AccueilLa chasse à la Renaissance

La chasse à la Renaissance

Hunting in the Renaissance

Séminaire Chorea

Chorea seminar

*  *  *

Publié le mercredi 29 octobre 2014 par João Fernandes

Résumé

En Europe comme dans l'Inde moghole du XVIe siècle, la chasse au gros gibier est l'apanage du souverain. Par elle, le roi déploie sa puissance dominatrice sur la nature, mais également sur les hommes et les territoires, comme en témoigne la réforme des Eaux et Forêts de François Ieren 1516. La modernisation du château de Chambord, résidence de chasse par excellence, place également cette activité au coeur de la vie artistique. Toutefois, la chasse n'est pas uniquement une activité royale. Elle constitue aussi une quête plus profonde, la poursuite de Dieu chez Pétraque ou bien de l'aimée chez Ronsard. Ainsi, la chasse inspire poètes, intellectuels, musiciens et peintres, appelant à une approche pluridisciplinaire centrée sur la Renaissance.

Annonce

Cherchant la flèche de l'Empereur, le gibier bondit et sauta
dans le terrain de chasse
Les animaux sauvages, rêvant de courir plus vite,
enviaient la rapidité des oiseaux.
Car le désir de la proie pour le chasseur était supérieure
au désir de l'empereur pour la proie.1

Argumentaire

Le jeu entre l'animal traqué et le souverain, résonnant comme la poursuite de l'amante qui souhaite être capturée, soulève la complexité du statut de la chasse à la Renaissance.
En Europe comme dans l'Inde moghole du XVIe siècle, la chasse au gros gibier est l'apanage du souverain. Par elle, le roi déploie sa puissance dominatrice sur la nature, mais également sur les hommes et les territoires, comme en témoigne la réforme des Eaux et Forêts de François Ieren 1516. La modernisation du château de Chambord, résidence de chasse par excellence, place également cette activité au coeur de la vie artistique.
Toutefois, la chasse n'est pas uniquement une activité royale. Elle constitue aussi une quête plus profonde, la poursuite de Dieu chez Pétraque ou bien de l'aimée chez Ronsard. Ainsi, la chasse inspire poètes, intellectuels, musiciens et peintres, appelant à une approche pluridisciplinaire centrée sur la Renaissance.

Les trois séances du séminaire Chorea seront l'occasion d'échanger autour de ce thème. Toutes les spécialités sont les bienvenues. Les communications, d'une trentaine de minutes et suivies d'une discussion, pourront être publiées dans la revue Le Verger si les contributeurs le souhaitent. Elles feront en tous cas l'objet de comptes rendus en ligne, visibles sur le site Cornucopia. Les séances sont publiques et ouvertes à tous. 

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communication sont à envoyer

avant le 10 décembre 2014

à l'adresse site.cornucopia@gmail.com. Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter la page dédiée au séminaire sur le site www.cornucopia16.com.

Comité responsable pour la sélection des propositions

  •  Isabelle Imbert, doctorante en histoire des arts islamiques (Paris Sorbonne)
  •  Anne Debrosse, docteure en littérature comparée (Paris Sorbonne)
  •  Adeline Lionetto, docteur en littérature française (Paris Sorbonne).

1Abu Talib Kalim, Padshanama, avant 1680. Traduit d'après E. Koch, Dara-Shikoh Shooting Nilgais: Hunt and Landscape in Mughal Painting, Washington, Smithsonian Institution, 1998, p. 27.

Lieux

  • salle Paul Hazard, Sorbonne - 17 rue dela Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • mercredi 10 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • chasse, Renaissance, Cornucopia, Chorea

Contacts

  • Cornucopia
    courriel : site [dot] cornucopia [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Isabelle Imbert
    courriel : isabelle [dot] a [dot] imbert [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La chasse à la Renaissance », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 29 octobre 2014, http://calenda.org/303520