AccueilPrendre le maquis

Prendre le maquis

Géographie, histoire et mémoires

*  *  *

Publié le jeudi 02 octobre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Ce séminaire se déroule en deux temps et sur deux territoires voisins, l'Ardèche et le Vercors. Il a pour ambition de donner à voir une certaine topographie résistante et de donner à entendre la voix des témoins, mais aussi de faire connaître les travaux de jeunes chercheurs ainsi que ceux de scientifiques confirmés, à partir d'enquêtes réalisées dans différentes régions françaises.

Annonce

Argumentaire

Sous l'Occupation, le maquis incarne une certaine idée de la Résistance française. Assez proche du sens étymologique : celui d'une formation végétale méditerranéenne, dense, touffue, et donc impénétrable, le maquis désigne par extension « un regroupement d’hommes rassemblés illégalement dans un massif forestier ou un village isolé » (F. Marcot). Il s’agit pour les premiers dissidents et réfractaires, de se cacher dans une région isolée et presque toujours forestière. Dès la fin de l'année 1942, et surtout en 1943, devenir maquisard, c’est quitter la ville ou le village, entrer en clandestinité, renoncer à son identité sociale et éventuellement s’engager ultérieurement dans la guérilla et la lutte armée

Des Pyrénées au Jura en passant par la Margeride, le Morvan, les Cévennes ou l'Oisans, le couvert forestier des régions de montagne assurera la sécurité des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), puis deviendra un espace de subversion de l’ordre établi, au sein duquel vont être organisés les maquis de combat, amenés à jouer un rôle majeur dans la libération nationale. Ceux que les autorités appelaient « terroristes » subiront une sévère répression orchestrée par les polices et armées d'occupation italienne, et surtout allemande, appuyées par le régime de Vichy, et la Milice. 70 ans plus tard, il s’agit d’interroger l’histoire mais aussi la mémoire de ces maquis.

Fondée en décembre 2011, l’association Réseau Mémorha réunit en Rhône-Alpes des musées d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, des lieux, des institutions, des associations culturelles et des chercheurs qui travaillent sur les problématiques de mémoire.
Ce réseau s’est donné pour mission première d’engager une réflexion sur les enjeux contemporains de la transmission de l’histoire de la Seconde guerre mondiale, sur les nouvelles formes de manifestation mémorielles et sur leur représentation dans l’espace public, à l’échelle locale, régionale et européenne.

Programme

Vendredi 17 octobre 2014 (le Teil)

Genèse, implantations et typologie des maquis

Modérateur de la journée : Anne-Claire Noirbent

À  partir de 9h30

Accueil  par Bernard Noël, Olivier Vallade et Anne-Claire Noirbent

  • Le phénomène maquis : un bilan historiographique
    Par Jean-Marie Guillon (historien, Université de Provence) 
  • Les maquis du Nord-Ardèche et leur environnement
    Par Sylvette Béraud-Williams (anthropologue, Ardèche)
  • Des maquis antifascistes allemands dans le sud-Drôme et leur influence sur les chantiers de la Jeunesse
    Par Bernard Delpal (historien, Université Lyon 2) 

 À  partir de 13h30

  • Les maquis en région frontalière
    Par Raphaële Balu (doctorante en histoire, Université de Caen)
  • Dessiner le territoire de la Résistance : l’exemple du Secteur 3 de l’AS de l’Isère, interface entre Lyon, Grenoble, Valence et le Vercors
    Par Julien Guillon (historien, Université de Saint-Etienne)
  • Georges Guingouin, une figure du maquis limousin
  • Par Fabrice Grenard (historien, IEP Paris)
  • Visite du musée de la Résistance et de la Déportation en Ardèche
    Par Anne-Claire Noirbent  (directrice du Musée de la Résistance et de la Déportation en Ardèche)

À 17h30

Départ pour le Vercors

À  partir de 21h00

Pour prolonger la journée…Projection

Projection des rushes du film Au cœur de l'orage de Jean Paul Le Chanois (1948). Commentaires par Gilles Vergnon (historien, IEP Lyon)

Samedi 18 octobre, la Chapelle en Vercors

Modérateur de la journée : Philippe Hanus

À partir de 9h30

Accueil des participants par Jacky Casasnovas, Catherine Brette, Pierre Gagnat et Marc Serratrice

Action, représentations et répression des maquis

  • Les maquis alpins de France et d'Italie entre deux occupations (1943-1945)
    Par Gil Emprin (historien, Grenoble)
  • Gendarmerie et maquis : répression et/ou implication ?
    Par Emmanuel Chevet (historien, Université de Dijon)
  • Représentations et pratiques de la montagne alpine en temps de guerre
    Par Philippe Bourdeau (géographe, UJF, Grenoble)
  • Se libérer seuls et trop tôt: les maquis en action juin-juillet 1944
    Par Gilles Vergnon (historien, IEP Lyon)

Maquis et sociétés rurales

À partir de 13h30

  • Maquis du Mont Mouchet et société rurale en Margeride : passé, présent
    Par Martin de la Soudière (anthropologue, EHESS, Paris)
  • Rando-mémoire : à la recherche de la topographie résistante du canton de la Chapelle en Vercors
    Par Philippe Hanus, Olivier Vallade, Pierre-Louis Fillet et Anne Pérotin
  • La construction d’une mémoire collective du maquis des Glières et la mise en récit par les « Rescapés » depuis 1944
    Par Marina Guichard (anthropologue, service mémoire Conseil Général de Haute-Savoie)

Conclusion

  • Par Cécile Vast (historienne LARHRA Lyon-Besançon)

Lieux

  • Cinéma Regain - 3 chemin du Château
    Le Teil, France (07400)
  • Salle polyvalente de la Chapelle en Vercors
    La Chapelle-en-Vercors, France (26420)

Dates

  • vendredi 17 octobre 2014
  • samedi 18 octobre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • maquis, résistance, sociétés rurales, mémoire collective, seconde guerre mondiale

Contacts

  • Rémi Korman
    courriel : reseau [dot] memorha [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Rémi Korman
    courriel : reseau [dot] memorha [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Prendre le maquis », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 02 octobre 2014, http://calenda.org/300824