AccueilLes entrepreneurs de l’aménagement du littoral (XVIIIe­‐XIXe siècles)

*  *  *

Publié le lundi 25 août 2014 par Elsa Zotian

Résumé

À l’image de ce qui se pratique de nos jours, l’aménagement du littoral dans le passé a pour ambition de répondre aux enjeux stratégiques du temps, qu’ils soient d’ordre militaires et défensifs, économiques ou encore relatifs à la protection des biens et des personnes contre l’agression de l’Océan. Au croisement de multiples champs de recherche et au cœur de ces travaux d’aménagement, il y a les entrepreneurs au centre des jeux de pouvoirs s’exerçant entre l’État, l’ingénieur et la microsociété qu’est le chantier de construction. C’est en constatant un effondrement de leur participation, durant la période révolutionnaire, aux procédures d’adjudication ou de soumission des travaux d’aménagement qu’est né l’intérêt d’une étude de ces acteurs, sur le temps long.

Annonce

Argumentaire

À l’image de ce qui se pratique de nos jours, l’aménagement du littoral dans le passé – qu’il soit opéré par le Génie militaire ou par l’administration des Ponts-et-Chaussées – a pour ambition de répondre aux enjeux stratégiques du temps, qu’ils soient d’ordre militaires et défensifs, économiques ou encore relatifs à la protection des biens et des personnes contre l’agression de l’Océan. Au croisement de multiples champs de recherche et au cœur de ces travaux d’aménagement, il y a les entrepreneurs[1]. Ils sont au centre des jeux de pouvoirs s’exerçant entre l’État, l’ingénieur et la microsociété qu’est le chantier de construction. C’est en constatant un effondrement de leur participation, durant la période révolutionnaire, aux procédures d’adjudication ou de soumission des travaux d’aménagement qu’est né l’intérêt d’une étude de ces acteurs, sur le temps long,  afin d’éclairer l’évolution des clauses et des conditions de leur activité avec le client « État ».

Le deuxième congrès international du GIS d’Histoire maritime, qui s’est tenu à Nantes en juin 2013, a été l’occasion de présenter brièvement quelques-unes de nos premières observations et perspectives de recherche[2]. Nous souhaitons amplifier cette synergie de travail de manière à poser les premiers éléments d’une histoire globale des entrepreneurs de l’aménagement du littoral grâce au croisement des données textuelles et chiffrées, émanant de la sphère publique comme de la sphère privée, disponibles à leur sujet.

L’organisation de cette journée répond à cet objectif, quatre axes sont proposés à la réflexion et pourraient, entre autres, permettre de :

  1. travailler à la définition du cadre d’action des entrepreneurs de l’aménagement du littoral. À terme, c’est la question de leur rapport, de leur relation à l’État, leur principal commanditaire, qui est posée ;
  2. mettre en exergue les spécificités qui caractérisent ces entrepreneurs. Leur intervention face à l’Océan nécessite-t-elle une connaissance de ce milieu et impose-t-elle des contraintes et des techniques de construction particulières ? Les questions de leur « degré de spécialisation[3] » ; de leurs relations avec les ingénieurs, qui conçoivent l’aménagement, pourront alors être posées. Au-delà, c’est la dimension schumpétérienne de l’entrepreneur de travaux publics qui est abordée ;
  3. s’intéresser aux stratégies entrepreneuriales développées pour capter les marchés lors des adjudications et des soumissions. Cela pose la question de la concurrence, du cautionnement et des associations d’entrepreneurs pour faire face à leurs engagements ;
  4. travailler à la reconstruction des trajectoires personnelles et professionnelles et tenter de mettre en place des indicateurs permettant de mesurer le volume d’activité ainsi que la réussite ou l’échec économique de ces entrepreneurs de l’aménagement du littoral.

[1] Notre acceptation du terme d’entrepreneur est largement influencée par les définitions des dictionnaires du XVIIIsiècle qui présentent majoritairement cette personne comme un « Architecte [ou un maître-maçon] qui entreprend un bâtiment [ou des travaux publics] pour un certain prix […] et en assure la conduite. »

[2] Égasse Benjamin et Soubeiroux-Cartigny Catherine, « Les petits entrepreneurs de travaux publics sur le littoral (XVIIIe-XIXe siècles). Une histoire maritime, économique et environnementale. Enjeu historiographique et défi méthodologique », Revue d’Histoire Maritime, actes du IIe Congrès d’Histoire Maritime, Paris, PUPS, à paraître en 2014.

[3] Conchon Anne, « Les comptes d’une politique de travaux publics au XVIIIe siècle », intervention dans le cadre du séminaire Chiffres privés, chiffres publics : calculs, comptabilités et statistiques (XVIIe-XXIe siècle), organisé conjointement par l’IDHE, l’IGPDE et l’IRHIS, Paris, Ministère de l’Économie et des Finances, le 6 février 2014.

Programme 

À partir de 9h : Accueil des intervenants et des auditeurs

 9h20 : Mot d’accueil par Sylviane LLINARES, Professeur des universités, directrice du CERHIO-Lorient CNRS UMR 6258, Université de Bretagne-Sud.

  • 9h30 – 10h : Grégory FLOC’H, doctorant en Histoire de l’art, Université de Nantes
    Petite grammaire à l’usage des entrepreneurs de l’aménagement du littoral : origine du « style sévère » breton ?
  •  10h00 – 10h30 : Stéphane DURAND, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Équipe HEMOC / Centre Norbert Elias - UMR 8562
    Les entrepreneurs des travaux portuaires en Languedoc au XVIIIe siècle : de la concurrence à la défaillance

 10h30 – 10h45 : Discussion

 10h45 – 11h00 : Pause café

  •  11h00 – 11h30 : Anne CONCHON et Éric SZULMAN, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IDHES CNRS UMR 8533
    Recomposition administrative et stratégies entrepreneuriales : la compétence du département des Ponts et Chaussées sur les ports de commerce dans la seconde moitié du xviiie siècle

 11h30 – 12h00 : Alexandre ROY, Université de Tokyo, Institut des Sciences Sociales
La modernisation du littoral japonais à la fin du XIXe siècle, entre initiative locale et prérogative d’Etat : le cas de l’aménagement du port de Moji entre 1886 et 1889

 12h00 – 12h15 : Discussion

 12h30 – 13h45 : Déjeuner

 14h00 – 14h30 : Catherine SOUBEIROUX et Benjamin ÉGASSE, Université de Bretagne-Sud, CERHIO CNRS UMR 6258
Les petits entrepreneurs de travaux publics et la conjoncture. L’aménagement du littoral de la Bretagne Sud en temps de crise (XVIIIe – XIXe siècles)

 14h30 – 15h00 : Pierre CAILLOSSE, Université de La Rochelle, UMR LIENSs – Équipe ESTRAN
L’adjudication des petits travaux maritimes aux XVIIIe et XIXe siècles : évolution, spécialisation et contrôle. Le cas de la pointe du Médoc

 15h15 – 15h30 : Discussion

 15h30 – 15h45 : Pause

 15h45 – 16h15 : Jean-Christophe FICHOU, chercheur associé du LÉA, Université de Tours et de l’UMR 5196, Techniques et Cultures, CNRS – MNHM,
Construire les phares au XIXe siècle

 16h15 – 17h00 : Synthèse et conclusion de la journée par Gérard LE BOUËDEC, Professeur émérite d'histoire à l'Université de Bretagne-Sud et directeur du GIS d'Histoire maritime

 

Lieux

  • Maison de la recherche – Le Paquebot - 4 rue Jean Zay
    Lorient, France (56100)

Dates

  • mercredi 17 septembre 2014

Mots-clés

  • entrepreneur, littoral, fortifications, défenses contre la mer, aménagements portuaires

Contacts

  • catherine soubeiroux
    courriel : catherine [dot] soubeiroux [at] univ-ubs [dot] fr
  • benjamin égasse
    courriel : benjamin [dot] egasse [at] niv-ubs [dot] fr

Source de l'information

  • catherine soubeiroux
    courriel : catherine [dot] soubeiroux [at] univ-ubs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les entrepreneurs de l’aménagement du littoral (XVIIIe­‐XIXe siècles) », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 25 août 2014, http://calenda.org/297780