-clés

  • Cuba, Période Spéciale, Leonardo Padura Fuentes, roman noir

Contacts

  • Caroline Lepage
    courriel : lepagebx3 [at] gmail [dot] com
  • Renée Clémentine Lucien
    courriel : rclemy [at] aol [dot] com

Source de l'information

  • Pascale Peyraga
    courriel : revue [dot] lineas [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Leonardo Padura Fuentes faiseur / défaiseur de vérités », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 juillet 2014, http://calenda.org/290741