AccueilLe texte à venir

Le texte à venir

The text to come

Revue Études digitales n°1

The Etudes digitales journal n°1

*  *  *

Publié le jeudi 06 novembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Le numéro 1 de la revue Études digitales sollicite l’ensemble des humanités pour tenter d’appréhender les enjeux d’une mutation du texte par l’effet de sa digitalisation. Qu’est-ce que le texte digital ? Après le texte manuscrit, imprimé ou « tapuscrit » à la machine, le texte écrit au clavier d’ordinateur ou sur une tablette doit-il être envisagé comme la poursuite d’une même tradition textuelle ou au contraire ne vient-il pas produire un nouvel « encodage » ? Après le texte relié et édité sous la forme du codex, le texte à l’écran produit-il les mêmes effets ? Le texte digital est-il texte au sens des régimes antérieurs de texte, ou est-il résolument d’une autre nature ? N’assistons-nous pas à une transformation de sa grammatisation en même temps que se modifient les techniques de sa reproduction et de sa diffusion comme cela s’est produit au XVe siècle avec l’avènement de l’imprimerie ?

Annonce

Argumentaire

La revue sera publiée chez Classiques Garnier

Le numéro 1 de la revue Études Digitales sollicite l’ensemble des humanités pour tenter d’appréhender les enjeux d’une mutation du texte par l’effet de sa digitalisation. Qu’est-ce que le texte digital ? Après le texte manuscrit, imprimé ou « tapuscrit » à la machine, le texte écrit au clavier d’ordinateur ou sur une tablette doit-il être envisagé comme la poursuite d’une même tradition textuelle ou au contraire ne vient-il pas produire un nouvel « encodage » ? Après le texte relié et édité sous la forme du codex, le texte à l’écran produit-il les mêmes effets ? Le texte digital est-il texte au sens des régimes antérieurs de texte, ou est-il résolument d’une autre nature ? N’assistons-nous pas à une transformation de sa grammatisation en même temps que se modifient les techniques de sa reproduction et de sa diffusion comme cela s’est produit au XVe siècle avec l’avènement de l’imprimerie ?

Plusieurs dimensions du texte digital seront envisagées dans ce numéro 1 : sa matérialité à travers les appareils et les interfaces qui le rendent visible, son mode de conservation et d’organisation de la mémoire, son inscription paradigmatique dans les représentations du savoir, les pratiques qu’il permet dans un contexte interopérable. Seront également traités les échanges qu’il autorise, les formes d’interprétation qu’il suscite ou facilite, plus largement, les questions qu'il pose à une culture fondée sur la conservation des textes, en termes d’historicité et d’invention poétique.

Le texte digital, de par son caractère dématérialisé et hypertextuel, ne peut être considéré comme le simple transfert du texte imprimé sur un nouveau support. Il produit des effets inédits dans le monde de l’écrit : multiplicité des traces jusqu'à l’hypermnésie, duplication indéfinie, mais aussi annulation et effacement, perte ou dilution de la source au profit d’une auctoritas partagée.

Genette définit la transtextualité comme « tout ce qui met (le texte) en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes ». Ceci permet d’envisager une transtextualité digitale qui met en œuvre, par sa constitution même, un mode général de transversalité et d’hybridation. Ainsi, le numéro 1 de la revue Études Digitales s’ouvre-t-il à une conception élargie du texte, ainsi qu'à tout ce qui se situe au-dessus, au-dessous et autour du texte.

Plusieurs dimensions de la textualité digitale pourront être investies :

  • Le texte digital entre production, commentaire et invention

L’évolution du support suscite de nouvelles formes d’écriture et de lecture, mais surtout un texte digital ne peut être envisagé selon les mêmes critères qu’un texte imprimé. Il s’agit d’un objet hybride et composite dont les contours ne s’arrêtent pas aux limites de la page ou du volume qui constituaient la forme des textes depuis le codex antique. Un texte digital peut se trouver relié à une multitude d’autres textes (hypertexte) et conserver, comme un wiki, toutes les strates de sa production. Comment produire le texte digital ? Comment envisager une fabrication qui ne soit pas simplement le transfert des pratiques antérieures d'écriture ? Faut-il envisager une herméneutique spécifique du texte digital parallèlement à l’émergence d’une poétique qui rapprocherait le commentaire de l’invention ? Devons-nous en attendre de nouveaux genres, une nouvelle littérature ?

  • Le texte digital et les savoirs

À l’intérieur de la tradition occidentale, chez Platon, la fixation textuelle apparaît comme un enjeu du savoir, de sa transmission et son organisation. Aujourd’hui, le texte digital réorganise la disposition et le classement des savoirs inscrits, produisant de nouvelles modalités d’accès, de représentation. Faut-il voir dans l'écriture digitale une textualité débarrassée des limites anciennes du texte imprimé et relié et un nouvel espace du texte « à venir » ? Des modes d'élaboration contributifs construisent-ils une articulation pertinente des échanges entre les spécialistes et les amateurs ? Quel format de savoir instruit le texte digital ?

  • Le texte digital entre mémoire générale et oubli

Dans le contexte digital, les régimes d’une mémoire, à la fois hypermnésique et instable, se trouvent soumis à l’obsolescence des supports et des formats. Quel est alors le statut mémoriel du texte ? Quels seront les modes de conservation et d’indexation du texte digital ? Comment retrouver l'état génétique d'un texte pour le replacer dans l’archéologie des disciplines, quand archive et trace deviennent problématiques ?

Modalités de soumission

Projet d’article d’environ 3000 signes (sans les espaces)

pour le 30 novembre 2014.

La réponse d’acceptation sera donnée avant la fin décembre. Les articles seront à rendre pour le 1er février, ils seront soumis à la lecture en double aveugle des membres du comité scientifique. Longueur des articles : 30000 à 35000 signes (sans les espaces et bibliographie comprise).

Envoyer les propositions et articles à : etudesdigitales@gmail.com

Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert

Franck.cormerais@u-bordeaux3.fr

jacques.gilbert@univ-nantes.fr

Direction de la revue

  • Franck Cormerais
  • Jacques Athanase Gilbert

Comité éditorial

  • Antonioli Manola (Ecole Supérieure d'Art et de Design de Valenciennes)
  • Catellin Sylvie (Université Versailles Saint-Quentin)
  • Komur Greta (Université de Mulhouse)
  • Le Deuff Olivier (Bordeaux-Montaigne)
  • Lefevre Anne (École Supérieure d’Architecture de Saint Etienne)
  • Loty Laurent (Paris IV, CNRS)
  • Marechaux Pierre (Université de Nantes)
  • Noyer Jean-Max (Université de Nice)
  • Puig Vincent ( IRI, Centre Pompidou)
  • Rey Olivier (CNRS)
  • Rousseaux Francis (Université de Reims/IRCAM)
  • Vitali-Rosati Marcello (Université de Montréal)

Comité scientifique

  • Bachimont Bruno (Université de Compiègne)
  • Philippe Béraud (Télécom Bretagne)
  • Bouchardon Serge (Université de Compiègne)
  • Clivaz Claire (Université de Lausanne)
  • Carayol Valérie (Bordeaux-Montaigne)
  • Duféal Marina (Université de Bordeaux-Montaigne)
  • Giffard Alain (Administrateur civil/Fondateur de Gallica)
  • Ertzscheid Olivier (Université de Nantes)
  • Galinon-Mélénec Béatrice (Normandie Université-ULH)
  • Gefen Alexandre (Paris IV - Fabula)
  • Jauréguiberry Francis (Université de Pau, CNRS)
  • Khatchatourov Armen (Télécom ParisTech)
  • Kerouanton Jean-Louis (Université de Nantes)
  • Lescop Laurent (ENSAM Nantes)
  • Moore Gerald (Durham University)
  • Musso Pierre (Rennes2/ParisTech)
  • Prié Yannick (Université de Nantes)
  • Proulx Serge (UQAM Montréal)
  • Romele Alberto (Université de Porto)
  • Rouvroy Antoinette (Université de Namur)
  • Stiegler Bernard (Conseil National Supérieur du Numérique/Université de Londres/Goldsmith)
  • Vignon Daphné (Université de Nantes)

Dates

  • dimanche 30 novembre 2014

Mots-clés

  • Études digitales, numérique, texte

Contacts

  • Jacques Athanase Gilbert
    courriel : jacques [dot] gilbert [at] univ-nantes [dot] fr
  • Franck Cormerais
    courriel : franck [dot] cormerais [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

Source de l'information

  • Jacques Athanase Gilbert
    courriel : jacques [dot] gilbert [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le texte à venir », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 06 novembre 2014, http://calenda.org/305759