AccueilTerrains mobiles, terrains changeants : méthodes d’étude du nomadisme aujourd’hui

Terrains mobiles, terrains changeants : méthodes d’étude du nomadisme aujourd’hui

Mobile terrain, changing terrain: methods of studying nomadism today

*  *  *

Publié le vendredi 07 novembre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Depuis les années 1990 l’étude des populations nomades et mobiles d’Asie centrale et septentrionale s’est profondément renouvelée. Simultanément, au cours de cette période, la vie de ces populations a connu d’intenses bouleversements, d’ordre économique, politique et religieux, que les chercheurs ont pu suivre et vivre sur le terrain. Quelles méthodes d’enquête ont pu être mises en œuvre pour comprendre ces terrains mobiles ? Quels rapports entretiennent les chercheurs avec ceux qui les accueillent ? Comment développer une approche réflexive de la mobilité et du changement ?

Annonce

Événement organisé par le Groupement  de  recherche  international  «  Nomadisme,  sociétés  et  environnement  en  Asie  centrale  et  septentrionale  » le lundi 17 novembre 2014, de 10h à 17h30, Collège de France, 11 Place Marcelin Berthelot, salle 4

Programme

10h00 Introduction. Une anthropologie du nomadisme sans organisation sociale : est-ce bien raisonnable ?

  • Raphaël Blanchier (École pratique des hautes études, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris) et Charles Stépanoff (École pratique des hautes études, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris)

Session 1 : Des recherches en mouvement

  • 10h15 Pour en finir avec les stéréotypes : comment l’archéologie change le regard des anthropologues sur le nomadisme pastoral (en russe).
    Nikolai Kradin (Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie des peuples d’Extrême-Orient, Section extrême-orientale de l’Académie des sciences de Russie, Vladivostok)
  • 10h45 Vingt ans après. La relation de terrain d’une ethnographe en Sibérie et Asie centrale (1994-2014).
    Carole Ferret (Centre national de la recherche scientifique, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris)

11h15-11h30 Pause

Session 2 : Capter le mouvement nomade, quelles méthodes au secours de l’ethnographie ?

  • 11h30 Recording motion of Northern nomads: ethnography and design (en anglais).
    Andrei Golovnev (Institut d’histoire et d’archéologie de la Section ouralienne de l’Académie des sciences de Russie, Ekaterinbourg)
  • 12h00 La question du dispositif visuel dans l’enquête et l’entretien.
    Gaëlle Lacaze (Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg, UMR 7536 DynamE, Maison interuniversitaire des sciences de l’homme-Alsace)
  • 12h30 Les pétroglyphes et l'étude des peuples nomades d'Asie du Nord-Est.
    Andrei Zabiyako (Laboratoire d’archéologie et d’anthropologie de l’université d’État de l’Amour, Institut d’archéologie et d’ethnographie de la Section sibérienne de l’Académie des sciences de Russie, Blagovechtchensk)

13h-14h15 Déjeuner

Session 3 : Regards comparés, de part et d’autre des frontières

  • 14h15 Les Evenk éleveurs de rennes de Chine et de Russie : comparaisons et regards croisés.
    Aurore Dumont (École pratique des hautes études, Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale), Alexandra Lavrillier (université Versailles Saint-Quentin, Centre européen pour l’Arctique), Semen Gabyshev.
  • 14h45 Enquêter sur le discours ethno-national contemporain en République d’Altaï et en République de Khakassie (en russe).
    Ekaterina Samуshkina (Institut d’archéologie et d’ethnographie, Section sibérienne de l’Académie des sciences de Russie, Novossibirsk)
  • 15h15 Regards vers l'Afrique de l'Ouest : Le nomadisme des Toubou et l'impact du colonialisme.
    Tilman Musch (Universität Bayreuth) 

15h45-16h00 Pause

Session 4 : Discours indigènes, expériences d'ethnographes

  • 16h00 Participer pour enquêter : récit d’une expérience ethnographique chez les Évènes éleveurs de rennes.
    Nicolas Bureau (École des hautes études en sciences sociales, Laboratoire d’anthropologie sociale)
  • 16h30 « Nous voulons raconter notre propre histoire ». L’ethnographie de terrain en Sibérie au début du XXIe siècle : le dialogue comme condition et méthode de recherche (en russe).
    Irina Oktyabrskaya (Section Ethnographie de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie, Section sibérienne de l’Académie des sciences de Russie, Novossibirsk)
  • 17h00 Ce que les morts me disent : « des chasseurs ou pas de chasseurs, des loups ou pas de loups en Mongolie de l’Ouest ? ». Retour sur le trajet d’un « ratage » ethnographique.
    Bernard Charlier (Laboratoire d’anthropologie sociale, université de Louvain-la-Neuve, Belgique)

Fin à 17h30

Établissements membres du GDRI  

  • France : CNRS, Collège de France, École pratique des hautes études, École des hautes études en sciences sociales, Institut national des langues et civilisations orientales, université de Paris 3 Sorbonne nouvelle, université de Strasbourg
  • Kirghizstan : Académie des sciences du Kirghizstan, Université américaine d'Asie centrale
  • Russie : Académie des sciences de Russie, université d'État de l'Amour, université d'État de Tchita, Fondation russe pour les sciences humaines

Lieux

  • salle 4 - Collège de France 11, place Marcelin Berthelot
    Paris, France (75005)

Dates

  • lundi 17 novembre 2014

Mots-clés

  • nomadisme, méthode, réflexivité, interdisciplinarité, Sibérie, Mongolie, mobilités

Contacts

  • Raphaël Blanchier
    courriel : raphael [dot] blanchier [at] hotmail [dot] fr
  • Charles Stépanoff
    courriel : charles [dot] stepanoff [at] ephe [dot] sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Raphaël Blanchier
    courriel : raphael [dot] blanchier [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Terrains mobiles, terrains changeants : méthodes d’étude du nomadisme aujourd’hui », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 07 novembre 2014, http://calenda.org/307038