AccueilÊtre jeune chercheur ou chercheure aujourd'hui : quelles réalités ?

*  *  *

Publié le lundi 13 octobre 2014 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque propose de réfléchir à ce que l’université, en tant qu’institution et lieu de carrières scientifiques, fait à celles et ceux qu’elle forme et qui en font un horizon professionnel désiré. Cette réflexion participe d’une analyse de la place et du rôle de la recherche et de l’université dans notre société. Mais elle porte moins le regard sur la « science » que sur celles et ceux qui la produisent au quotidien.

Annonce

Argumentaire

Ce colloque propose de réfléchir à ce que l’université, en tant qu’institution et lieu de carrières scientifiques, fait à celles et ceux qu’elle forme et qui en font un horizon professionnel désiré. Cette réflexion participe d’une analyse de la place et du rôle de la recherche et de l’université dans notre société. Mais elle porte moins le regard sur la « science » que sur celles et ceux qui la produisent au quotidien. Elle s’impose aujourd’hui car l’université est traversée depuis plusieurs années par diverses transformations touchant son fonctionnement, son rôle, mais aussi ses membres : démocratisation de l’accès à l’université, augmentation du nombre de doctorants et de doctorantes, concurrence élevée dans l’accès à un poste scientifique et/ou universitaire stable, précarisation des emplois scientifiques, nouvelles régulations des politiques scientifiques (financements par appels d’offre, principe d’accountability dans l’allocation des fonds, mesures de la productivité, etc.), internationalisation des activités scientifiques, etc.

L’objectif de ce colloque est d’offrir un espace d’échange et de cumul des savoirs sur l’expérience contemporaine de l’engagement dans la carrière de chercheur ou chercheure, c’est-à-dire l’expérience de jeunes scientifiques en début de socialisation (doctorat), en attente d’une stabilisation (en post-doctorat) ou récemment stabilisés.

Cette expérience de l’engagement dans une carrière scientifique sera étudiée dans une perspective pluri-disciplinaire.

Axes du colloque

Les contributions pourront explorer diverses dimensions de la situation des « jeunes » chercheurs et chercheures, quel que soit leur champ disciplinaire. Elles pourront porter sur différents niveaux d’analyse – institutionnel, organisationnel, expérientiel (le vécu)
– et sous des angles disciplinaires variés (psychologie, médecine, sociologie, histoire, droit, économie, etc.). Quelles sont les transformations des politiques scientifiques ? Quels effets ont-elles sur le travail, l’emploi et les carrières scientifiques ? Comment l’expérience de la recherche (ses contraintes matérielles, ses gratifications, ses pénibilités) sont-elles vécues et impactent-elles la santé (physique et mentale) des chercheurs et chercheures ? Inversement, comment des problèmes de santé affectent-ils le rapport au travail et à la carrière ? Quels sont les effets de l’organisation universitaire sur les trajectoires et expériences ordinaires ainsi que sur les relations entre l’activité professionnelle et la vie privée ? En quoi l’interférence travail / famille intervient-elle dans le déploiement des carrières ? Quels sont les effets du genre, mais aussi d’autres types de propriétés sociales, dans l’expérience du travail scientifique et dans la dynamique des carrières professionnelles ? Dans une perspective sociohistorique, que nous apprend la comparaison entre la socialisation des jeunes chercheur et chercheures d’hier et d’aujourd’hui ? etc.

Les questions explorées pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes (liste non exhaustive) :

  • la régulation des universités et du champ scientifique
  • la santé physique et mentale (bien-être et mal-être) des jeunes scientifiques
  • les facteurs sociaux (genre, origine sociale, ethnicité, âge, etc.) qui influencent l’expérience professionnelle et les carrières des jeunes chercheurs et chercheures
  • l’analyse de l’activité scientifique (conditions de travail et d’emploi, socialisation professionnelle, stress, relations hiérarchiques, etc.)
  • l’interférence entre la vie professionnelle et la vie privée.

Proposition de communications

Les propositions de communication feront l’objet d’un résumé d’une à deux pages maximum, incluant le titre, le nom et le rattachement institutionnel du ou des auteurs ou auteures (avec une adresse électronique de contact), ainsi que cinq mots-clés. Les propositions de communication seront à adresser pour

le 5 décembre 2014

à l’adresse suivante : pascal.barbier@univ-paris1.fr
La décision sera communiquée dans le courant du mois de janvier 2015.

journée : 10 et 11 mars

Comité scientifique et d’organisation

  • Pascal Barbier – CESSP-CSE (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Farah Dubois-Shaik – GIRSEF/CIRFASE (U. de Louvain)
  • Bernard Fusulier – GIRSEF/CIRFASE (U. de Louvain)/ch. associé au LISE-CNRS
  • Laetitia Gérard – LISEC-Lorraine (U. de Lorraine)
  • Pascale Haag – IRIS (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Lieux

  • 190-198 avenue de France
    Paris, France (75013)

Dates

  • vendredi 05 décembre 2014

Mots-clés

  • recherche, insertion professionnelle, socialisation, université

Contacts

  • Pascal Barbier
    courriel : pascal [dot] barbier [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Pascal Barbier
    courriel : pascal [dot] barbier [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Être jeune chercheur ou chercheure aujourd'hui : quelles réalités ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 octobre 2014, http://calenda.org/301210