AccueilLes croisade en Égypte

Les croisade en Égypte

The Crusades in Egypt

Histoire et mémoires

History and memories

*  *  *

Publié le mercredi 22 octobre 2014 par João Fernandes

Résumé

Les historiographies arabes et occidentales des croisades orientales sont dynamiques. Les chercheurs explorent désormais des champs quelque peu délaissés par leurs devanciers. Ainsi, dans la lignée d’Alphonse Dupront, les croisades sont désormais plus souvent appréhendées dans le temps long, comme un phénomène mémoriel qui marqua les consciences collectives des peuples d’Orient et d’Occident. Cette journée d’étude vise à mieux comprendre, dans la longue durée, l’impact des croisades sur les hommes et les sociétés d’Occident et d’Orient. En réunissant des chercheurs occidentaux et égyptiens, elle a aussi pour objectif majeur de mettre en dialogue des historiographies de la croisade (arabe, occidentale) qui se méconnaissent. Elle est largement centrée sur l’Égypte, mais s’inscrit dans le cadre plus large du Proche-Orient : aux yeux des croisés eux-mêmes, l’Égypte et le Bilād al-Šām formaient un ensemble peu dissociable.

Annonce

Argumentaire

L’intérêt pour les croisades ne se dément pas. Une définition large du phénomène croisade s’est d’ailleurs imposée parmi les historiens occidentaux, qui ne le circonscrivent plus seulement aux deux siècles d’existence des États latins nés  de la première croisade ni à l’Orient. Cependant, la majorité des travaux des spécialistes arabes et occidentaux des croisades portent toujours sur les expéditions qui visèrent à libérer Jérusalem, soutenir les États latins ou s’emparer de l’Égypte.
Ces études témoignent du dynamisme des historiographies arabes et occidentales des croisades orientales. Sans forcément se détacher du  « penchant narratif » (Bull et Kempf, 2010) qui caractérise traditionnellement ces historiographies, les chercheurs explorent désormais des champs quelque peu délaissés par leurs devanciers, notamment grâce à l’exploitation de sources manuscrites ou publiées (épopées ou romans arabes, manuels de furūsiyya, projets de croisades...) encore insuffisamment étudiées. Ainsi, dans la lignée d’Alphonse Dupront, les croisades sont désormais plus souvent appréhendées dans le temps long, comme un phénomène mémoriel qui marqua les consciences collectives des peuples d’Orient et d’Occident. En particulier, depuis quelques années, l’histoire et les mémoires des croisades tardives font l’objet d’un réexamen.
Cette journée d’étude, qui s’inscrit dans la continuité de ces travaux, vise à mieux comprendre, dans la longue durée, l’impact des croisades sur les hommes et les sociétés d’Occident et d’Orient. En réunissant des chercheurs occidentaux et égyptiens, elle a aussi pour objectif majeur de mettre en dialogue des historiographies de la croisade (arabe, occidentale) qui se méconnaissent. Elle est largement centrée sur l’Égypte, mais s’inscrit dans le cadre plus large du Proche-Orient : aux yeux des croisés eux-mêmes, l’Égypte et le Bilād al-Šām formaient un ensemble peu dissociable. En effet, le contrôle du territoire égyptien devint rapidement la clef de la présence latine en Orient, dans l’esprit des Francs d’Orient comme des puissants d’Occident qui appelèrent à la croisade ou prirent eux-mêmes la croix. C’est d’Égypte, aussi, que les sultans ayyoubides puis mamelouks organisèrent la lutte contre les États latins d’Orient, qu’ils finirent par détruire en 1291.
Au fil des siècles, la croisade ne fut pas oubliée. Même si, en Occident, elle faisait l’objet de vives critiques parmi ceux qui désiraient privilégier un autre type de rapports avec les États musulmans, des projets de croisade continuèrent à y être rédigés, qui prenaient notamment l’Égypte pour cible. Dans ce pays comme dans l’ensemble du Proche-Orient, une mémoire de la résistance glorieuse à la croisade, plus ou moins vivace selon les contextes, continua à être véhiculée, dont nous pouvons nous demander si elle ne détermina pas pour longtemps les relations entre les musulmans et leurs voisins chrétiens.

Programme

9h Accueil des participants

Introduction (A. el-Shoky, A. Zouache)

9h30-13h Première session : L'Égypte, clef des croisades

Président de séance : M. Aurell (Univ. de Poitiers - CESM)

  • J. France(Univ. de Swansea) – Egypt, the Ǧazīra and Jerusalem. Middle Eastern tensions and the foundation of the Latin states
  • ‘Â. M. M. Ramadân (Univ. du Fayyoum) - The relationship between the coinage of Ṣalāḥ al-Dīn (564-589 AH/1169-1193 AD) and its relation to the conflict against the Crusades
  • U. Tala‘at(Univ. du Caire) - Ṣalāḥ al-Dīn and the fortifications of Egypt before the battle of Ḥaṭṭīn (583 AH/1187 AD)

Pause café

  • ‘U. Gamal (Univ. de Sohag) – La politique des sultans mamelouks baḥrites vis-à-vis des pèlerins et des marchands francs, à la lumière du décret du sultan al-Ašraf Šabān de raǧab 776/1374 (en arabe)
  • B. Weber(Univ. de Toulouse - L'Égypte et l'Éthiopie dans les stratégies de croisade (xiiie-xvie s.) : centralité et marginalisation de l'axe nilotique

13h-14h - Repas

14h-17h00 Deuxième session : Impact et mémoires

Président de séance : U. Talaat (Univ. du Caire)

  • H. ‘A. el-M. Sulayman (Univ. de Menofia) – Some remarks about Umarā al-Yamanī’s historical writing about the Crusades
  • M. F. Raheel(Société historique d’Égypte) - Louis IX camping's shades on the Egyptian folklore, model of al-Ẓāhir Baybars epic
  • A. el-Shoky(Univ. ‘Ayn Shams/Ifao) - The defensive chains in Egypt : to fortify the Mediterranean ports since the Crusades until the arrival of the French campaign

Rafraîchissements

  • M. Aurell (Univ. de Poitiers - CESCM) - Using Two Swords theory against Crusade (12th-13th centuries)
  • A. Zouache (CIHAM – UMR 5648, Lyon) – Perception et traces des croisades en Orient

17h00 Conclusion

Références

  • ‘Awāḍ, M. M., Fuṣūl bībliyūġrāfiyya fī ta’rīḫ al-ḥurūb al-ṣalībiyya, Dār ‘Ayn, Le Caire, 1996.
  • Dupront, A., Le mythe de croisade, Gallimard, Paris, 1997, 4 vols.
  • France, J., The Crusades and the expansion of Catholic Christendom 1000-1714, Routledge, Londres, 2005.
  • Kempf, D. et Bull, M., « L’histoire toute crue : la première croisade au miroir de son histoire », Médiévales 58, printemps 2010, p. 151-160.
  • Paviot, J., Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient : fin XIVe-XVe siècle, PUPS, Paris, 2003.
  • Nejedly, M. et Svatek, J. (éd.), Histoire et mémoires des croisades à la fin du Moyen Âge, Méridiennes, Toulouse, 2012.
  • Zouache, A., « Écrire l’histoire des croisades aujourd’hui, en Orient et en Occident », dans R. Abdellatif et al. (éd.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Oldenbourg, Munich, 2012, p. 120-147.

Lieux

  • Institut français d'archéologie orientale - 37 rue Aly Youssef
    Le Caire, Égypte

Dates

  • mercredi 22 octobre 2014

Mots-clés

  • croisades, mémoires, Égypte

Contacts

  • Abbès Zouache
    courriel : ab1zouache [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Abbès Zouache
    courriel : ab1zouache [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les croisade en Égypte », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 22 octobre 2014, http://calenda.org/304269