AccueilHabiter autrement ou le nouveau défi du vivre ensemble ?

Habiter autrement ou le nouveau défi du vivre ensemble ?

Appel à contributions pour le revue Socio-Anthropologie, n° 32, décembre 2015

*  *  *

Publié le mardi 25 novembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

L’objet de ce numéro serait d’interroger les motivations, les parcours, les formes d’engagement sous jacentes aux initiatives d’habitat dit « alternatif », les valeurs qui fondent ces dynamiques, et ce qu’elles peuvent révéler comme regard critique de l’évolution de la société urbaine contemporaine.

Annonce

 

Argumentaire

On assiste actuellement à l’émergence d’une multiplication d’initiatives d’habitants animées par une volonté d’« habiter autrement ». Celles-ci se fédèrent autour de projets et d’associations affirmant de nouvelles revendications fondées, notamment, sur une volonté de recréer du lien social, une conscience écologique, la participation et la gestion du cadre de vie, de s’inscrire plus activement dans la vie de la cité,..

Cette importance de l’habitat comme instrument de nouvelles valeurs était déjà au cœur de la réflexion de certains « utopistes » du XIXe portée par des projets de société future débarrassée des méfaits du capitalisme sauvage de la société industrielle. Ils vont ainsi imaginer des modèles d’habitation le plus souvent collectifs, ou « unitaire », perçus comme les plus appropriés à la nature humaine, en incluant tous les éléments qui entourent la vie de l’individu car l’habitat devait être, pour ces derniers, « intégrateur ». Plus tard, d’autres initiatives animées par des motivations participatives vont permettre, au tournant du XXe, l’émergence de sociétés coopératives d’habitation à bon marché, ou dans les années 50 avec le mouvement des Castors également fondé sur cette dimension participative de l’habitat, auquel succèderont dans les années 70 les mouvements autour de l’habitat groupé autogéré. Si ces démarches se sont progressivement estompées dans le temps, elles semblent connaître actuellement un nouvel essor, une visibilité accrue sur la scène publique mais aussi politique.

Ainsi des alternatives à un système de production de logements qui ne semble pas répondre aux attentes communautaires ou aux engagements de ceux qui en ont l’initiative, s’affirment. Des groupes d’habitants s’impliquent désormais dans la construction, la conception, la gestion de leur logement et deviennent de véritables acteurs de projets. Animés par du militantisme, une éthique, une morale de vie,… les choix d’action varient. De l’habitat  dit « participatif » sous la forme de coopératives d’habitants et de sociétés d’autopromotion où les habitants se réapproprient collectivement la gestion de leur logement, aux transformations récentes  de l’habitat pavillonnaire sous la forme, par exemple, du « bimby » (Build in my Backyard), au développement des éco-Habitat, éco-quartiers, co-habitat,.. les initiatives se multiplient en encourageant la participation active des habitants à la redéfinition du bien commun et du vivre ensemble.  Elles s’inscrivent ainsi dans un contexte urbain particulier qui semble faire émerger des attentes et des besoins qu’il ne peut satisfaire.

Quelles interprétations donner à ce nouvel élan vers un habitat plus communautaire qui prend place dans un paysage urbain marqué, parallèlement, par la généralisation d’ensembles résidentiels fermés, souvent télé surveillés, favorisant l’entre soi et un parc social insuffisant ou perçu, dans les  quartiers dits « sensibles », comme générateur d’insécurité ? Quelles revendications contemporaines traduisent alors ces nouvelles expériences participatives dans le champ de l’habitat ?

L’objet de ce numéro serait d’interroger les motivations, les parcours, les formes d’engagement sous jacentes à ces initiatives d’habitat dit « alternatif », les valeurs qui fondent ces dynamiques, et ce qu’elles peuvent révéler comme regard critique de l’évolution de la société urbaine contemporaine.

Il s’agirait également pour l’analyse de cette thématique de pouvoir croiser des regards relevant de la sociologie, de l’anthropologie, de la géographie, de l’histoire et de l’architecture.

Modalités de propositions

Les propositions de contribution (min 500 mots, max. 1000 mots) sont attendues

avant le 31 décembre 2014

et devront être adressées à Laurence Costes : costeslaurence@yahoo.fr

Les auteurs dont la proposition a été retenue devront remettre leur texte, dont la longueur ne dépassera pas 35 000 signes (espaces, figures, tableaux compris), au plus tard le 30 Avril 2015. Chaque article sera évalué indépendamment par le comité de lecture de la Revue Socio-Anthropologie.

Coordinatrice du numéro

Laurence Costes (MCF-HDR, Université Evry Val d'Essonne, CPN)

Comité de rédaction

  • Jean-Yves Boursier (Université de Nice, CIRCLES),
  • Pierre Bouvier (Université Paris X, Laios),
  • Jean-François Gossiaux (Ehess, Laios),
  • Lionel Obadia (Université Lyon II),
  • Sylvie Pédron-Colombani (Université Paris X)

Comité scientifique

  • Marc Abélès (Laios-Cnrs),
  • Carmen Bernand (Université Paris X),
  • C. Constantopoulou (Université de Thessalonique),
  • Daniel Fabre (Ehess-Lahic),
  • Alain Gras (Paris I-Cetcopra),
  • Jacques Hamel (Université de Montréal),
  • Duarte Pimentel (Université Lisboa-Iscte),
  • Richard Pottier (Université Paris V-Sorbonne),
  • Susan Rogers (New-York University),
  • Jacques Saliba (Université Paris X),
  • Monique Sélim (IRD),
  • Cynthia Truant (University of California, San Diego)

Catégories

Dates

  • mercredi 31 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Habitat, quartier, habitant, communauté, alternatif, participation, écoquartier

Contacts

  • Laurence Costes
    courriel : costeslaurence [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Laurence Costes
    courriel : costeslaurence [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Habiter autrement ou le nouveau défi du vivre ensemble ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 novembre 2014, http://calenda.org/306498