AccueilDes rencontres ambiguës : les relations entre anglophones et francophones au Québec, de la Conquête à la Révolution tranquille

Des rencontres ambiguës : les relations entre anglophones et francophones au Québec, de la Conquête à la Révolution tranquille

Ambiguous Encounters: Anglophone-Francophone Relations in Quebec, from the Conquest to the Quiet Revolution

*  *  *

Publié le mardi 02 septembre 2014 par João Fernandes

Résumé

De nos jours, les questionnements et les approches sur les relations entre anglophones et francophones se sont considérablement multipliés. On se penche tant sur les rencontres entre ces deux groupes dans un cadre privé que dans la société de manière plus générale. On ne compte plus les travaux dans lesquels cette question est abordée sur les plans religieux, culturel, social, familial, institutionnel, juridique ou politique. Le Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ) et le Morrin Centre convient, les 27 et 28 mars 2015, ceux et celles qui s'y intéressent à un colloque sur les relations entre anglophones et francophones au Québec de la Conquête à la Révolution tranquille. Cet événement se veut une occasion de faire le point sur la multitude de travaux sur le sujet, de présenter des résultats de recherche à la communauté scientifique et au grand public cultivé et de susciter de nouveaux questionnements.

Annonce

Argumentaire

Les historiens du Québec étudient les rapports entre anglophones et francophones depuis longtemps. Dès le milieu du XIXe siècle, François-Xavier Garneau fait état de ces relations dans son oeuvre majeure, Histoire du Canada, en mettant l'accent sur les rapports de force inégaux entre les deux groupes. D'autres historiens du XIXe et du début du XXe siècle se penchent uniquement sur les rapports harmonieux entre ce qu'ils présentent comme les deux « races fondatrices ». Au milieu du XXe siècle, des historiens néonationalistes comme Michel Brunet proposent plutôt une lecture essentiellement conflictuelle des interactions entre « Anglais » et « Canadiens » ou « Canadiens-Français ». Depuis, sans nier cette base conflictuelle importante et sans tomber de nouveau dans le jovialisme d'antan, les chercheur(e)s ont élargi les horizons pour aborder également, d'un point de vue critique, les relations moins conflictuelles qu'entretiennent ces deux groupes, en s’intéressant aux organisations et aux lieux au sein desquels ils se croisent. De nos jours, les questionnements et les approches sur ce sujet se sont considérablement multipliés. On se penche tant sur les rencontres entre anglophones et francophones dans un cadre privé que dans la société de manière plus générale. On ne compte plus les travaux dans lesquels cette question est abordée sur les plans religieux, culturel, social, familial, institutionnel, juridique ou politique. 

Le Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ) et le Morrin Centre convient ceux et celles qui s'y intéressent à un colloque sur les relations entre anglophones et francophones au Québec de la Conquête à la Révolution tranquille. Cet événement se veut une occasion de faire le point sur la multitude de travaux sur le sujet, de présenter des résultats de recherche à la communauté scientifique et au grand public cultivé et de susciter de nouveaux questionnements. 

Axes thématiques

De manière non exhaustive, le comité organisateur souhaite explorer les thématiques suivantes :

  • les sources de tensions et d’ententes entre anglophones et francophones
  • les rapports entre les Québécois francophones et les multiples communautés québécoises  anglophones ou d'expression anglaise (irlandaise, écossaise, anglaise, juive, etc.)
  • les effets du croisement de l'appartenance ethnoreligieuse avec d'autres marqueurs 
  • identitaires comme le genre, la classe sociale ou la race (femmes, travailleurs, Noirs, 
  • Premières Nations, etc.)
  • les mariages mixtes et les familles résultant de ces unions
  • les rencontres et les conflits interreligieux
  • les rencontres institutionnelles et le bijuridisme
  • les réseaux de sociabilités mixtes (professionnels, amicaux, etc.)
  • les rapports de pouvoir au sein de la sphère politique
  • les rapports de force économiques
  • les influences culturelles de part et d’autre, le syncrétisme culturel et les rapports de 
  • pouvoir culturels
  • la cohabitation et la ségrégation spatiales et géographiques 

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Le comité organisateur vous invite à soumettre des propositions de communication en français ou en anglais (500 mots)

avant le 26 septembre 2014.

Les propositions doivent comprendre un titre, un résumé de 200 à 300 mots (comprenant les sources utilisées) ainsi qu’une brève notice biographique (incluant l’affiliation institutionnelle, le domaine de recherche, les principales publications et les coordonnées), le tout tenant sur une page. Les propositions doivent être soumises par courriel (en fichier joint Word ou PDF) à l’attention d’Alex Tremblay à l’adresse suivante : colloqueanglofranco@cieq.ulaval.ca. 

Comité organisateur

  • Alex Tremblay, président du comité, candidat au doctorat, Université Laval / Université libre de Bruxelles, CIEQ
  • Anne Catherine Bélanger-Catta, candidate à la maîtrise, Université de Sherbrooke, CIEQ
  • Patrick Donovan, candidat au doctorat, Université Laval, CIEQ
  • Jonathan Fortin, candidat à la maîtrise, Université de Sherbrooke, CIEQ
  • Donald Fyson, professeur titulaire, Département des sciences historiques, Université Laval, CIEQ / Morrin Centre
  • Barry McCullough, directeur exécutif, Morrin Centre
  • Lorraine O’Donnell, coordonnatrice-chercheuse du Réseau de recherche sur les communautés québécoises d'expression anglaise (RRCQEA), Université Concordia
  • Karine Pépin, candidate à la maîtrise, Université de Sherbrooke, CIEQ 

Comité scientifique 

  • Alex Tremblay, président du comité, candidat au doctorat, Université Laval / Université libre de Bruxelles, CIEQ
  • Patrick Donovan, candidat au doctorat, Université Laval, CIEQ
  • Jonathan Fortin, candidat à la maîtrise, Université de Sherbrooke, CIEQ
  • Donald Fyson, professeur titulaire, Département des sciences historiques, Université Laval, CIEQ / Morrin Centre
  • Lorraine O’Donnell, coordonnatrice-chercheuse du Réseau de recherche sur les communautés québécoises d'expression anglaise (RRCQEA), Université Concordia

Lieux

  • 44, chaussée des Écossais
    Québec, Canada (G1R 4H3)

Dates

  • vendredi 26 septembre 2014

Mots-clés

  • relations, anglophones, francophones, conquête, Révolution tranquille, Québec

Contacts

  • Alex Tremblay
    courriel : alex [dot] tremblay [dot] 1 [at] ulaval [dot] ca

Source de l'information

  • Anne Catherine Bélanger-Catta
    courriel : colloqueanglofranco [at] cieq [dot] ulaval [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Des rencontres ambiguës : les relations entre anglophones et francophones au Québec, de la Conquête à la Révolution tranquille », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 septembre 2014, http://calenda.org/296920