AccueilEspaces de violences d'une région frontalière

Espaces de violences d'une région frontalière

Spaces of violence in a border region

Lorraine 1870 - 1962

Lorraine 1870 - 1962

*  *  *

Publié le jeudi 24 juillet 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque s'inscrit dans les recherches historiques et sociologiques qui s'attachent à produire une « description dense » des pratiques de la violence physique. L'objectif principal de cette entreprise est de dévoiler les logiques, les effets structurants de la violence et les formes de communications qui lui sont propres. Nous concentrant sur les différents espaces marqués par la violence en Lorraine entre 1870 et 1962 ainsi que sur les discours qui leur sont liés, nous traiterons notamment la question des ruptures et des continuités d'exercice de la violence physique dans cette région.

Annonce

Argumentaire

Depuis plusieurs années déjà, les recherches en SHS prêtent un intérêt croissant aux différents phénomènes de violence. C’est le cas aussi pour les historiens, comme en témoignent les débats intenses suscités par certains livres, tel Bloodlands de Timothy Snyder (2010), de même que les nombreux travaux publiés cette année à l’occasion de la commémoration du génocide rwandais ainsi que de la Première Guerre mondiale. Récemment, une approche particulière émerge dans ce domaine consistant à livrer de la violence physique une description dense (au sens de Clifford Geertz). Cette démarche,  qui s’est inspirée aussi des travaux de certains sociologues comme Trutz von Trotha, tend à ne pas considérer la violence apriori comme une exception ou bien une déviance d’un ordre social qu’il s’agit d’expliquer en tant que « problème ». Au contraire, la violence est étudiée comme partie intégrale et structurante des rapports sociaux, ayant ses logiques et ses formes de communication propres. La catégorie de l’espace y joue un rôle primordial.

Le colloque, organisé par le Centre Marc Bloch en coopération avec le Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme en Lorraine entend investir le champ ouvert par ces recherches, en se concentrant sur l’exercice de la violence dans la région lorraine entre 1870 et 1962. Durant cette période, les habitants de cette région ont vécu la guerre franco-allemande de 1870, deux conflits mondiaux, une forte militarisation ainsi que plusieurs vagues d’expulsions massives. A cela s’ajoute qu’en raison du rôle économique central de l’industrie dans cette région, et la proximité de plusieurs frontières nationales, de nombreux migrants qui vivaient alors en Lorraine, ont été impliqués dans des rudes affrontements, autant en temps de paix qu’en temps de guerre. En nous focalisant sur cet espace restreint, nous souhaitons réfléchir sur les ruptures et les continuités historiques des  formes pratiques et discursives que cette violence a pu revêtir. À ce sujet nous encourageons particulièrement trois axes de recherche pour lesquels le concept d’espace de violence (Gewaltraum) jouera un rôle central.

Par « espace de violence » nous désignons une formation sociale temporaire dans laquelle la violence est la forme d’interaction à laquelle les acteurs impliqués s’attendent le plus à être confrontés, c’est-à-dire la forme d’interaction qui structure essentiellement leur horizon d’attente. Dans cette perspective, le passage à l’action, dépend largement de qualités spécifiques à l’espace physique et social correspondant. Ainsi, le centre-ville de Metz a pu autant se convertir en espace de violence pour un militant de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale qu’a pu l’être également un village lorrain devenu cité-dortoir pour un Algérien pendant la guerre d’indépendance algérienne. Il s’agira de cerner la spécificité spatiale et temporaire de chacun de ces lieux ainsi que les pratiques concrètes des acteurs. Dans cette perspective, nous entendons produire des descriptions détaillés de certains évènements marqués par la violence qui ont eu lieu en Lorraine entre 1870 et 1962. Ces évènements devront, en outre, être décryptés selon leurs logiques propres et dans leur rapport au lieu. A l’aune de ces exemples, la question se posera de savoir dans quelle mesure la violence devient, un principe d’ordre à part entière.

Deuxièmement, le colloque se penchera sur les discours, les formes et l’évolution des discours de légitimations et les discours mémoriels liés à la violence. Il s’agit de cerner quel lien ces glorifications, condamnations ou encore dissimulations discursives de la violence entretenaient avec des espaces de violence en Lorraine. Certaines parties de la Lorraine ont été fortement impliquées dans différentes guerres et divers changements de l’appartenance étatique. De ce fait, des termes comme « rebelle », « occupant », « nationalisme », « colonialisme », « terroriste », « séparatiste » etc., employés à des fins stigmatisantes, ont beaucoup varié d’un contexte à un autre, tant dans leur application que dans leur contenu. Nous encourageons en particulier les contributions qui traiteront de créations, applications et métamorphoses de discours stigmatisants dans la région ainsi que leur lien direct à la violence.

En dernier lieu, nous voudrions étudier les diverses formes d’interdépendances, directes ou retardées, entre certains espaces de violence en Lorraine et d’autres régions plus éloignées. Les diverses expulsions et actions militaires dans lesquelles était impliqué un grand nombre d’habitants de la Lorraine entre 1870 et 1962 ont eu des effets considérables sur d’autres régions plus ou moins éloignées : ces effets sont perceptibles autant sur le front de l’est de l’armée allemande durant les deux guerres mondiales qu’en Afrique du Nord après 1870 et notamment pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962). Nous nous demanderons donc quels types de connexions à d’autres régions se sont créés, en termes de transferts de formes d’exercice de la violence. On étudiera, dans cette perspective, la nature de ces transferts et comment ceux-ci ont été perçus par les contemporains mais également a posteriori.  

Modalités de soumission

Veuillez envoyer vos propositions (3 000 signes max.) en allemand, français ou en anglais ainsi qu’un bref CV à l’adresse hardt@cmb.hu-berlin.de.

au plus tard le 1er septembre 2014.

Sous réserve, les frais de voyage et d’hébergement des intervenants seront pris en charge. Une publication des actes est envisagée. Le colloque aura lieu au Centre Marc Bloch (Berlin) les 5 et 6 mars 2015

Organisateur

Lucas Hardt (CMB)

Comité scientifique

  • Daniel Schönpflug (CMB),
  • Lucas Hardt (CMB),
  • Anne Kwaschik (FU Berlin),
  • Raphaёlle Branche (Université de Rouen),
  • Béatrice Fleury (MSH Lorraine),
  • Jacques Walter (MSH Lorraine).

 

Lieux

  • Centre Marc Bloch - Friedrichstraße 191
    Berlin, Allemagne (10117)

Dates

  • lundi 01 septembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Lorraine, violence, espace, guerre, mémoire

Contacts

  • Lucas Hardt
    courriel : HARDT [at] cmb [dot] hu-berlin [dot] de

Source de l'information

  • Lucas Hardt
    courriel : HARDT [at] cmb [dot] hu-berlin [dot] de

Pour citer cette annonce

« Espaces de violences d'une région frontalière », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 24 juillet 2014, http://calenda.org/295219