AccueilMatérialité de l’art à l’âge patrimonial (XVIIIe-XXe siècle)

*  *  *

Publié le jeudi 19 juin 2014 par João Fernandes

Résumé

« L’histoire de la peinture est faite aussi de ces découpages de tableaux à fin de jouissance plus efficace et concentrée ». Dans une digression sur la « découpe jouissive », Daniel Arasse montrait que l’histoire du regard et l’avènement du détail en peinture avaient aussi une dimension concrète, qui affectait directement la matérialité des œuvres. La journée d’études souhaite aborder les cas où le devenir matériel des œuvres engage directement leur interprétation, passée ou présente, et l’écriture de l’histoire de l’art.

 

Annonce

Argumentaire

« L’histoire de la peinture est faite aussi de ces découpages de tableaux à fin de jouissance plus efficace et concentrée ». Dans une digression sur la « découpe jouissive », Daniel Arasse montrait que l’histoire du regard et l’avènement du détail en peinture avaient aussi une dimension concrète, qui affectait directement la matérialité des œuvres.

Depuis Daniel Arasse, et sous l’influence de l’anthropologie de l’objet, de l’histoire du patrimoine et des études sur la culture matérielle, les travaux sur la matérialité des œuvres d’art se sont multipliés. Ce « material turn » de l’histoire de l’art renouvelle considérablement notre approche de l’art, en particulier dans ses expressions traditionnellement les plus élevées : fresques, tableaux, peintures.

La journée d’études souhaite aborder les cas où le devenir matériel des œuvres engage directement leur interprétation, passée ou présente, et l’écriture de l’histoire de l’art.

Programme 

20 juin 2014, de 9h à 18h 

Journée d’études sous la direction de Charlotte Guichard et Michela Passini

Matin

Discutant : Etienne Anheim (Université Versailles-Saint Quentin, Labex Patrima) 

9h-9h30

Charlotte Guichard (CNRS-IHMC) et Michela Passini (CNRS-IHMC), Introduction   

Histoires d’œuvres, carrières d’objets 

  • 9h30-10h Romain Thomas (Université Versailles-Saint Quentin, Labex Patrima), Les craquelures de l’image picturale, un patrimoine ?
  • 10h-10h30 Claire Bosc-Tiessé (CNRS-IMAF), Matérialité, temporalités et statuts des peintures éthiopiennes chrétiennes (XVe-XXe siècle)

10h30-10h45 Pause

  • 10h45-11h15 Charlotte Guichard (CNRS-IHMC), Graffitis d’artistes à Rome. Réflexions sur la matérialité de l’art (XVIe-XIXe  siècle) 

11h15-12h Discussion 

Après-midi

Discutant : Michela Passini (CNRS-IHMC) 

Restauration, manipulation, collection 

  • 14h-14h30 Claire Bételu (Université Paris-1), Pour une étude matérielle des œuvres, lorsque l’étude et la restauration renouent avec l’intention de l’artiste.  Etude de la Série de portraits d’artistes de Louis Léopold Boilly
  • 14h30-15h00 Élodie Baillot (Université Paris 1), La collection objet de tous les regards. Valeurs et matérialité de l’objet d’art dans le « salon des merveilles » du baron Davillier
  • 15h-15h30 Noémie Etienne (New York University), Toucher des spécimens : art et anthropologie à New York, 1900

15h30-16h00 Discussion

16h00-16h15 Pause 

Matérialité de l’œuvre et écriture de l’histoire de l’art

  • 16h15-16h45 Daniele Rivoletti (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Restauration, historiographie, patrimonialisation : réception(s) de la marqueterie en bois de la Renaissance au XIXe siècle
  • 16h45-17h15 François-René Martin (ENSBA), Le retable d’Issenheim, esquisse pour une histoire matérielle

17h15-18h Discussion

Lieux

  • Salle d'histoire, escalier D, 2e étage, Ecole Normale Supérieure, - 45 rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 20 juin 2014

Mots-clés

  • patrimoine, matérialité, art

Contacts

  • Charlotte Guichard
    courriel : charlotte [dot] guichard [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Charlotte Guichard
    courriel : charlotte [dot] guichard [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Matérialité de l’art à l’âge patrimonial (XVIIIe-XXe siècle) », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 19 juin 2014, http://calenda.org/292234