AccueilÉmile Bernard, un classique chez les modernes

Émile Bernard, un classique chez les modernes

Emile Bernard, a classicist among the modernists

*  *  *

Publié le lundi 03 novembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Après ses recherches sur la simplification de la forme, le synthétisme et le symbolisme, il s’est produit une rupture dans la carrière d’Émile Bernard, donnant lieu à une mutation stylistique et à un retour progressif à la forme classique. Il s’engage alors, dans ses écrits comme dans sa peinture, dans un combat contre toute forme d’avant-garde et se plonge dans l’étude des maîtres anciens. On assiste dès 1905 à un retour à l’ordre, suivant l’expression consacrée. La critique française est divisée à l’égard de cette peinture qui se veut une réinterprétation du classicisme. Le moment moderne qui a vu éclore à Pont-Aven le synthétisme en peinture aurait-il constitué un point de non-retour pour Émile Bernard ? Pourquoi la critique n’a-t-elle retenu qu’une partie de son œuvre, celle compatible avec le mainstream de l’histoire de l’art moderne ? Comment comprendre la trajectoire à contre-courant de ce peintre en colère, revendicatif et surdoué ?

Annonce

Argumentaire

Après ses recherches sur la simplification de la forme, le synthétisme et le symbolisme, il s’est produit une rupture dans la carrière d’Émile Bernard, donnant lieu à une mutation stylistique et à un retour progressif à la forme classique. Il s’engage alors, dans ses écrits comme dans sa peinture, dans un combat contre toute forme d’avant-garde et se plonge dans l’étude des maîtres anciens. On assiste dès 1905 à un retour à l’ordre, suivant l’expression consacrée. La critique française est divisée à l’égard de cette peinture qui se veut une réinterprétation du classicisme. Le moment moderne qui a vu éclore à Pont-Aven le synthétisme en peinture aurait-il constitué un point de non-retour pour Émile Bernard ? Pourquoi la critique n’a-t-elle retenu qu’une partie de son œuvre, celle compatible avec le mainstream de l’histoire de l’art moderne ? Comment comprendre la trajectoire à contre-courant de ce peintre en colère, revendicatif et surdoué ?

Programme

Émile Bernard et l'écrit

Président de séance : Rodolphe Rapetti, conservateur général du patrimoine, chargé de mission au Service des Musées de France

  • 9h30 : Introduction
  • 10h : Émile Bernard, un artiste en conflit avec la modernité, Elisabeth Rasch, historienne de l’art indépendante, Suède
  • 10h20 : « La Rénovation esthétique » et la croisade classique d’Émile Bernard, Neil McWilliam, professeur, Duke University, Caroline du Nord
  • 10h40 : Pause
  • 11h : Émile Bernard, un « mystique » égaré dans la mêlée symbolisteCatherine Méneux, maître de conférences, université Paris 1-Sorbonne
  • 11h20 : Discussion

Émile Bernard parmi les siens

Président de séance : Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine, chargée de mission à la direction de l’action culturelle de la ville de Marseille

  • 14h30 : Émile Bernard en Egypte (1893-1904), Jean-Jacques Luthi, historien de l’art indépendant, Paris
  • 14h50 : Émile Bernard et Ignacio Zuloaga, « le plus fort de notre époque », Pablo Jimenez Burillo, directeur de l’Instituto de Cultura, Fondation MAPFRE, Madrid

Les enjeux d’une réhabilitation

Président de séance : Laurence Des Cars, conservateur général, directrice du musée de l’Orangerie

  • 15h10 : Table ronde
  • Avec les commissaires de l’exposition Émile Bernard (1868–1941), Fred Leeman, Rodolphe Rapetti et Marie-Paule Vial 

Entrée Libre

Lieux

  • Musée d'Orsay, Auditorium niveau 2, entrée porte C - 1 rue de la Légion d’Honneur
    Paris, France (75007)

Dates

  • vendredi 07 novembre 2014

Mots-clés

  • peinture, Émile Bernard, synthétisme, symbolisme, avant-garde

URLS de référence

Source de l'information

  • Laure Papon
    courriel : laure [dot] papon [at] musee-orsay [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Émile Bernard, un classique chez les modernes », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 03 novembre 2014, http://calenda.org/304339