AccueilLes mardis des Bernardins (2014-2015)

*  *  *

Publié le lundi 01 décembre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Porter un regard neuf sur de grands thèmes collectifs, penser autrement la place de l’homme dans la société et interpréter les grandes transformations de nos civilisations à la lumière de la sagesse chrétienne, voici quelques-uns des défis qui animent, chaque semaine, les équipes des mardis des Bernardins. Pour départager l’information superficielle des enjeux véritables, pour dégager des perspectives et anticiper l’avenir, ces tables rondes n’ont qu’un seul parti pris : replacer l’homme au centre des enjeux de notre temps.

Annonce

Programme

2 décembre 2014 – Église et mémoire tchèque, entre liens et blessures

Contrairement aux autres nations d’Europe centrale (polonaise, slovaque, hongroise), l’identité tchèque s’est forgée principalement contre l’Église catholique. Le mouvement national tchèque est souvent présenté comme parallèle à celui de la sécularisation. Si les temps forts de l’histoire nationale sont liés à ceux de l’Église, c’est de façon négative. Comment séparer la réalité historique du mythe national ? L’Église, au-delà de ce stigmate, n’est-elle pas une institution vivante, susceptible de former et même de guérir la mémoire du peuple tchèque (commémorations, réconciliation, etc.) ? Comment la société laïque peut-elle accueillir un tel apport d’une institution jugée souvent trop traditionnelle et conservatrice ?

Intervenants

  • S.Em. DukaCardinal Archevèque de Prague
  • Fr. Ludvik Grundmanthéologien
  • Patrick Guyomard, psychanalyste et historien
  • P. Tomàs Petracek, professeur d'histoire de l'Eglise à la faculté de théologie de Prague

12 décembre 2014 – la République est-elle de plus en plus corrompue ?

Certainement pas gangrenées, mais pas vraiment étanches. Si nous vivons dans un Etat de droit, cela n’empêche pas nos classes politiques d’essuyer périodiquement - avec plus ou moins de séquelles – des accusations de corruption.
Face à la corruption, l'administration et la classe politique françaises ont un comportement qui reste très perfectible. Phénomène tout à la fois unanimement réprouvé et universellement répandu, la corruption, à défaut d’occuper souvent la scène des tribunaux, quitte rarement les colonnes de l’actualité.
Mais qu’est-ce que la corruption au juste ? Où commence-t-elle ? Est-ce être corrompu que de faire fonctionner son réseau, par exemple ?
Cette attention médiatique offre l’occasion de revenir sur un phénomène occulte et encore largement méconnu, afin d’en sonder les évolutions.

Intervenants

  • Antoine Garaponmagistrat, auteur d’un récent article dans la revue Esprit sur la corruption
  • Antoine Peillongrand reporter à La Croix, auteur de Corruption ; Nous sommes tous responsables (Seuil, 2014)
  • Adrien Rouxdoctorant en droit pénal à l’université Aix-Marseille

13 janvier 2015 – l'humain au défi du numérique

Débat en lien avec la Chaire du Collège des Bernardins

« Révolution numérique » : cette expression présente sur toutes les lèvres nous empêche de comprendre les bouleversements qui se jouent. Que signifie-t-elle au juste ? L’homme va-t-il être dominé par les technologies qu’il a pourtant créées ? Et si cette fameuse révolution est inéluctable, ne devrait-on pas trouver comment l’accompagner harmonieusement plutôt que de la nier ou de s’y opposer ? Les deux co-titulaires de la Chaire des Bernardins 2014-16, Milad Doueihi, titulaire de la Chaire d’humanisme numérique ComUE Sorbonne Universités & LABEX OBVIL et Jacques-François Marchandise, directeur de la Recherche et de la Prospective de la FING, présenteront les grands enjeux de la problématique et les perspectives de leur recherche en présence de Claudie Haigneré, présidente d’Universcience.

Intervenants

  • Milad Doueihititulaire de la Chaire d’humanisme numérique ComUE Sorbonne Universités & LABEX OBVIL
  • Claudie Haigneréprésidente d’Universcience
  • Jacques-François Marchandisedirecteur de la Recherche et de la Prospective de la FING

20 janvier 2015 – nouveaux regards sur l'origine du christianisme 

 En quoi l’avènement d’un Messie aux frontières de l’humain et du divin faisait-il écho aux croyances des contemporains juifs de Jésus ? Au-delà de la judaïté de Jésus, quelle est la judaïté du concept de Christ ? « Le Messie-Christ existait dans la pensée juive bien avant que Jésus ne naisse à Bethléem », écrit Daniel Boyarin, dans son livre Le Christ juif. Il invite à nuancer l’idée selon laquelle le judaïsme aurait toujours été un monothéisme strict. Les frontières que l’histoire a posées rétrospectivement entre la parole de Jésus et le judaïsme étaient sans doute bien plus poreuses à l’origine. Jésus a-t-il aboli ou accompli la Torah ?  Les Evangiles en sont-ils l’appropriation, la récupération ou la prolongation ?

Intervenants

  • Jean-François Bensahelprésident de l’Union Libérale Israélite de France (ULIF)
  • Mireille Hadas-Lebelhistorienne, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne
  • P. Marc Rastoin, sj, théologien, Centre Sèvres et traducteur de Le Christ Juif

Lieux

  • Grand Auditorium des Bernardins - 20 rue de Poissy
    Paris, France (75005)

Dates

  • mardi 02 décembre 2014
  • vendredi 12 décembre 2014
  • mardi 13 janvier 2015
  • mardi 20 janvier 2015

Mots-clés

  • Tchécoslovaquie, Tchéquie, mémoire, Église, Prague, république, corruption, transparence, droit, numérique, digital, christianisme, judaïsme, Jésus, bible, trinité, monothéisme, messie

Contacts

  • Faustine Sigal
    courriel : culture [at] collegedesbernardins [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Faustine Sigal
    courriel : culture [at] collegedesbernardins [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les mardis des Bernardins (2014-2015) », Cycle de conférences, Calenda, Publié le lundi 01 décembre 2014, http://calenda.org/305668