AccueilRencontres nationales des jeunes chercheur.e.s en études africaines (JCEA)

Rencontres nationales des jeunes chercheur.e.s en études africaines (JCEA)

National young researchers conference in African Studies (JCEA)

*  *  *

Publié le mardi 30 septembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Suite au succès de la première édition, se tiendront les deuxièmes rencontres nationales des jeunes chercheur.e.s en études africaines (JCEA) les 3 et 4 octobre 2014. Dans le même esprit que l’année dernière, cet évènement entend stimuler et renforcer les échanges entre doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s issus des différentes spécialités des sciences humaines et sociales, par-delà des clivages disciplinaires, géographiques et institutionnels. Ces rencontres proposent un état des lieux des recherches actuellement menées sur les Afriques sans exclusive (pays d’Afrique subsaharienne, Maghreb, Libye, Égypte, Madagascar...) et ses différentes diasporas. Elles s’efforcent de croiser des communications et des problématiques relevant de différentes disciplines au sein de quatre axes de recherche proposés : ordre et désordre ; circulations, fronts, frontières ; sensorialités ; savoirs et pouvoirs. Cette seconde édition place également au cœur des échanges les questions liées à la professionnalisation des jeunes chercheur.e.s et à leurs difficultés d’accès au marché de l’emploi, ainsi que les conditions matérielles de réalisation des recherches (offres de contrats doctoraux, difficultés d’accès au terrain en raison des interdits sécuritaires, poursuites de cursus universitaires pour les étudiants étrangers, etc.).

Annonce

Présentation

Suite au succès de la première édition, se tiendront les deuxièmes Rencontres Nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) les 3 et 4 octobre 2014. Dans le même esprit que l’année dernière, cet évènement entend stimuler et renforcer les échanges entre doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s issus des différentes spécialités des sciences humaines et sociales, par-delà des clivages disciplinaires, géographiques et institutionnels. Ces rencontres proposent un état des lieux des recherches actuellement menées sur les Afriques sans exclusive (pays d’Afrique subsaharienne, Maghreb, Libye, Égypte, Madagascar...) et ses différentes diasporas. Elles s’efforcent de croiser des communications et des problématiques relevant de différentes disciplines au sein de quatre axes de recherche proposés. Les panels qui composent ces axes ont pour objectif principal d’offrir un espace aux débats scientifiques interdisciplinaires pour les jeunes chercheur.e.s.

Les rencontres seront organisées autour de 4 axes :

  • Ordre et désordre
  • Circulations, fronts, frontières
  • Sensorialités
  • Savoirs et pouvoirs

Elles accueilleront également des communications hors axe ayant été retenues pour leur caractère innovant.

Cette seconde édition des JCEA tente non seulement d’apporter des éléments de réponses aux réflexions concernant la place des travaux sur les mondes africains dans le champ de la recherche. Mais elle place également au cœur des échanges les questions liées à la professionnalisation des jeunes chercheur.e.s et à leurs difficultés d’accès au marché de l’emploi, ainsi que les conditions matérielles de réalisation des recherches (offres de contrats doctoraux, difficultés d’accès au terrain en raison des interdits sécuritaires, poursuites de cursus universitaires pour les étudiants étrangers,...). C’est pourquoi seront organisés parallèlement aux panels thématiques :

  • Une projection du film “L'île des femmes" de Cécile Canut, suivie d’un débat sur le rôle du cinéma dans la recherche, en présence de la réalisatrice.
  • Un atelier de professionnalisation avec des intervenants issus du monde professionnel non académique.
  • Une assemblée générale des doctorants.

Programme

Jeudi 2 octobre 2014

La revue Politique Africaine organise un atelier d’écriture à destination des jeunes chercheur.e.s qui se tiendra au CERI sur toute la journée du 2 octobre.

Il s'agit d'un atelier fermé au public, où seuls les auteurs (sélectionnés parmi les communications retenues par le comité d'organisation de la rencontre des JCEA 2014) et les évaluateurs seront présents afin de garantir l'exclusivité des articles qui seront éventuellement publiés par la revue grâce à cet atelier.

Vendredi 03 octobre 2014

CERI / Centre d’Histoire de Sciences-Po

56 Rue Jacob, 75006 Paris

9h00-9h30 : Accueil des participants (Salle de Conférence)

9h30-10h15 : Session d'ouverture (Salle de Conférence)

  • Richard Banégas, professeur, Sciences Po Paris, Président de l’Association des Chercheurs de Politique Africaine (ACPA).
  • Johanna Siméant, professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP).

10h30-12h30 : Première session de panels

Panel 1 : « Transnationalisme et Circulation Migratoire »

(Salle de Conférence, RDC)

  • Claire Vincent-Mory, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sociologie, Philosophie et Socio-Anthropologie Politiques (SOPHIAPOL). Pratiques associatives transnationales et construction diasporique : le cas béninois.
  • Gabrielle Angey, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre d'Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC) / Institut Français des Études Anatoliennes (IFEA). Un réseau éducatif musulman turc en Afrique subsaharienne: transnationalisme et insertion locale du mouvement Gülen.
  • Hélène Simon-Lorière, docteure, Université de Poitiers, Migrations Internationales, Espaces et Sociétés (MIGRINTER). Circulations d’exil et d’après-guerre des réfugiés libériens mandingo entre Libéria et Guinée.

Discutants :

  • Christophe Daum, maître de conférences, Université de Rouen, DySoLa,
  • Thomas Lacroix, chargé de recherche au CNRS, Université de Poitiers, Migrations Internationales, Espaces et Sociétés (MIGRINTER).

Panel 2 : « L'ordre judiciaire en désordre »

(Salle Jean Monnet, RDC)

  • Romain Tiquet, doctorant, Humboldt Universität (HU Berlin), African and Asian Studies Institute (IAAW). Accidents du travail ou blessures volontaires dans les camps pénaux sénégalais ? L'archive administrative au service de l'ordre colonial.
  • Sophie Andreetta, doctorante, Université de Liège (ULG), Laboratoire d'Anthropologie Sociale et Culturelle (LASC). Les héritiers, les notaires et l’exécution des jugements à Cotonou : « du désordre dans le désordre ».
  • Pascaline le Polain, assistante de recherche, Centre d'Études et de documentation Guerre et Société Contemporaines (CEGESOMA). Au-delà de l’effort de guerre, le travail forcé au Congo belge (1940-45).
  • Mariona Roses, professeure associée, Universitat de Barcelona (UB), Grup d'Estudis sobre Reciprocitat (GER). Quelle justice pour faire justice? Ordre et désordre entre cultures juridiques à Madagascar.

Discutantes :

  • Marie Morelle, maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique (PRODIG).
  • Hélène Dumas, attachée temporaire d'enseignement et de recherche, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre d'Études Sociologiques et Politiques Raymond Aron (CESPRA).

Panel 3 : « Les médiations sensorielles de l'interculturalité »

(Salle du Traité, 1er étage)

  • Annabelle Charbonnier, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf). Trekkings et vécus touristiques dans l'Atlas marocain.
  • Amos Kamsu Souoptetcha, doctorant, Université de Yaoundé I & Université de Maroua (Cameroun), Cercle de Réflexion des Enseignants Ghomala Centre de l'Université de Maroua (CREGUM). Représentations linguistiques des élèves du cycle d'orientation au lycée de Maga: que devient la langue française ?
  • Raphaëlle Héron, doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Développement et Sociétés (DEVSOC). « Je suis né-trouvé le tô ». Nourritures et sensations en milieu urbain burkinabè : expression des goûts et des habitudes alimentaires.
  • Fanny Tsang, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Histoire des Arts et des Représentations (HAR). Rencontres de familles camerounaises dans le cadre d'activités artistiques : le désir d'une co-construction.

Discutant.e.s :

  • Léo Mariani, chargé de recherche F.R.S / FNRS, Université de Liège, Laboratoire d'Anthropologie Sociale et Culturelle (LASC).
  • Maëline Le Lay, chargée de recherche au CNRS, Les Afriques dans le Monde (LAM).

Panel 4 : « Politique du sacré, Sacrées politiques »

(Salle de Réunion, 4e étage)

  • Kae Amo, doctorant, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf). Les religieux, la politique et les milieux de l'enseignement supérieur au Sénégal : pour une lecture de la « nouvelle modernité ».
  • Mame Fatou Séne, doctorante, Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le monde (LAM). La formation arabo-islamique au Sénégal : quelle place pour l'élite féminine?
  • Clothilde Hugon, doctorante, Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le Monde (LAM). La « modernisation » des daaras au Sénégal : analyse du jeu d'acteurs dans la construction d'un secteur.
  • El Hadji Malick Sy Camara, docteur, Université Cheikh Anta Diop (Dakar), Études sur l’Homme et la Société (ETHOS). L'islam dans l'espace universitaire au Sénégal : le cas de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Discutants :

  • Erwan Dianteill, professeur, Université Paris 5 Descartes, Centre d’Anthropologie Culturelle (CANTHEL).
  • Dougoukolo Konaré, docteur, Université Paris 5 Descartes, Psychologie Clinique et Psychopathologie (PCPP)

12h30 – 14h : Pause déjeuner

(à 200m du CERI/CHSP, 56 rue des Saints Pères

14h-16h : Deuxième session de panels

EHESS (105 Boulevard Raspail, 75006 Paris)

Panel 5 : « De l’ordre de la violence au désordre de la paix ? »

(Salle 1)

  • Thomas Van Acker, doctorant, Université de Gand (Belgique), Conflict Research Group (CRG). Gouvernance locale après la guerre au Burundi : le rôle des anciennes rébellions.
  • Pauline Bernard, doctorante, Université Aix-Marseille, Institut des Mondes Africains (IMAf) & Joseph Yves Mintoogue, doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS). Représentations de l'ordre/désordre social et politique et modes de légitimation de la violence insurrectionnelle dans les maquis camerounais (1955-1958) et ougandais (1981-1986).
  • Florent Piton, doctorant, Université Paris Diderot-Paris 7, Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA). Une révolte paysanne à la fin de la colonisation. L’arrachage des caféiers du Mulera (Rwanda, territoire de Ruhengeri) en octobre 1958.
  • Fernanda Vilar, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, École Doctorale Littérature et Arts. L’écriture de la violence dans trois pays d’Afrique subsaharienne.

Discutant.e.s :

  • Marielle Debos, maîtresse de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense La Défense, Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP).
  • Martin Mourre, doctorant, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) / Université de Montréal, Institut des Mondes Africains (IMAf).

Panel 6 : « Diasporas et identités »

(Salle 2)

  • Boris Adjemian, chercheur associé, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf). Pour une étude des sédentarités diasporiques en Afrique : le cas des Arméniens en Ethiopie au XXe siècle.
  • Jonathan Benabou, doctorant, Museum National d'Histoire Naturelle (Paris), Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE). !Hus, !haos, ǂgaeǂgui : approche historique et socio-anthropologique de la dialectique entre terres, identités et autorités chez les Damaras (Namibie).
  • Pascal Mulet, doctorant, École Normale Supérieure (ENS) / École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre Maurice Halbwachs (CMH). Espace(s) du local : représentations situées des Mêmes et des Autres. Cas ethnographique dans le Haut-Atlas marocain.

Discutant.e.s :

  • Jamilla Hamidu-Yakubu, doctorante, Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le Monde (LAM).
  • Stéphane Dufoix, maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sociologie, Philosophie et Socio-Anthropologie politiques (SOPHIAPOL).

Panel 7 : « Des écrits très politiques »

(Salle 4)

  • Dorothée Boulanger, doctorante, King's College London (KCL), Spanish, Portuguese & Latin American Studies. Fiction et réalité, histoire et identité : les rapports ambigus entre écrivains et politique en Angola.
  • Anaïs Angelo, doctorante, Institut Universitaire Européen (IUE). Jomo Kenyatta et l'anthropologie fonctionnaliste : une science impériale devenue savoir post-colonial ?
  • Maximilien Guérin, doctorant, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / INALCO, Langage, Langues et Cultures d'Afrique Noire (LLACAN). La production de savoirs sur le wolof : entre savoir cumulatif et oppositions théoriques.
  • Elara Bertho, doctorante, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, École doctorale de littérature française et comparée. Médias, propagande, nationalismes. Héros culturels et usages de la mémoire collective.

Discutantes :

  • Catarina Madeira-Santos, maîtresse de conférences, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf).
  • Marie-Aude Fouéré, maîtresse de conférences, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf).

Panel 8 : « Figures et modes d'action de la coopération internationale »

(Salle 7)

  • Carolina Milhorance de Castro, doctorante, Université Paris-Sud, Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD). Le rôle du Sud dans la fabrique du développement : la coopération Brésil-Afrique et la construction internationale de politiques publiques rurales.
  • Roberta Rubino, docteure, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf). Le Mali des espaces et des temporalités fragmentés.

Discutants :

  • Alexis Roy, postdoctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut d'Étude du Développement Economique et Social (IEDES).
  • Pascal Dauvin, maître de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

16h – 16h15 : Pause-café

(Salle 8)

16h15-18h15 : Troisième session de panels

Panel 9 : « Arts et rituels : entre engagements et résistances »

(Salle 1)

  • Ibrahima Niang, doctorant, Université Cheikh Anta Diop (Dakar), Laboratoire de Prospective et de science des mutations (Labsprom). Cultures urbaines et engagements citoyens : le mouvement hip-hop à l’assaut de la «  démocratie des lettres ».
  • Saadedine Fatmi, docteur, Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (Algérie), École Doctorale Algéro-Française (EDAF). Esthétique(s) de la ville dans la bande dessinée africaine francophone.
  • Mahaut Rabaté, doctorante, Université Paris IV - Paris Sorbonne, Centre international d'études francophones (CIEF). Ordre et désordre du texte littéraire francophone maghrébin. Le cas d’Abdelwahab Meddeb.
  • Marie Daugey, doctorante, École Pratique des Hautes Études (EPHE), Institut des Mondes Africains (IMAf). Ordre et désordre dans les rites d'expulsion de la « mort » en pays kabyè (Nord-Togo).

Discutant.e.s :

  • Virginie Brinker, maîtresse de conférences, Université de Dijon, Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures.
  • Malcolm Theoleyre, doctorant, Sciences Po Paris, Centre d'Histoire de Sciences Po (CHSP).

Panel 10 : « La gouvernance locale au prisme des normes sous-régionales et internationales »

(Salle 2)

  • Elise Panier, post-doctorante, Université de Montréal (Canada), Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Mondialisation et le Travail (CRIMT). Droit et régulation du travail dans les zones franches d'exportation en Afrique subsaharienne : incertitudes sur les droits applicables et mobilisations du droit. L'exemple de la liberté syndicale.
  • Justine Hirschy, doctorante, Université de Lausanne (Suisse), Faculté des sciences sociales et politiques. Les politiques de bonne gouvernance dans le Burundi contemporain : entre pressions internationales et pouvoir local.
  • Hervé Cyrille Tivoly, doctorant, Université de Neuchâtel (Suisse), Institut d'ethnologie. Entre dispositifs institutionnels des politiques d'asile et modalités d'intégration des réfugiés libériens en Côte d'Ivoire.
  • Sabine Arkaïda Dini, Université Paris XIII - Paris Nord, Centre de Recherche sur les Actions Locales (CERAL). De la frontière légale à la frontière symbolique : les conséquences nationales des projets internationaux menés aux frontières maritimes djiboutiennes.

Discutant.e.s :

  • Florence Brisset Foucault, maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut des Mondes Africains (IMAf).
  • Philippe Gout, doctorant, Université Paris 2 Panthéon-Assas, Institut des Hautes Études Internationales (IHEI).

Panel 11 : « Gouvernances économiques : conflits et collaborations »

(Salle 4)

  • Antoine Ducastel, doctorant, Université de Pretoria (Afrique du Sud), Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD). Le capital-investissement comme nouvel instrument de politique de développement agricole ? Intermédiation financière dans les filières agroalimentaires en Afrique sub-saharienne.
  • Hervé Lado, doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École d'Economie de Paris. Les multinationales et l'ordre international de prédation.
  • Jean-Yves Kiettyeta, docteur, Université Paris VIII - Vincennes Saint-Denis, Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS). Le secteur informel en Afrique subsaharienne : ordre ou désordre ?

Discutante :

  • Karine Marazyan, maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut d'Études du Développement Économique et Social (IEDES).

Atelier « Perspectives et insertion professionnelles des jeunes chercheur.e.s en études africaines »

(Salle 7)

  • Introduction: Laure Traoré, doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP, membre du comité d’organisation des Rencontres JCEA 2014.
  • Samba Yatera, chercheur et directeur adjoint du Groupement de Recherches pour le Développement Rural.
  • Françoise Braud, secrétaire de rédaction de la revue Politique Africaine.
  • Jean-Christophe Belliard, directeur de la Direction de l’Afrique et de l’Océan Indien, Ministère des Affaires Etrangères
  • Raphaëlle Chevrillon-Guibert, docteure (Université d'Auvergne, Centre Michel de l'Hospital), chercheure associée au Cedej (antenne de Khartoum), membre du comité d’organisation des Rencontres JCEA 2014.

18h45 - 20h45 : PROJECTION-DEBAT

(Amphithéâtre)

Projection en présence de la réalisatrice et suivie d'un débat sur le rôle du cinéma dans la recherche avec Nadège Chabloz.

L'Île des femmes Un film de Cécile Canut

2014 - France - 53 minutes

Samedi 04 octobre 2014

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

12 Place du Panthéon et 14 rue Cujas 75005

8h30 – 9h : Petit déjeuner

(Site Panthéon, appartement décanal)

9h-11h : Quatrième session de panels

Panel 12 : « Métropoles africaines : la mise en ordre de la ville »

(Site Sorbonne, Salle D633)

  • Senda Fendri, doctorante / architecte, Université de Carthage, Tunis (Tunisie), Unité de Recherche Sciences des Formes et de la Conception Architecturale (URSFCA). Morphologie structurale systémique de la Médina de Tunis.
  • Guillaume Sauloup, doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique (PRODIG).  Les « dames de thé » de Khartoum : ordre et détournement dans l'espace public.
  • Vincent Laureau, docteur, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Mosaïques. Urbanisation informelle, l'ordre derrière la représentation du désordre.

Discutantes :

  • Dominique Malaquais, chargée de recherche au CNRS, Institut des Mondes Africains (IMAf).
  • Pauline Guinard, maîtresse de conférences, École Normale Supérieure de Paris, Laboratoire Mosaïques-Lavue.

Panel 13: « Les savoirs locaux face aux enjeux internationaux »

(Site Sorbonne, Salle H604)

  • Béranger Avohouémé, doctorant, Université d'Abomey - Calavi (Bénin), Laboratoire d'Analyses Sociales et des Études du Développement (LADYD/UAC). Décentralisation culturelle et usage politisé du patrimoine culturel au Bénin.
  • Sandrine Gallois, doctorante, Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN). Entre pouvoir et transmission de savoirs : dynamique des savoirs et savoir-faire écologiques locaux chez les Baka du Cameroun.
  • David Vigneron, docteur, Université de Rouen, Identité et différenciation des espaces, de l'environnement et des sociétés (IDEES). L'influence de la crise malienne sur le comportement électoral du citoyen.
  • Chantal Da Silva, Doctorante, Université Paris IV - Paris Sorbonne, Centre d'Études du Brésil et de l'Atlantique Sud - Centre Roland Mousnier. Les agents royaux « instruments de pouvoirs et de connaissances » dans l'Atlantique Sud.

Discutant.e.s :

  • Sandrine Mesplé-Somps, chargée de recherche à l’IRD, Développement, Institutions et Mondialisation (DIAL).
  • Jean Wencélius, doctorant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC).

Panel 14 : « Classer et régner »

(Site Panthéon, Salle 1)

  • Herrick Mouafo, doctorant, Université Pierre Mendès-France Grenoble, Centre d'Études et de Recherche en Droit et Administration Publique (CERDHAP). La notion de Zones d'Education Prioritaires (ZEP) au Cameroun : entre impensé, bricolage et informalité.
  • Ornella Rovetta, post-doctorante, Université Libre de Bruxelles (Belgique), Institut d'Etudes Européennes (IEE). Les procès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda comme objets historiques : Approches de l'archive judiciaire et de ses contextes de création.
  • Marie-Cécile Frieden, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) / Université de Neuchâtel, Institut d'ethnologie. « Patients», « soignants» : constitution des rôles et des savoirs dans la prise en charge hospitalière d'une maladie chronique au Burkina. Le cas du cancer du col utérin.
  • Flora Losch, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre Alexandre Koyré - Centre de Recherche en Histoire des Sciences et des Techniques (CAK-CRHST). La « destruction inégale » : les politiques publiques de sauvegarde du patrimoine audiovisuel entre expertise, marché et souveraineté. Une illustration proposée en Afrique de l'Ouest francophone.

Discutant.e.s :

  • Marie-Albane de Suremain, maîtresse de conférences, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA).
  • Andrea Ceriana, chercheur affilié, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf).

Panel 15 : « Les normes en pratique / Eprouver les idéologies»

(Site Panthéon, Salle D214)

  • Djoher Sadoun, chercheure, Université de Bouzaréah (Algérie), École Doctorale Algéro-Française (EDAF). Ambivalence de la sacralisation de l'enfance dans l'écriture de Gisèle Pineau, Malika Mokeddem et Ken Bugul.
  • Catherine Vaudour, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire (LLACAN). Une alchimie entre modernité et tradition : le mariage chez les Touaregs Kel-Djanet (Sud Est de l'Algérie).
  • Elena Bertuzzi, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC). S'imposer en dansant : créativité et prestige féminins à Mayotte.
  • Elisabeth Rossé, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC). Repositionnements du poteau sacrificiel chez les tandroy (sud Madagascar).

Discutant.e.s :

  • Romuald Fonkoua, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre International d'Études Francophones (CIEF).
  • Alice Degorce, chargée de Recherche à l’IRD, Institut des Mondes Africains (IMAf).

11h – 11h15 : Pause déjeuner

(Site Panthéon, appartement décanal)

11h15-13h15 : Cinquième session de panels

Panel 16 : « Esthétiques de l'espace public : des identités et des histoires ré-appropriées »

(Site Panthéon, Salle 214)

  • Guillaume Ma Mung, doctorant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Architecture,Ville, Urbanisme, Environnement (LAVUE). S'approprier des lieux : le commerce ethnique mis en scène à Château Rouge, Paris.
  • Manon Denoun, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Laboratoire d'Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (LAIOS-IIAC). Le kushigula et les habitus sensoriels. Du déplacement à la reformulation des catégories esthétiques.
  • Cécile Johanet, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut Marcel Mauss / Linguistique, Anthropologie, Sociolinguistique (LIAS). Les Adinkra, langage graphique d'hier et d'aujourd'hui en Afrique de l'Ouest.
  • Tchénando Patrick Noukpo, doctorant, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Les festivals de masques en Afrique de l'Ouest : vers une légitimation?

Discutantes :

  • Dominique Malaquais, chargée de recherche au CNRS, Institut des Mondes Africains (IMAf).
  • Georgiana Wierre-Gore, professeure, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, Laboratoire Activité, Connaissance, Transmission, Education (ACTE).

Panel 17 : « Emploi et enjeux sociaux »

(Site Panthéon, Salle 1)

  • Robert Tefe Tagne, enseignant-chercheur, Université de Douala, Laboratoire de Sociologie et de Gestion des Ressources Humaines. Les marchés alternatifs à Douala au Cameroun : pour une sociologie économique des petits métiers urbains.
  • David Mahut, chercheur, Université Paris 5 Descartes, Centre Population et Développement (CEPED). Les Bamakois diplômés de Paris. Ethnographie d'une petite bourgeoisie en déclassement.
  • Pierre Blavier, doctorant, École Normale Supérieure de Cachan (ENS Cachan), Centre Maurice Halbwachs (CMH). La révolution tunisienne au prisme de l'inflation scolaire et du chômage des jeunes.

Discutant.e.s :

  • François Roubaud, directeur de recherche à l’IRD, Développement, Institutions et Mondialisation (DIAL).
  • Sarah Vincourt, doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP).

Panel 18 : « L’intime à l’épreuve de l’ordre social »

(Site Sorbonne, Salle D633)

  • Bénédicte Brunet-La Ruche, docteure, Université Toulouse Le Mirail, FRA.M.ESPA. Ordre et désordre familial devant les tribunaux répressifs au Dahomey (1900-1945).
  • Bérengère Piret, doctorante, Université Saint Louis (Bruxelles), Centre de recherche en histoire du droit et des institutions (CRHIDI). Toutes les femmes sont-elles des sorcières ? La répression de la sorcellerie par le tribunal de district de Stanleyville (Congo belge).

Discutantes :

  • Catherine Coquery-Vidrovitch, professeure émérite, Université Paris Diderot-Paris 7, Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA).
  • Violaine Tisseau, docteure, Université Paris Diderot-Paris 7, Institut des Mondes Africains (IMAf).

Panel 19 : « Construction historique et symbolique de la Frontière »

(Site Sorbonne, Salle H604)

  • Nicolas Treiber, doctorant, Université Toulouse Le Mirail, Laboratoire Lettres, Langages et Arts (LLA CREATIS). Traversée des frontières et circulation de la pensée dans L'Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane.
  • Francesca Nucci, post-doctorante, Universitat de Barcelona, Grup de Recerca sobre Exclusió i Control Social (GRECS). Les artistes africains à la frontière occidentale de l'art international : le cas mauritanien.
  • Anaïs Ménard, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Max Planck Institute for Social Anthropology (Saale). Expériences passées et présentes de la frontière dans la péninsule de Freetown, Sierra Leone.
  • Yves Beringue, doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut des Mondes Africains (IMAf). Guinée et Soudan français, frontière intra-impériale incertaine ? (1878-1915).

Discutants :

  • Pierre Boilley, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut des Mondes Africains (IMAf).
  • Hugo Bréant, attaché temporaire d'enseignement et de recherche, Université Paris-Dauphine, Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO).

13h15 – 14h30 : Pause déjeuner

(Site Panthéon, appartement décanal)

14h30-16h30 : Sixième session de panels

Panel 20 : « L’Afrique face à la mondialisation »

(Site Sorbonne, Salle H604)

  • Anna Konieczna, post-doctorante, Sciences Po Paris, Centre d'Histoire de Sciences Po (CHSP) La complexité de la politique africaine globale de la France à travers l’étude d’une « relation spéciale » avec l’Afrique du Sud dans les années 1960-1974.
  • Maha Abourahim, docteure, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Langues et Cultures du Nord de L'Afrique et Diasporas (LACNAD). Le « françocain » en voie de disparition ?
  • Aboubacar Abdoulwahidou Maiga, doctorant, Université d'Etat de Saint-Pétersbourg, Histoire des Littératures Etrangères (SPBU). L’Afrique vue par les écrivains-voyageurs russes (XVème-début du XXème siècle)
  • Xavier Aurégan, enseignant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Centre de recherches et d'analyses géopolitiques (CRAG). Pékin à Abidjan.

Discutants :

  • Emmanuel Grégoire, directeur de recherche à l’IRD, UMR PRODIG, Université Paris1
  • Dougoukolo Konaré, docteur, Université Paris 5 Descartes, Psychologie Clinique et Psychopathologie (PCPP). 

Panel 21 : « Frontières et identités »

(Site Sorbonne, Salle D633)

  • Hélène Quashie, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf). Vers le Sud : les mobilités touristiques et migratoires au prisme de l’ethnicisation des frontières sociales (Sénégal).
  • Caroline Roussy, doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut des Mondes Africains (IMAf). De la nationalisation des identités sur la frontière sénégalo-gambienne. Étude de cas du segment frontalier Sine Saloum/Gambie à partir des années 1970.
  • Ismail Warscheid, doctorant, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) / Université de Humboldt (Berlin), Centre d'Histoire Sociale de l'Islam Méditerranéen (CHSIM). Un relais entre mondes africains ? Le grand Touat (Sahara algérien) et le Sahel à l’époque moderne.

Discutantes :

  • Elise Palomarès, maîtresse de conférences, Université de Rouen, Dynamiques Sociales et Langagières (DySoLa).
  • Isabelle Surun, professeure, Université Lille III, Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS).

Panel 22 : « Pratiques et formes émergentes de gouvernance du foncier »

(Site Panthéon, Salle 1)

  • Ursula Meyer, doctorante, Université de Lausanne (Suisse), Institut de géographie et durabilité (IGD). Pratiques de gouvernance du foncier au lendemain de la démocratisation : le cas du foncier périphérique à Niamey (Niger).
  • Carole Bignon, doctorante, Université Paris Diderot-Paris 7, Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA). Normes foncières et pratiques citadines à Douala : se sentir, se rendre légitime dans les espaces « irréguliers ».
  • Sina Schlimmer, doctorante, Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le Monde (LAM). Les acquisitions de terres en Tanzanie comme dynamique de construction de l'Etat. Enjeux, méthodes et pistes de recherche.

Discutantes :

  • Monique Bertrand, directrice de recherche à l’IRD, CESSMA.
  • Estelle Koussoubé, doctorante, Université Paris-Dauphine, Développement, Institutions et Mondialisation (DIAL).

Panel 23 : « Rendre perceptible l’invisible »

(Site Panthéon, Salle D214)

  • Katerina Kerestetzi, docteure, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC). Réinvention et reproduction religieuse dans le Palo Monte (Cuba).
  • Kisito Essele, doctorant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC). Les expressions sonores à travers les cérémonies funéraires chez les Beti-Eton du Sud-Cameroun.
  • Jessica Tonon, doctorante, Université de Nice Sophia Antipolis, Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés (LIRCES). Combler le vide par le sonore.
  • Anna Dessertine, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC). « Sentir » la présence des génies : les manifestations corporelles de la présence d'êtres invisibles en Guinée.

Discutant.e.s :

  • Arnaud Halloy, maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis, Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitive et Sociales (LAPCOS).
  • Carine Plancke, post-doctorante, Université de Roehampton, Centre for Dance Research.

 

16h30 – 16h45: Pause-café

 

(Site Panthéon, appartement décanal)

16h45-18h45

Assemblée Générale des Jeunes Chercheur.e.s

(Site Panthéon, Amphithéâtre 3)

Lieux

  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12 place du Panthéon / 14 rue Cujas - CERI/CHSP, 56 rue Jacob | EHESS, 105 Bd Raspail
    Paris, France (75006 | 75005)

Dates

  • vendredi 03 octobre 2014
  • samedi 04 octobre 2014
  • jeudi 02 octobre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Afrique, violence, diaspora, coopération, gouvernance, conflit, ville, art, savoir, emploi, intime, mondialisation, migration, justice, sacré

Contacts

  • Raphaëlle Guibert
    courriel : raphaelleguibert [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Raphaëlle Chevrillon-Guibert
    courriel : raphaelleguibert [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Rencontres nationales des jeunes chercheur.e.s en études africaines (JCEA) », Colloque, Calenda, Publié le mardi 30 septembre 2014, http://calenda.org/301342