AccueilLa valeur du désaccord

La valeur du désaccord

The value of disagreement

*  *  *

Publié le jeudi 25 septembre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Le désaccord, qu’il soit exprimé dans le  domaine public ou la sphère privée, a alimenté des études disciplinaires et interdisciplinaires nourries, du fait notamment de sa mauvaise réputation.  Quand il persiste et semble insoluble, le désaccord est en effet le plus souvent perçu comme un échec de la communication, a minima, ou de la capacité d’échanger de façon rationnelleAinsi, il reflèterait  l’incapacité pour les individus ou les groupes de parvenir à un consensus ou à un compromis. La tradition philosophique, les sciences du langage et les sciences sociales semblent à ce titre majoritairement accepter l’idée selon laquelle le désaccord doit être surmonté au profit d’un accord sur ce qui est jugé vrai ou raisonnable.

Annonce

Jérôme Ravat (CURAPP, Université Jules Verne) et Albin Wagener (CODIRE, Université de Nantes / UCO) organisent les mardi 5 et mercredi 6 mai 2015 un colloque pluridisciplinaire autour de la valeur du désaccord à l’Université Catholique de l’Ouest à Angers. 

Argumentaire

Le désaccord, qu’il soit exprimé dans le  domaine public ou la sphère privée, a alimenté des études disciplinaires et interdisciplinaires nourries, du fait notamment de sa mauvaise réputation.  Quand il persiste et semble insoluble, le désaccord est en effet le plus souvent perçu comme un échec de la communication, a minima, ou de la capacité d’échanger de façon rationnelle. Ainsi, il reflèterait  l’incapacité pour les individus ou les groupes de parvenir à un consensus ou à un compromis. La tradition philosophique, les sciences du langage et les sciences sociales semblent à ce titre majoritairement accepter l’idée selon laquelle le désaccord doit être surmonté au profit d’un accord sur ce qui est jugé vrai ou raisonnable.

Ainsi, la rhétorique d’Aristote affirme que la délibération, liée à  l’action collective, a pour horizon le dépassement des différends  grâce aux vertus du logos. La « nouvelle rhétorique » (Perelman, 1997), dans la continuité de ce projet, condamne fermement l’éristique, c’est-à-dire tout usage de la rhétorique destiné à vaincre l’adversaire au lieu de le convaincre et de trouver la vérité. La pragma-dialectique (Van Eeemeren et Grootendorst, 2004) définit la discussion comme une interaction dans laquelle les parties engagées tentent d’aboutir  à un accord au moyen de règles de coopération. Du point de vue de la pragmatique linguistique (Waldron et Applegate, 1994), le désaccord est défini comme une forme de conflit qui mettrait à jour une incapacité à pouvoir négocier la communication entre interactants, voire un affrontement d’intérêts susceptible la plupart du temps d’entraîner l’exercice du pouvoir (Locher, 2004) ; les mécanismes de politesse seraient alors chargés de pouvoir lisser les désaccords, les éviter ou en minimiser les impacts (Kerbrat-Orecchioni, 1996).  En philosophie politique, la théorie de l’ « agir communicationnel »  (Habermas, 1999)  perçoit l’échange entre individus ou groupes comme un processus orienté par un effort d’intercompréhension et guidé par des principes éthiques universalisables. Le libéralisme politique de Rawls préconise la « méthode d’évitement » c’est-à-dire l’éviction des désaccords moraux de la sphère publique au profit d’une réflexion sur les principes de justice permettant un « consensus par recoupement » (Rawls, 1995). Toutes ces positions ont comme point commun de privilégier l’accord au détriment du désaccord.

Il s’agira ici de prendre le contre-pied de ces différentes conceptions pour souligner au contraire le fait que le désaccord, loin d’être simplement un échec ou un défaut, se déploie selon une logique spécifique et possède bel et bien une valeur. Autrement dit, il s’agira  de mettre en lumières les fonctions sociales, morales, politiques du désaccord, tout particulièrement dans un cadre démocratique ouvert à la diversité des positionnements idéologiques, politiques, et religieux. Plusieurs fonctions du désaccord, encore peu mis en lumière dans la littérature scientifique, peuvent ici être explorées :

  • La fonction persuasive du désaccord : le désaccord vise à convaincre l’Opposant ou le Tiers au moyen de dispositifs rhétoriques spécifiques. Il existe à ce titre une rhétorique du désaccord qui n’est pas encore suffisamment mise en avant dans les travaux spécialisés.
  • La fonction coordinatrice du désaccord : plus que toute autre forme de communication « réussie », le désaccord mettrait en exergue la capacité des individus à pouvoir se coordonner de manière efficace pour construire une communication dite « disruptive », par le biais d’un processus réglementé (Goodwin et Goodwin, 1990) – soit la métaphore du « ring de boxe ».
  • La fonction intégrative et transformatrice du désaccord,  Dans cette perspective, le désaccord permet d’unifier les groupes,  en tissant un lien social entre leurs membres  comme le montre la « sociologie du conflit » (Simmel, 1995 ; Freund 1983). Par sa dimension créatrice, il contribue ainsi à insuffler un dynamisme aux communautés humaines, favorisant leurs transformations
  • La fonction politique du désaccord. Le déaccord est ainsi constitutif de la vie démocratique selon les tenants de la « démocratie radicale » (Laclau  et Mouffe, 1985 ; Mouffe, 2000) : le désaccord est ici conçu comme ce qui permet la formation d’un « nous », opposé à une extériorité constituante (un « ils »), tout particulièrement au sein des démocraties pluralistes. Il favorise les processus de subjectivation politique fondés sur la « mésentente » (Rancière, 1995) rend possible l’émergence de « contre-public subalternes » (Fraser, 2011) traditionnellement exclus de la participation à la vie politique.  Quand il se substitue au conflit physique violent, et qu’il prend par exemple la forme de la polémique, il le désaccord rend ainsi possible la « coexistence dans le  dissensus » (Amossy, 2013) au sein d’un espace public perçu comme une « arène agonistique » (Frega, 2012)
  • La fonction  expressive du désaccord : le désaccord permet de clarifier l’identité respective de ses opposants, et de les positionner par là-même sur l’échelle sociale, comme le montrent notamment les formes discursives du désaccord politique (Windisch 1982), ainsi que les constructions socio-psychologiques des individus par des processus de différentiation avec autrui (Tafjel et Turner, 2001 ; Lerbet-Séréni, 1994). Le désaccord permet ainsi à ceux qui l’expriment de faire entendre leur voix, et de satisfaire leur besoin de reconnaissance par le biais de la protestation et de la revendication (Honneth, 2000). Il permet enfin  aux agents de rendre  visibles leurs « évaluations fortes » (Taylor, 2005), s’incarnant dans des engagements éthiques.

L’exploration des diverses fonctions du désaccord nécessitera de confronter les données rassemblées par différents champs de recherche (philosophie morale et politique, sciences du langage, sociologie, psychologie, anthropologie…) afin de cerner les modalités selon lesquelles la valeur du désaccord peut être établie. Il s’agira également d’explorer les capacités de créativité nourries par l’expression de désaccords, en ce qu’ils sont susceptibles de permettre l’émergence de nouvelles configurations sociales, sociétales et culturelles (ou interculturelles) en fonction de la manière dont ils sont travaillés, mis en langage, valorisés ou dévalorisés et socialement diffusés.

Conditions de soumission

Les propositions doivent être soumises au format .doc ou .rtf, d'environ une quinzaine de lignes, avec bibliographie.

La date limite pour les propositions de communication est fixée

au vendredi 19 décembre 2014,

avec un retour des décisions d’acceptation pour le vendredi 13 février 2015.

Le programme du colloque sera ensuite communiqué le vendredi 20 mars 2015 au plus tard.

Comité scientifique

  • Ruth Amossy (ADARR, Université de Tel Aviv)
  • Alex Frame (TIL, Université de Bourgogne)
  • Olga Galatanu (CODIRE, Université de Nantes)
  • Nathalie Garric (CODIRE, Université de Nantes)
  • Mariane Gazaille (Université du Québec à Trois-Rivières)
  • Pierre Leroux (CRAPE, Université de Rennes / UCO)
  • Loïc Nicolas (GRAL, Université Libre de Bruxelles)
  • Steve Oswald (CORREA, Université de Fribourg)
  • Jérôme Ravat (CURAPP, Université Picardie Jules Verne)
  • Pierre Usclat (CREN, Université de Nantes / UCO)
  • Francis Yaiche (GRIPIC, Université Paris V)
  • Albin Wagener (CODIRE, Université de Nantes / UCO)

Bibliographie

  • Amossy, R. Apologie de la polémique, Paris, PUF, Coll. « L’interrogation philosophique », 2014.
  • Boltanski, L. De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.
  • Boudon, R. Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995.
  • Van Eemeren, F.H., & R. Grootendorst. A systematic theory of argumentation: The pragma-dialectical approach. Cambridge, Cambridge University Press, 2004.
  • Fraser, N. Qu’est-ce que la justice sociale ? Paris, La Découverte, 2011.
  • Frega, R. Practice, Judgement, and The Challenge of Moral and Political Disagreement : A Pragmatist Account, Lanham, Lexington Books, 2012
  • Freund, J. Sociologie du conflit, Paris, PUF, 1983.
  • Habermas, J. L’éthique de la discussionParis, Flammarion, collection « Champs », 1999.
  • Honneth, A. La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, collection « Passages », 2000.
  • Laclau, E. & C. Mouffe. Hegemony and Socialist Strategy : Towards a Radical Democratic Politics, Londres, Verso, 1985.
  • Lemieux, C. Le devoir et la grâce, Paris, Economica, 2009.
  • Mouffe, C. « For an Agonistic Model of Democracy », in O’Sullivan, N. (dir.), Political Theory in Transition, Londres, Routledge, 2000.
  • Rancière, J. La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995.
  • Perelman, C. L’empire rhétorique, rhétorique et argumentation, Paris, Vrin, 1997.
  • Phillips, A. The politics of presence, Oxford, Oxford University Press, 1995.
  • Rawls, J.  Libéralisme politique, Paris, PUF, 1995.
  • Simmel, G. Le conflit, Paris, Circé, 1995.
  • Tajfel, H., & J. Turner. An integrative theory of intergroup conflict. Intergroup relations: Essential readings (p. 94-109). New York, Psychology Press, 2001.
  • Taylor, C. The Ethics of Authenticity, Harvard, Harvard University Press, 2005.
  • Varela, F. Quel savoir pour l’éthique, Paris, La Découverte, 1996.

Dates

  • vendredi 19 décembre 2014

Mots-clés

  • désaccord, pragma-dialectique, rhétorique, démocratie

Contacts

  • Albin Wagener
    courriel : awagener [at] uco [dot] fr

Source de l'information

  • Albin Wagener
    courriel : awagener [at] uco [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La valeur du désaccord », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 25 septembre 2014, http://calenda.org/299910