AccueilLes grandes voix

Les grandes voix

The great voices

*  *  *

Publié le lundi 13 octobre 2014 par João Fernandes

Résumé

Faire parler les maîtres des sciences humaines et sociales, tel est l’objectif de ce cycle de conférences, qui conciliera le travail d'historien avec une démarche herméneutique.

Annonce

Programme

28 octobre

  • Michel Rouche, « Archaïsmes du haut Moyen Âge : perspectives girardiennes »

Michel Rouche est agrégé d'histoire en 1959 et docteur ès lettres en 1976, il enseigne à l'université Charles-de-Gaulle – Lille III, de 1969 à 1989, puis à l'université de Paris IV-Sorbonne jusqu'en 2003. Il est lauréat de l'Institut.

25 novembre 

  • Yves-Marie Bercé, « Le roi caché : un mythe politique qui traverse les âges » 

Yves-Marie Bercé fut élève de l’École nationale des chartes de 1956 à 1959 puis membre de l’École française de Rome de 1959 à 1961, docteur ès lettres en mai 1972. Il a été successivement conservateur au service des renseignements des Archives nationales de 1963 à 1975, professeur d’histoire moderne à l’Université de Limoges de 1975 à 1979, puis à l’université de Reims de 1979 à 1989 et enfin à la Sorbonne (Paris IV) de 1989 à 2002, et directeur de l’École nationale des chartes, de 1993 à 2002. Il est membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 2009.

Présentation

L’étrange attente d’un souverain disparu qui reviendrait sauver son peuple a été mise en scène à la fin du XVIe siècle dans deux aires culturelles très éloignées : la Moscovie espérant la réapparition du tsarévitch Dimitri et le Portugal cherchant le fantôme du roi Sébastien supposé échappé d’une bataille. Que dans une période de chaos politique on vienne à croire à la survie d’un prince sauveur et que dans cette logique des prétendants viennent à surgir et à trouver des partisans, c’est là un thème politique intemporel qui se rencontre dans des époques et des annales nationales très diverses. En effet, le mythe du roi caché prêt à revenir pour renverser les pouvoirs actuels et arrêter leurs malfaisances peut soutenir deux dynamiques subversives apparemment opposées, la nostalgie du bon vieux temps et l’espérance des lendemains qui chantent. Il renait donc sans cesse en dépit des variations des circonstances historiques. Il traduit l’attente du héros providentiel qui balaiera les dénis de justice des institutions présentes, aveugles ou corrompues. De nos jours, tout chef d’État, voire le moindre détenteur d’autorité publique est appelé à revêtir ce rôle, à se voir attribuer par l’opinion, par la masse des âmes simples, vous et moi, le pouvoir merveilleux de rétablir cette justice cachée. La légende du revenant  justicier est passée  aujourd’hui dans le langage des suppliques et des milliers de lettres envoyées aux puissants du jour.

6 janvier

  • Yves Christe, « Que reste-t-il d'apocalyptique dans la compréhension médiévale de l'Apocalypse ? » 

Yves Christe a été professeur ordinaire à l’université de Genève où il a enseigné l’archéologie chrétienne et l’histoire de l’art médiéval.

Présentation

Le commentaire de Tyconius, récemment restitué par Roger Gryson, marque un tournant radical de l’exégèse latine de l’Apocalypse. Ce texte n’est plus une prophétie centrée sur la fin des temps assortie d’une diatribe contre Rome et son Empire du Mal, mais une révélation symbolique, a-historique, sur l’ensemble du temps de l’Église, de l’Incarnation au retour du Christ à la fin des temps. Cette volonté de déseschatologisation s’est poursuivie de la fin de l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge central, au point que W. Kamlah s’est autorisé à formuler ce qui pourra paraître un paradoxe pour quelqu’un de non-averti : l’interprétation médiévale de l’Apocalypse est encore moins apocalyptique que celle de Tyconius et de ses commentateurs des Ve-VIe siècles. Il convient dès lors de se poser une question : les représentations médiévales de l’Apocalypse reflètent-elles la belle unanimité des commentateurs ? Devant l’effondrement d’un mythe moderne : l’Apocalypse comme image de la fin des temps, peut-on se tirer d’affaire en affirmant que les images, à l’inverse des textes, ne distinguent pas le présent du futur, mélangent et superposent le tout, comme si avec Alphonse Allais on pouvait affirmer que tout est dans tout et réciproquement.

Biographie 

Yves Christe a été professeur ordinaire à l’université de Genève où il a enseigné l’archéologie chrétienne et l’histoire de l’art médiéval, après avoir été l’élève de René Crozet, d’André Grabar et de Marie-Thérèse d’Alverny. Après une thèse sur les grands portails romans (1969), il a publié divers ouvrages centrés principalement sur le Jugement dernier et l’Apocalypse de Jean. Co-auteur aussi avec Laurence Brugger d’un livre sur la cathédrale de Bourges et avec Antoine d’Escayrac d’un commentaire sur le Livre de chasse de Gaston Fébus. Il s’est surtout intéressé ces dernières années à la sculpture gothique, en France et en Espagne, ainsi qu’aux Bibles moralisées dans leurs rapports avec les vitraux de la Sainte-Chapelle de Paris. Il est co-auteur à ce titre avec Marianne Besseyre d’un commentaire au facsimilé de la Bible française de Naples de la Bibliothèque nationale de France. Il retourne aujourd’hui à ses anciens amours en reprenant la question de l’eschatologie présente et future telle qu’elle a été développée ses dernières années, surtout depuis 1976 qui avait marqué le millénaire de la première édition de l’œuvre de Beatus.

17 mars 2015  

  • Jean-Pierre Babelon, « Nélie Jacquemart-André, une grande collectionneuse et un grand mécène » 

M. Jean-Pierre Babelon : membre de l'Institut, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. 

Horaire et lieu

De 17 h à 19 h, à l'École nationale des chartes, au 65, rue de Richelieu, 75002 Paris (salle Léopold Delisle).

Lieux

  • Salle Léopold Delisle - 65, rue de Richelieu
    Paris, France (75002)

Dates

  • mardi 28 octobre 2014
  • mardi 25 novembre 2014
  • mardi 06 janvier 2015
  • mardi 17 mars 2015

Mots-clés

  • paléographie

Contacts

  • Élise Bruneval
    courriel : Elise [dot] BRUNEVAL [at] enc [dot] sorbonne [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Élise Bruneval
    courriel : Elise [dot] BRUNEVAL [at] enc [dot] sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les grandes voix », Cycle de conférences, Calenda, Publié le lundi 13 octobre 2014, http://calenda.org/303105