AccueilÉconomie politique du secteur minier en Afrique

Économie politique du secteur minier en Afrique

The political economy of the mining sector in Africa - post-doc position

offre de post-doc

*  *  *

Publié le vendredi 17 octobre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

L’UMR Développement et sociétés (UMR 201 portée par Paris 1 et l’IRD ) lance un appel international à candidature pour un contrat post-doctoral d’un an (Décembre 2014- Décembre 2015) grâce au soutien d’HeSam Université et de son appel à projet « Germaine Tillion »). Cet appel à post-doctorant se fait en cohésion et en partenariat avec le programme MDA (Mutations et défis africains) auquel participe l’UMR, récemment subventionné par heSam Université.

Annonce

Présentation scientifique

L’accès aux ressources minières en Afrique subsaharienne, leur contrôle, leur gestion, leur gouvernance, leur privatisation progressive ainsi que l’intensification des formes « d’extractivisme marchand » (tantôt de manière artisanale, tantôt selon un modèle entrepreneurial) suscitent l’intérêt et les préoccupations d’un nombre grandissant d’acteurs. Bien que les processus à l’œuvre dans le domaine soient résolument globaux (acteurs multinationaux, flux de circulation globaux, finance internationale), ils s’observent aujourd’hui en Afrique subsaharienne dans des termes exacerbés (extraversion du continent, domination économique et politique des Etats, carence des régulations, contrôle environnemental faible) et remodelés (montée des contestations, structuration institutionnelle du secteur, publicité mondiale accrue, premières fermetures de sites, capitalisation de l’expérience des populations etc.)

Les années récentes ont autant été marquées par l’âpreté des convoitises économiques (expropriation des exploitants coutumiers, décalage entre engagements et réalisations, privatisation des ressources publiques, etc.) que par la vivacité des formes émergentes et médiatisées de résistance et d’opposition qu’elles produisent (on a pu noter la violence des répressions des contestations sociétales et politiques).

Ces conflictualités naissantes se cristallisent actuellement autour du travail (compétition pour l’accès au travail entre actifs locaux et étrangers par exemple), de l’environnement (prise en charge des coûts environnementaux), du politique (antagonismes de plus en plus violents que ce soit au niveau de la société civile ou des syndicats).

Ces processus suscitent aussi des inventions socio-économiques: systèmes de santé, accès aux prêts, opportunités professionnelles pour les jeunes élites nouvelles formées à ces métiers liés à l’activité extractive, mobilités internes etc.

Enfin, l’exploitation prédatrice des richesses du sol et du sous-sol au profit de grandes compagnies étrangères entraîne des modifications importantes de la structuration de l’espace : des axes de communication destinés au transport des minerais traversent des zones enclavées modifiant les attentes des populations, accélérant les dynamiques d’urbanisation, et partant les imaginaires, les pratiques et les mobilités.

Toutes ces transformations, étudiées ou pas de manière sectorielle, gagneraient à être saisies dans leur synergie : c’est pour contribuer à défricher cette voie que ce contrat postdoctoral est proposé.

Cet appel est ouvert aux jeunes chercheurs se proposant de travailler sur un des volets listés ci-après de cette économie politique en émergence et listés ci-après. Il peut concerner aussi bien le secteur minier industriel ou artisanal. Différents points d'entrées pourront être choisis:

  • la constitution de nouvelles élites propres au domaine de l’industrie extractive, leurs relations avec les autres élites et avec les différents groupes d’acteurs ;
  • la production d'un imaginaire symbolique lié aux activités minières (littérature, cinéma, culture) ;
  • la reconfiguration des mobilisations politiques et sociales autour des questions minières. Les facteurs de mobilisations doivent être envisagés dans leur multiplicité : enjeux fonciers, accès à l’eau, accès ou conditions d’emploi, environnement, durabilité de l’économie etc.
  • des parcours de migration originaux ;
  • la circulation de l’argent dans le secteur minier : nouveaux systèmes d'accès aux prêts bancaires, dispositifs informels, du fait de l'exercice de nouvelles activités et de l'émergence de besoins nouveaux.

Profil souhaité et conditions d’éligibilité

Le / la candidat(e) devra être titulaire d’un doctorat dans l’une des disciplines suivantes : sociologie, anthropologie, géographie, économie, sciences politiques, et devra nécessairement avoir manifesté une sensibilité pluridisciplinaire dans ses travaux antérieurs (articles ou thèse).

Le / la candidat(e) devra avoir soutenu depuis moins de 4 ans sa thèse dans un établissement non membre d’heSam Université en juin 2014.

Les recherches doctorales devront satisfaire à l’une au moins des deux conditions suivantes : avoir été nourries d’enquêtes empiriques menées sur le continent africain, ou auprès d’organismes financiers, institutionnels ou techniques en rapport avec les axes de l’appel.

On appréciera que le/la candidat(e) soit familier(e) de la littérature scientifique sur le politique (sciences politiques, économie ou anthropologie politiques) et qu’il/elle puisse avoir un intérêt marqué pour les questions épistémologiques et l’interdisciplinarité.

Déroulement du contrat postdoctoral

Le(a) candidat(e) sera rattaché(e) et accueilli(e) à l’UMR Développement et sociétés (Paris 1 – IRD). Il sera plus particulièrement associé aux activités de l’axe Reconfiguration politiques, mobilisations, accès aux ressources et aura la charge d’organiser trois séminaires scientifiques dans le cadre de cet axe. Il aura aussi pour mission de valoriser numériquement les activités scientifiques menées par l’UMR et le programme MDA (Mutations et défis africains) au cours de cette année sur la thématique de l’accès aux ressources minières.

Son insertion scientifique se fera en grande concertation avec les responsables du programme MDA. Le / la candidat(e) participera prioritairement aux ECO et notamment à leurs séminaires :

  • Ressources et conflictualités en Afrique : Mines, terres, routes et rails, Sylvie Capitant et Jérôme Lombard (coord.)
  • Elites africaines dans le monde Michèle Leclerc-Olive et Monique de Saint Martin (coord.)
  • Contrôles, contraintes et résistances africaines

Il / elle mènera au moins une mission de recherche pendant l’année 2015. (qui sera prise en charge sur le budget MDA. Le salaire brut chargé du post-doctorant sera de 47 000 euros, soit un salaire net de 2200 euros net environ.

Laboratoire d’accueil : UMR Développement et sociétés – Université Paris I-IRD, 45 bis av. de La Belle Gabrielle / 94736 Nogent sur Marne Cedex

Date : 30 décembre 2014 — 29 décembre 2015

Critères de sélection

Le jury prendra en compte la qualité du dossier, son adéquation à la thématique du projet de l’UMR 201 ainsi que du projet MDA, les compétences du candidat (expériences de recherche, publications), sa capacité à travailler en équipe et à donner une dimension internationale à la recherche, sa maîtrise des langues anglaise et française.

Le jury international est composé d’une dizaine de membres.

Rémunération

2200 euros net

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra être envoyé

au plus tard le 31 octobre 2014 :

  • par voie numérique (minuit heure de Paris) à l’adresse suivante : devsoc@univ-paris1.fr
  • par voie postale (cachet de la poste faisant foi) à l’adresse de l’UMR : UMR 201- Contrat G. Tillion 45 bis av. de la Belle Gabrielle, 94 736 Nogent sur Marne Cedex, France.

Le dossier comprendra :

  • une lettre de motivation ;
  • un CV comprenant la liste des recherches et publications avec l’indication d’une publication en particulier que le(a) candidat(e) aimerait recommander au jury ;
  • un projet de recherche d’une dizaine de pages  (maximum) indiquant les thématiques de recherche que le(a) candidat(a) aimerait développer au cours de cette année de post-doctorat
  • le diplôme de doctorat du candidat ;
  • relevés de notes de master  ou équivalent;
  • le rapport de soutenance de la thèse;
  • un lettre de recommandation.

Contact pour avoir des informations administratives : Bertrand Bouquet devsoc@univ-paris1.fr 

Contact pour avoir des informations scientifiques : Sylvie Capitant, Université Paris 1, scapitant@univ-paris1.fr

Lieux

  • 45 bis av. de La Belle Gabrielle
    Nogent-sur-Marne, France (94)

Dates

  • vendredi 31 octobre 2014

Mots-clés

  • ressource, mine, élite, industrie, environnement, migration

Contacts

  • Sylvie Capitant
    courriel : scapitant [at] univparis1 [dot] fr
  • Bertrand Bouquet
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bertrand Bouquet
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Économie politique du secteur minier en Afrique », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le vendredi 17 octobre 2014, http://calenda.org/303478