AccueilL’économie de l’esclavage en Méditerranée médiévale et moderne

*  *  *

Publié le lundi 06 octobre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

L’histoire de l’esclavage en Méditerranée médiévale et moderne a souvent été abordée comme un phénomène résiduel et presque anecdotique. En résumé, on a soutenu que, avant (et après) l’éclosion de la traite négrière atlantique et son impact en Amérique coloniale, l’esclavage dans l’espace méditerranéen était limité à l’arrivée d’un nombre relativement réduit d’hommes et de femmes prioritairement destinés aux tâches ménagères. Cependant, l’esclavage, étroitement dépendant des dynamiques du grand commerce international, ainsi que des réseaux commerciaux et des agents qui en faisaient partie, a été en premier lieu une réponse à une demande en travailleurs, normalement liée à un équilibre entre le travail, son coût et la croissance économique d’une aire ou d’une région donnée. Par ailleurs, il a été une activité économique largement lucrative, développée sur les bords d’une Méditerranée interconnectée, prête à s’ouvrir à l’Atlantique africain dès le milieu du XVe siècle, qui a attiré les intérêts de grandes compagnies commerciales et de sociétés bancaires.

Annonce

Argumentaire

L’histoire de l’esclavage en Méditerranée médiévale et moderne a souvent été abordée comme un phénomène résiduel et presque anecdotique. En résumé, on a soutenu que, avant (et après) l’éclosion de la traite négrière atlantique et son impact en Amérique coloniale, l’esclavage dans l’espace méditerranéen était limité à l’arrivée d’un nombre relativement réduit d’hommes et de femmes prioritairement destinés aux tâches ménagères.

Cependant, l’esclavage, étroitement dépendant des dynamiques du grand commerce international, ainsi que des réseaux commerciaux et des agents qui en faisaient partie, a été en premier lieu une réponse à une demande en travailleurs, normalement liée à un équilibre entre le travail, son coût et la croissance économique d’une aire ou d’une région donnée. Par ailleurs, il a été une activité économique largement lucrative, développée sur les bords d’une Méditerranée interconnectée, prête à s’ouvrir à l’Atlantique africain dès le milieu du XVsiècle, qui a attiré les intérêts de grandes compagnies commerciales et de sociétés bancaires.

Ainsi, étudier l’esclavage du point de vue de sa complexité économique permet non seulement d’avoir un aperçu de son impact sur le marché du travail dans les régions qui ont employé une main-d’œuvre servile, mais permet également de l’analyser comme un phénomène qui a eu une importance fondamentale dans l’articulation des circulations économiques internationales et intercontinentales.

Face à une tradition historiographique qui s’est appliquée à analyser les implications de l’esclavage selon une perspective essentiellement quantitative, cette journée d’études souhaiterait :

  • Identifier les principaux espaces d’acquisition de la main-d’œuvre servile en Europe, en Asie centrale et en Afrique pendant le Moyen Âge et la première  modernité, ainsi que les régions consommatrices (chrétiennes et musulmanes) des deux rives de la Méditerranée.
  • Explorer les réseaux de transport et de commercialisation d’esclaves en Méditerranée et dans le contexte de l’expansion atlantique, les acteurs économiques qui y participaient et le rapport entre investissement, profit et fiscalité publique.
  • Analyser du point de vue économique les spécificités des modèles d’esclavage développés dans l’espace méditerranéen, chrétien et musulman, pendant la période médiévale et le début de l’époque moderne.
  • Étudier l’impact de l’esclavage dans l’économie productive, notamment sur le marché du travail urbain et rural, et explorer sa relation avec les autres formes de travail.

Programme

09h00-09h30 : Accueil café

09h30-09h45 : Ivan Armenteros (Aix-Marseille Université, LabexMed, LA3M-TELEMME), Introduction

09h45-10h15 : Salah Trabelsi (Université Lumière Lyon 2), Travail et esclavage. Mutations socio-économiques à l'âge d'or abbasside 

10h15-10h45 : Roser Salicrú i Lluch (Institució Milà i Fontanals - CSIC, Barcelone), Des gens sans passé ? La question du bagage professionnel des captifs musulmans

10h45-11h15 : Hayri Göksin Özkoray (École Pratique des Hautes Études), La géographie du commerce des esclaves dans l’Empire ottoman et l’implication des marchands occidentaux

11h15-12h00 : Discussion

12h00 : Déjeuner

14h00-14h30 : António de Almeida Mendes (Université de Nantes, CRHIA), Le travail servile et la formation de l’État portugais

14h30-15h00 : Francesco Guidi Bruscoli (Università degli Studi di Firenze), Un marchand italien d’esclaves à Lisbonne à la fin du XVe siècle: Bartolomeo Marchionni

15h00-15h30 : Manuel Fernández Chaves (Universidad de Sevilla), Les grands contrats d’achat d’esclaves au roi de Portugal et la concession donné à Laurent Gorrevod en 1518

15h30-16h15 : Discussion

16h15-16h30 : Mohamed Ouerfelli, (Aix-Marseille Université, LA3M), Conclusions

Discutante : Giovanna Fiume (Università degli Studi di Palermo)

Lieux

  • Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Georges Duby - 5, rue du Château de l’Horloge
    Aix-en-Provence, France (13090)

Dates

  • lundi 03 novembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • esclavage, transport, commerce, fiscalité, main d'œuvre, travail

Contacts

  • Mohamed Ouerfelli
    courriel : ouerfelli [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr
  • Ivan Armenteros
    courriel : iarmenterosmartinez [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Sandrine Musacchia
    courriel : musacchia [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’économie de l’esclavage en Méditerranée médiévale et moderne », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 06 octobre 2014, http://calenda.org/300764