AccueilLes dispositifs de formation ouverte et à distance au Cameroun

Les dispositifs de formation ouverte et à distance au Cameroun

État des lieux, enjeux et perspectives

*  *  *

Publié le mardi 12 août 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Favorisée par l’adoption de l’Internet en 1999, l’introduction de l’informatique dans l’éducation au Cameroun en 2001-2002 constitue un tournant majeur dans le développement du système éducatif de ce pays. Les principaux objectifs assignés à cette innovation sont axés sur la modernisation et la diversification des formations ainsi que sur l’ouverture au monde. Au-delà des usages des technologies de l’information et de la communication dans des situations pédagogiques classiques, on assiste à l’émergence d’autres modes de formation comme les formations ouvertes et à distance (FOAD). De plus en plus, les universités d’État et privées camerounaises « ouvrent » et mettent ainsi « à distance » leurs formations. Dans un contexte global de numérisation, d’industrialisation et de massification des savoirs, les soutiens d’organismes internationaux, les appuis d’universités occidentales ou les initiatives propres sont mobilisées. Le présent appel à contribution vise à dresser l’état des lieux des FOAD au Cameroun, et à en analyser le contexte, les enjeux, les logiques, les configurations, les politiques, les finalités, les acteurs, les pratiques, les portées, les défis et les perspectives.

Annonce

Argumentaire

Favorisée par l’adoption de l’Internet en 1999, l’introduction de l’informatique dans l’éducation au Cameroun en 2001-2002 constitue un tournant majeur dans le développement du système éducatif de ce pays.  Les principaux objectifs assignés à cette innovation sont axés sur la modernisation et la diversification des formations ainsi que sur l’ouverture au monde. Au-delà des usages des technologies de l’information et de la communication dans des situations pédagogiques classiques, on assiste à l’émergence d’autres modes de formation comme les formations ouvertes et à distance (FOAD). De plus en plus, les universités d’Etat et privées camerounaises « ouvrent » et mettent ainsi « à distance » leurs formations. Dans un contexte global de numérisation, d’industrialisation et de massification des savoirs, les soutiens d’organismes internationaux, les appuis d’universités occidentales ou les initiatives propres sont mobilisées.

Parmi les institutions universitaires camerounaises qui offrent des FOAD, on peut notamment citer l’Université de Douala, l’Université de Dschang, l’Université de Ngaoundéré, l’Université de Yaoundé I, l’Université de Yaoundé II, l’Institut Supérieur Siantou, l’Institut Universitaire de Développement International, l’IUT de Bandjoun, l’IAI-Cameroun, l’Ecole Supérieure des Sciences des TIC, l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique, le Centre Public Universitaire des TI. Elles offrent une ou plusieurs FOAD de niveau licence, master ou doctorat. Au-delà de la diversité des offres et modes de formation, ce sont de nouvelles pratiques pédagogiques, de compétences diverses, de nouveaux acteurs de formation, de nouveaux rôles, d’autres formes de diplomation et certification, et de nouvelles frontières qui émergent et se développent. Si on ne peut pas exclure l’effet de mode, les enjeux peuvent aussi être en termes de cyberprésence universitaire, de visibilité au plan national et international, d’accessibilité par un large public, de modernisation des pratiques pédagogiques, de diversification des modes de formation, de gestion des effectifs pléthoriques, de pratiques managériales, de professionnalisation des enseignements, de partenariats universitaires ou de « commercialisation » des offres de formation. Les FOAD au Cameroun peuvent donc mobiliser plusieurs logiques : pédagogiques, scientifiques, techniques, politiques, sociales, symboliques, économiques, etc. Le présent appel à contribution vise alors à dresser l’état des lieux de ces FOAD, et à en analyser le contexte, les enjeux, les logiques, les configurations, les politiques, les finalités, les acteurs, les pratiques, les portées, les défis et les perspectives.

Axes thématiques

Sans être exhaustifs, les axes thématiques suivants pourront être explorés :

  • L’histoire et le contexte des FOAD au Cameroun
  • La cartographie des FOAD au Cameroun
  • La place des FOAD dans l’environnement universitaire camerounais
  • Les enjeux, finalités, portées et défis des FOAD au Cameroun
  • Les plus-values des FOAD en contexte camerounais
  • Les politiques et logiques d’implémentation des FOAD par et/ou dans les institutions universitaires camerounaises
  • Les dispositifs de FOAD au Cameroun
  • Les acteurs et leurs rôles dans des dispositifs de FOAD au Cameroun
  • Les formes et configurations des dispositifs de FOAD au Cameroun
  • Les publics cibles des FOAD implémentées au Cameroun
  • Les pratiques d’enseignement et d’apprentissage dans les FOAD au Cameroun
  • Les pratiques de tutorat dans les FOAD au Cameroun
  • Les pratiques d’évaluation et de régulation dans les FOAD au Cameroun
  • FOAD et formation continue au Cameroun
  • Les atouts et obstacles à la mise en place des FOAD au Cameroun
  • Les FOAD en termes de perspectives au Cameroun

Modalités de soumission

Les propositions de chapitres (titre, résumé et mots-clés ne dépassant pas 400 mots, bibliographie comprise, en Times New Roman, taille 12, format .doc ou .docx), précisant l’auteur, l’affiliation institutionnelle et les coordonnées postales et électroniques, doivent être adressées en attachement à un courriel, à chacune des deux adresses suivantes : beche.emmanuel@gmail.com, pfonkoua2001@yahoo.fr,

Avant le 30 septembre 2014

L’acceptation des propositions sera communiquée par voie électronique le 31 octobre 2014 aux auteurs, qui devront envoyer les textes des articles au plus tard le 30 janvier 2015.

La publication de l’ouvrage est prévue à la fin du premier semestre 2015.

Les dispositifs de formation ouverte et à distance au Cameroun : Etat des lieux, enjeux et perspectives, sous la direction de Pierre Fonkoua et Emmanuel Béché

Comité de rédaction

  • Emmanuel Béché, Université de Maroua
  • Marcelline Djeumeni Tchamabé, Université de Yaoundé I
  • Pierre Fonkoua, Université de Yaoundé I

Comité scientifique

  • Brigitte Denis, Professeure, Université de Liège (Belgique)
  • Brigitte Matchinda, Maître des Conférences, Université de Yaoundé I (Cameroun)
  • Bruno De Lièvre, Professeur, Université de Mons (Belgique)
  • Daniel Peraya, Professeur, Université de Genève (Suisse)
  • Emmanuel Béché, Chargé des Cours, Université de Maroua (Cameroun)
  • Emmanuelle Voulgre, Maître des Conférences, Université Paris Descartes (France)
  • Georges Fonkeng Epah, Maître des Conférences, Université de Buéa (Cameroun)
  • Georges-Louis Baron, Professeur, Université Paris Descartes (France)
  • Joaquin Diaz-Corralejo Conde, Professeur, Universitad Compultense de Madrid (Espagne)
  • Louis-Martin Onguene Essono, Professeur, Université de Yaoundé I (Cameroun)
  • Misse Misse, Professeur, Université de Douala (Cameroun)
  • Philippe Gabriel, Professeur, Université d’Avignon (France)
  • Pierre Doray, Professeur, Université du Québec à Montréal (Canada)
  • Pierre Fonkoua, Professeur, Université de Yaoundé I (Cameroun)
  • Salomon Tchameni Ngamo, Professeur, Université de Montréal (Canada)
  • Thierry Karsenti, Professeur, Université de Montréal (Canada)
  • William Kamdem, Chargé des Cours, Agence Universitaire de la Francophonie (Cameroun)

Dates

  • mardi 30 septembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • FOAD, TICE, université, Cameroun, éducation, apprentissage, enseignement

Contacts

  • Emmanuel Beche
    courriel : beche [dot] emmanuel [at] gmail [dot] com
  • Pierre FONKOUA
    courriel : pfonkoua2001 [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Emmanuel Beche
    courriel : beche [dot] emmanuel [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les dispositifs de formation ouverte et à distance au Cameroun », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 12 août 2014, http://calenda.org/296095