AccueilFemmes catholiques et engagement dans la société et dans l’Église en France et en Belgique au XXe siècle

Femmes catholiques et engagement dans la société et dans l’Église en France et en Belgique au XXe siècle

Catholic women and commitment in society and in the Church in France and in Belgium in the 20th century

*  *  *

Publié le jeudi 06 novembre 2014 par João Fernandes

Résumé

De quelle manière le militantisme féminin dans l’Église a-t-il pu faire évoluer la reconnaissance de la place que les femmes peuvent assumer dans l’institution ecclésiale ? De quelle manière des verrous institutionnels ont-ils pu être (ou non) levés ou contournés par les nécessités d’assumer la mission apostolique de l’Église ? Comment des discours théologiques et exégétiques féminins ont-ils pu préparer et suivre des changements dans la manière chrétienne de concevoir la femme et les rapports entre les sexes ? Enfin, de quelle façon des femmes catholiques ont-elles pu trouver dans leur foi religieuse les ressources de leur implication dans l’action publique et, en retour, trouver des justifications au changement des représentations sur la place des femmes dans l’Eglise elle-même ? Ces questions guideront la réflexion que nous souhaitons mener au cours de cette journée d’étude consacrée aux femmes catholiques et à leurs engagements dans l’Église et dans la société en France au XXe siècle.

Annonce

Argumentaire

Jusqu’il y a peu, le bilan historiographique sur le catholicisme au féminin était assez maigre (Fouilloux, 1995 ; Dumons, 2002). Néanmoins, depuis vingt ans, plusieurs recherches ont été menées sur la place des femmes dans l’Église, sur les rapports de genre dans l’institution religieuse et sur des mouvements féminins catholiques ou le rôle des catholiques femmes dans des institutions, notamment au sein de l’action sociale ou de la santé (Charron & Diébolt, 2009 ; Dumons, 2013). La journée que nous proposons d’organiser à Lille s’inscrit dans la lignée de ces travaux souvent novateurs qui croisent histoire ou sociologie des femmes (ou du genre) et histoire ou sociologie du catholicisme.

Dans cette journée, il s’agira de s’intéresser plus spécialement 1/ à des femmes impliquées individuellement ou collectivement dans l’institution religieuse ou 2/ à des femmes qui ont trouvé dans leur foi chrétienne, la source et l’appui de leur engagement dans la société, des associations ou mouvements, des syndicats ou des mouvements politiques. Dans les deux cas c’est dans l’Église que ces femmes ont trouvé un chemin d’accomplissement qui leur a permis d’investir des fonctions et des rôles jusque là réservés à des hommes, aux clercs notamment. Cet engagement au féminin a conduit à une situation inédite : alors que l’institution ecclésiale place doctrinalement et juridiquement les femmes en position seconde, celles-ci en sont venues à assurer de plus en plus de tâches dans l’Église, jusqu’à occuper des responsabilités en matière doctrinale (théologiennes) ou pastorale. Ce faisant, elles ont contribué à modifier la représentation religieuse des rapports hommes/femmes et, en tout cas, à introduire le débat dans l’Église à leur sujet.

Devant la mise en question du modèle religieux de la femme, d’abord par les pratiques, mais aussi dans les discours et les doctrines (féminisme chrétien), l’institution religieuse a eu plutôt tendance, jusqu’à présent, à se rebiffer et à rappeler ses positions traditionnelles. Le magistère a continué à justifier doctrinalement une conception différenciée et hiérarchisée des rôles masculins et féminins, notamment dans la référence à la nature mais aussi à la tradition. Ce faisant, l’écart s’est creusé entre le modèle féminin de soumission et de sacrifice prôné par l’Église et :

  •  les conceptions et les représentations en cours dans les sociétés occidentales ;
  •  l’évolution du droit dans ces sociétés ;
  •  les pratiques nées souvent des nécessités (le manque de prêtres) mais aussi d’une injonction à l’engagement dans l’Église suscitée par des mouvements spirituels ou apostoliques. Entre le modèle défendu par l’institution, les représentations et les conceptions des sociétés occidentales et la réalité des pratiques, existent des tensions et une négociation quotidienne génératrice d’évolutions.

De quelle manière le militantisme féminin dans l’Église a-t-il pu faire évoluer la reconnaissance de la place que les femmes peuvent assumer dans l’institution ecclésiale ? De quelle manière des verrous institutionnels ont-ils pu être (ou non) levés ou contournés par les nécessités d’assumer la mission apostolique de l’Église ? Comment des discours théologiques et exégétiques féminins ont-ils pu préparer et suivre des changements dans la manière chrétienne de concevoir la femme et les rapports entre les sexes ? Enfin, de quelle façon des femmes catholiques ont-elles pu trouver dans leur foi religieuse les ressources de leur implication dans l’action publique et, en retour, trouver des justifications au changement des représentations sur la place des femmes dans l’Eglise elle-même ? Ces questions guideront la réflexion que nous souhaitons mener au cours de cette journée d’étude consacrée aux femmes catholiques et à leurs engagements dans l’Église et dans la société en France au XXe siècle.

Programme

9h15 Accueil des participants

9h30 Mots d’accueil de Michel Hubaut (Faculté de théologie) & Christophe Leduc (Institut d’ Étude des Faits Religieux et CREHS), suivis d’une présentation de la journée par Bruno Duriez (CNRS, U. Lille 1), Olivier Rota (U. d’Artois) et Catherine Vialle (U. Catholique de Lille) 

MATINÉE

Modératrice : Catherine Vialle

9h50

  • « La femme forte, la dévote et l’“autre dangereux”. Constructions catholiques de la féminité à l’époque contemporaine » (Tine Van Osselaer – Post-doctorante, U. d’Anvers, Ruusbroec Institute)

10h30

Pause-café

10h50

  • « L’engagement des femmes dans le travail religieux à l’épreuve du différentialisme » (Céline Béraud – U. de Caen, membre junior de l’IUF)
  • « La parité hommes-femmes en Église : entre effet d’annonce et apprentissage laborieux » (Alphonse Borras – U. Cath. de Louvain)

12h10 Pause-déjeuner 

APRÈS-MIDI

Modérateur : Olivier Rota

14h00

  • « Des enseignantes hors la loi aux infirmières militaires, 1901-1904 / 1914-18 » (Chantal Paisant – U. Bordeaux III)
  • « Marie Louise Lantelme figure d’un “catholicisme de combat” entre les deux guerres en Isère à Jallieu » (Raymond Dewerdt – Doctorant, U. d’Artois)

15h20

Pause-café

15h40

  • « Les 30 Glorieuses des militantes catholiques et femmes d’ouvriers » (Geneviève Dermenjian – Chercheure associée à l’UMR Telemme, Aix-Marseille Université et Dominique Loiseau – U. du Mans)
  • « L’action catholique féminine au XXe siècle, éclairer les transformations d’un engagement catholique à l’aune du genre » (Magali Della Suda – CNRS, centre Émile Durkheim, Bordeaux)

17h00

Discussion générale, suivie d’un temps de pause 

SOIRÉE

Modérateur : Bruno Duriez

18h00

  • « Femmes engagées ». Table ronde avec Denise Cacheux, Françoise Maillard et Nathalie Willemetz

20h00

Fin de la journée

Organisation

  • Bruno Duriez (CLERSÉ, Université de Lille I),
  • Olivier Rota (CREHS, Université d’Artois)
  • et Catherine Vialle (Faculté de théologie de Lille)

Lieux

  • Institut catholique de Lille - 60 bd Vauban
    Lille, France (59)

Dates

  • vendredi 05 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • femmes, catholicisme, catholique, engagement, société, Église

Contacts

  • Olivier Rota
    courriel : olivier [dot] rota [at] univ-artois [dot] fr

Source de l'information

  • Olivier Rota
    courriel : olivier [dot] rota [at] univ-artois [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Femmes catholiques et engagement dans la société et dans l’Église en France et en Belgique au XXe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 06 novembre 2014, http://calenda.org/305080