AccueilÉmotions et travail : quels apports sociologiques ?

Émotions et travail : quels apports sociologiques ?

Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

*  *  *

Publié le mardi 05 août 2014 par João Fernandes

Résumé

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…

Annonce

Argumentaire

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…

Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme

Jeudi 16 octobre 

9h30 : Accueil des participants

10h-12h30 : PREMIERE SESSION

  • Aurélie JEANTET (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Cresppa-GTM) : Introduction du colloque "Emotions, travail et sciences sociales".
  • Eva ILLOUZ (Université Hébraïque de Jérusalem, Israël) : "The Making of Emotional Capitalism".

Présidence : Régine BERCOT (Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, Cresppa-GTM)

Discussion : Emmanuel RENAULT (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol) 

12h30-14h00 : Déjeuner


14h-17h30 : PREMIERE TABLE RONDE

SUBJECTIVITE, RAPPORTS SOCIAUX ET DOMINATION : ANALYSES INTERDISCIPLINAIRE

  • Christophe DEJOURS (Cnam - CRTD LPTA, Université Paris Descartes, PCPP) : "Que faire de l'inconscient dans le rapport émotion-travail?"
  • Arlette FARGE (CNRS, EHESS - CRH) : "Emotions et pensée au travail et à l'atelier au XVIIIe siècle"
  • Patricia PAPERMAN (Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, Cresppa - LabTop) : "Des émotions conventionnelles aux émotions particulières : extension du domaine de l'enquête sociologique"

Présidence et discussion : Marie-Anne DUJARIER (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Lise-Cnam) et Pierre LENEL (Lise-Cnam)

Vendredi 17 octobre

9h-12h30 : SECONDE SESSION

  • Angelo SOARES (Université du Québec, UQAM-ISS, Canada) : "Pour une sociologie avec émotions : l'état des connaissances sur le travail émotionnel"
  • Thomas PERILLEUX (Université Catholique de Louvain, LAGIS, Belgique) : "Etre désaffecté. Gestion des émotions et clinique du travail"

Présidence : Julien BERNARD (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)

Discussion : Martin HARTMANN (Université de Luzerne, Chair for Practical Philosophy, Suisse) 

12h30-14h: Déjeuner 

14h-17h30 : SECONDE TABLE RONDE

LES EMOTIONS DANS LE TRAVAIL DES CHERCHEUR.E.S

  • Jean-François LAE (Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, Cresppa-GTM) : "La narration au service des émotions"
  • Corinne ROSTAING (Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber) : "L'embarras dans l'enquête"

Présidence et discussion : Isabelle CLAIR (CNRS, Cresppa-GTM) et Albena TCHOLAKOVA (Dim Gestes, Cresppa-GTM) 

17H30 : Clôture du colloque

18H : Cocktail 

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, l’université Paris 8 et le Lise-CNAM UMR 3320.

Lieux

  • Amphithéâtre Jean-Batiste Say - 292 rue Saint-Martin
    Paris, France (75003)

Dates

  • jeudi 16 octobre 2014
  • vendredi 17 octobre 2014

Mots-clés

  • émotion, travail, socialisation, affect, profession, formation, corps, chercheur

Contacts

  • Diane Desprat
    courriel : despratdiane [at] yahoo [dot] fr
  • Albena Tcholakova
    courriel : albena [dot] tcholakova [at] cresppa [dot] cnrs [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Diane Desprat
    courriel : despratdiane [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Émotions et travail : quels apports sociologiques ? », Colloque, Calenda, Publié le mardi 05 août 2014, http://calenda.org/295367