AccueilPurifier, soigner ou guérir ?

Purifier, soigner ou guérir ?

Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale. Regards croisés

*  *  *

Publié le vendredi 22 août 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Quelle est la place du soin des malades, des infirmes en situation de handicap au sein des sociétés anciennes et médiévales, dont la force et le courage du guerrier constituent les valeurs dominantes ? Quelles ruptures, continuités ou transformations / transmissions, des pratiques de soin, des rites de guérison / purification ou d’éloignement des malades peut-on déceler ? Poser un « regard éloigné » et croisé sur les cultures polythéistes et chrétiennes nécessite l’emploi d’un arsenal maximal de sources, puisé des rives de la Méditerranée à celles de la Manche.

Annonce

Argumentaire

Des biologistes américains ont noté l’existence d’une corrélation entre la présence récurrente d’épidémies infectieuses et l’apparition des religions comme facteurs d’entraide et de regroupement humains. Cette hypothèse invite à réévaluer la place et le rôle des comportements religieux en lien avec les maladies. Il existe toujours une ambiguïté du comportement de la divinité ou du saint qui, à la fois, apporte la maladie et sauve le malade. Ce principe empreint de sacré - maudit et bénit - est rarement abordé dans les travaux historiques. Or, l’attitude des hommes n’est jamais neutre à l’égard des malades. Compassion et dérision semblent recouvrir les deux faces d’une même médaille. Si le corps humain sain est un objet de désir, le corps déformé par la maladie fascine autant qu’il repousse. Aussi, en quête de guérison, le malade s’éloigne dans un sanctuaire pour faire venir le dieu à lui ou solliciter la présence de « morts très spéciaux », les saints.

Quelle est la place du soin des malades, des infirmes en situation de handicap au sein des sociétés anciennes et médiévales, dont la force et le courage du guerrier constituent les valeurs dominantes ? Quelles ruptures, continuités ou transformations / transmissions, des pratiques de soin, des rites de guérison / purification ou d’éloignement des malades peut-on déceler ?

Doté d’une documentation exceptionnelle et d’études neuves, le monde anglo-normand forme un point d’ancrage majeur pour conduire une réflexion sur le soin des malades dans l’Occident chrétien. Poser un « regard éloigné » et croisé sur les cultures polythéistes et chrétiennes nécessite l’emploi d’un arsenal maximal de sources, puisé des rives de la Méditerranée à celles de la Manche.

Programme provisoire

Mercredi 1er octobre

À partir de 12 heures

Accueil des participants

Après-midi

  • François-Olivier Touati : Introduction

Entre punition et élection: les maladies sont-elles sacrées?

  • Damien JeanneLa double chair du lépreux: une accusée piteuse et une humiliée glorieuse. Une question de renommée ?

Soirée

Présentation du Centre, des colloques et des participants

Jeudi 2 octobre

Matin

  • Mathieu VivasCorps polluant et espace consacré: le rite liturgique de réconciliation comme purification des églises et des cimetières souillés (Xe-XIVe siècles)

Thérapeutes et mortifères: dieux, saints et rois

  • Béatrice Chevallier-CaseauLatrosophistes et saints guérisseurs: la concurrence entre médecine grecque et médecine religieuse au sein du monde Byzantin
  • Catherine VincentFonction thérapeutique et fonction sotériologique des sanctuaires chrétiens dans l'Occident médiéval
  • Alessandra FoscatiIgnis sacer/ignis infernalis. Les saints taumaturges et la maladie qui brûle les corps

Après-midi

  • Christine DelaplaceDes sanctuaires de guérison païens aux miracles de guérison des saints et des reliques dans l'antiquité tardive: l'exemple de la Gaule (IVe-VIe siècles)

Typologie, topographie et fonctions des lieux religieux

  • Edina BozokyLieux sacrés, lieux de guérison dans la nature au Moyen Age

Soirée

À Saint Thomas d’Aizier, la vie et la mort dans une léproserie médiévale normande, avec Joël BlondiauxCécile Chapelain de Seréville-NielRaphaëlle Lefebvre et Marie-Cécile Truc

Vendredi 3 octobre

Matin

  • Marie-Anne MoulinReliques, images et médications : les voies de la guérison dans le duché d’Alençon au XVe siècle
  • Hélène RéveillasPrise en charge des malades et hôpitaux à la période médiévale : l’exemple des cimetières de l’hôtel-Dieu à Troyes et de l’hospice Saint-Ladre à Reims
  • Katie TuckerA Blessed Punishment : Evidence for leprosy at St Mary Magdalen, Winchester
  • Aurore-Diane SimonComplémentarité des lieux de soins et des espaces religieux dans la prise en charge des pauvres malades au sein de l'hôpital médiéval, l'exemple de la Bourgogne

Après-midi

  • Arnaud TastavinGérer le corps pestifère. Reidbruderschafts, confréries et chapelles en Alsace lors de la Peste noire
  • Bénédicte Guillot et Aminte ThomannUne zone funéraire spécifique aux enfants atteints de carences sévères sur le parvis de l'église Saint-Sauveur de Caen à l'époque moderne (avec Olivier DUTOUR)
  • François-Olivier TouatiApparitions, conversions et guérisons: l'incubation en Orient et en Occident du VIe au XVIe siècles

Samedi 4 octobre

Matin

  • François Blary et Denis BougaultUn cas de tentative nécropsique au XVe siècle
  • Dominique Castex et Sacha KackiLes épidémies médiévales et modernes: évolution des savoirs médicaux et des expressions sépulcrales

Savoirs médicaux, rites et pratiques de guérison / purification / exorcisme

  • Joël Chandelier : Pratiques rituelles de guérison et médecine savante à l’époque salernitaine (XIe-XIIe siècles)
  • Thomas Galoppin : Animaux réels, animaux figurés: soigner par le symbole ou soigner par la nature dans la magie de l’époque romaine

Après-midi

  • Magali de Haro SanchezMédecine en magie et magie en médecine: antagonisme et complémentarité entre médecine rationnelle et médecine magique d'après les sources papyrologiques et littéraires gréco-latines
  • Julien VéronèseProtéger, guérir et rendre malade dans la magie savante médiévale (XIIe-XVe siècles)
  • Emilie PiguetPourquoi faire parler et agir un dieu comme un technicien? Etude des interactions entretechnè médicale et guérisons miraculeuses dans les sanctuaires d’Asclépios

Soirée

Musique

Dimanche 5 octobre

Matin

Evelyne SamamaDe l'eau lustrale à l'eau médicale: pourquoi fréquenter les thermes dans l'Antiquité?

François ComteMédecins, barbiers, apothicaires et établissements religieux à Angers (fin XIIIe-début XVIe siècles)

Christine DelaplaceConclusions

Après-midi

Départs

Intervenants

Edina Bozoky est maître de conférences en histoire médiévale, habilitée à diriger les recherches à l’Université de Poitiers, et membre du Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale. Elle est spécialiste des croyances religieuses et légendes médiévales. Elle dirige la collection "Culture et société médiévales" aux éditions Brepols.

Joël Chandelier est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris 8. Ancien élève de l’Ecole des Chartes, il a consacré son doctorat à l’étude de la réception latine du Canon d’Avicenne. Actuellement, il prépare l’édition du Colliget, le principal ouvrage médical d’un autre médecin et philosophe arabe, Averroès.

François Comte est conservateur du patrimoine, est archéologue et responsable des collections archéologiques, historiques et iconographiques de l’Anjou aux musées d’Angers. Membre de l’UMR 7324 CITERES-LAT (Tours), chargé de cours à l’Université d’Angers, il a consacré une partie de ses recherches à l’archéologie des hôpitaux lors des fouilles de l’hôpital Saint-Jean et de la chapelle Saint-Lazare d’Angers. Il a, par ailleurs, participé à plusieurs colloques sur l’histoire de la médecine et des hôpitaux.

Christine Delaplace est historienne de la christianisation des campagnes et de la transformation des élites de l'Occident durant le passage de l'Antiquité tardive au Haut-Moyen-Age. Après une thèse consacrée à l'image de la société et du monde rural dans l'occident chrétien aux IV-VIe siècles, elle a diversifié ses intérêts en direction des phénomènes de christianisation des campagnes et de contrôle de l'infrastructure ecclésiastique rurale. Ces recherches aboutissent à l'organisation et à la publication du colloque "Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IV-IXe siècle" tenu à Toulouse en  2003.

Alessandra Foscati est chercheure à l'Università di Bologna, Dipartimento dei Beni Culturali. Ses travaux s'inscrivent dans le domaine de l'hagiographie, en particulier les études des miracles de guérison et  l'histoire de la médecine au Moyen Age. Sur le sujet de la présente communication, elle a publié: Ignis sacer. Una storia culturale del ‘fuoco sacro’ dall’antichità al Settecento (Micrologus' Library), Firenze 2013; "La Vergine degli ‘Ardenti’. Aspetti di un culto taumaturgico nelle fonti mariane tra XII e XIII secolo", in Hagiographica, XVIII (2011); "I tre corpi del santo. Le leggende di traslazione delle spoglie di sant'Antonio abate in Occidente", in Hagiographica, XX (2013).

Thomas Galoppin est doctorant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section des sciences religieuses, et membre du laboratoire Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques (AnHiMA - UMR 8210) à Paris, Thomas Galoppin prépare une thèse sur les animaux et le pouvoir rituel dans les pratiques "magiques" du monde romain antique, en tentant d’intégrer une approche anthropozoologique à l’histoire des religions du monde gréco-romain.

Aminte Thomann est membre de l'Inrap, Centre de Grand Quevilly et du CRAHAM, UMR 6273, Université de Caen Basse-Normandie.

Après une thèse de doctorat en Langues et Lettres à l’Université de Liège, consacrée aux Recherches sur les papyrus iatromagiques grecs et latin d’Egypte. Contribution de la papyrologie à la typologie des écrits de magie dans l’Antiquité, Magali de Haro Sanchez a poursuivi à l’Université de Paris-Sorbonne des recherches sur la médecine grecque dans le LABEX RESMED "Médecine et magie: la littérature iatromagique dans l’Antiquité gréco-latine".

Damien Jeanne est docteur en histoire et archéologie des mondes médiévaux (thèse soutenue en 2010 à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense). Chargé de cours à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre associé au Centre Michel-de-Boüard, CRAHAM - UMR 6273 du CNRS, ses travaux portent sur l’histoire et l’anthropologie des maladies au Moyen Âge.

Marie-Anne Moulin est Docteur en Histoire et Civilisations de l’EHESS (Paris). Sa thèse a porté sur "Argentan au Moyen Âge, aspects urbains et sociaux, économiques", sous la direction de Philippe Braunstein, Paris, 2007. Chargée de TD à l'Université du Havre, elle est membre associé, CRAHAM, UMR 6273 UCBN/CNRS.

Emilie Piguet est docteur en histoire. Chercheur associé au laboratoire ISTA (Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité - EA 4011), Université de Franche-Comté. Elle a soutenue en 2012 une thèse sur "Le culte et les sanctuaires d’Asclépios dans les îles de l’Egée et sur les côtes occidentales de l’Asie Mineure (IVe siècle av J.-C.; IIIe siècle ap. J.-C.)" sous la direction de Guy Labarre.

Aurore-Diane Simon est Chercheur associée à UMR 6298 Artéhis et docteur en histoire du Moyen Age depuis la soutenance de la thèse intitulée "Implantations, activités et relations des établissements d'assistance en Bourgogne à la fin du Moyen Age". Thèmes de recherche: Observer les caractéristiques (organisation, assistés reçus, fonctionnement...) des établissements d’assistance, pour analyser leurs interactions avec leurs environnements (milieux naturel, politique, religieux, économique, social...) et déterminer le rôle qu’ils ont pu jouer dans l’évolution de la société médiévale et la construction du paysage local.

Agrégé et docteur en histoire, spécialiste de la magie rituelle médiévale, Julien Véronèse a soutenu en 2004 une thèse consacrée à l’Ars notoria (Université Paris X - Nanterre), et il est maître de conférences à l’Université d’Orléans (Laboratoire POLEN-CESFiMA) depuis 2005.

Mathieu Vivas est docteur en Histoire et Archéologie du Moyen Age. Menées de façon interdisciplinaire, ses recherches concernent la privation volontaire de sépulture et les inhumations atypiques (Xe - début du XIVe siècles), sujet d’une thèse soutenue à l’Université de Poitiers en 2012.

Raphaëlle Lefebvre est archéo-anthropologue à l’INRAP Haute et Basse-Normandie et chercheuse associée au CRAHAM, elle a réalisé un mémoire de Master Recherche sur "Les pratiques funéraires dans les léproseries médiévales en Normandie". Membre du groupe de recherche Historia leprosorum, elle participe, en plus de ses activités professionnelles, à l’étude de la léproserie d’Aizier en collaboration avec Cécile Chapelain de Séreville-Niel et Marie-Cécile Truc.

Marie-Cécile Truc est Ingénieure de recherche à l'Inrap, membre associée au CRAHAM (UMR 6273) et membre du groupeLazari au sein du CAHMER (université de Picardie). Elle est responsable de fouilles sur des sites ruraux du haut-Moyen Age et le Moyen Age et a notamment dirigé la fouille programmée de la léproserie médiévale d’Aizier (Eure) de 1998 à 2008, en collaboration avec Cécile Chapelain de Séreville-Niel.

Direction

  • Cécile Chapelain de Seréville-Niel,
  • Damien Jeanne
  • Pierre Sineux

Lieux

  • Centre culturel de Cerisy-la-Salle - Le château
    Cerisy-la-Salle, France (50)

Dates

  • mercredi 01 octobre 2014
  • jeudi 02 octobre 2014
  • vendredi 03 octobre 2014
  • samedi 04 octobre 2014
  • dimanche 05 octobre 2014

Mots-clés

  • saint, maladie, paléopathologie, paléoanthropologie, religion, Normandie, Moyen Age, Antiquité, biologie

Contacts

  • Cécile Niel
    courriel : cecile [dot] niel [at] unicaen [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Micael Allainguillaume
    courriel : micael [dot] allainguillaume [at] unicaen [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Purifier, soigner ou guérir ? », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 22 août 2014, http://calenda.org/296865