AccueilLe rock progressif

*  *  *

Publié le lundi 01 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

À l'initiative d'Allan Moore, des chercheurs(euses) de tous horizons ont décidé de créer ACADPROG en 2011. Dès ses débuts, ce réseau international s'est proposé d'étudier sous tous ses aspects et de façon pluridisciplinaire le rock progressif, une musique née à la fin des années 1960. Afin que ses travaux acquièrent une visibilité et que ce nouveau champ de recherche trouve sa place dans les études sur les musiques populaires, ACADPROG organise, sous la houlette de Philippe Gonin et François Ribac, sa première conférence internationale les 10, 11 et 12 décembre 2014 à Dijon (France), grâce au soutien de l'université de Bourgogne, des laboratoires Georges Chevrier et CIMEOS et de partenaires institutionnels.

Annonce

Argumentaire

Vous avez dit rock progressif ?

Du point de vue musical, ce courant se caractérise par des références à la musique classique (du baroque au contemporain) et au jazz, par son goût pour les longs développements instrumentaux et par son intérêt marqué pour les innovations sonores. Au delà de l'aspect sonique, cette musique s'est également nourrie de littérature (notamment le fantastique et la science fiction) pour ses textes et illustrations, tandis qu'elle intégrait une certaine théâtralité à ses performances. Si la plupart des groupes qui ont connu un succès international au milieu des années soixante-dix provenaient principalement de Grande Bretagne (Pink Floyd, Soft Machine, Genesis, King Crimson, Yes, ELP, Van Der Graaf Generator, Jethro Tull, Roxy Music, Hatfield and the North, Supertramp, UK, Marillion etc.), des formations françaises, italiennes, nord-américaines, allemandes, japonaises ont également menées des carrières internationales. Cependant, au début des années quatre-vingt, ce courant musical a été marginalisé par les critiques, contesté par les nouveaux courants qui émergeaient (punk et new wave) et partiellement délaissé par le public. Si certains artistes issus de ce courant ont bifurqué et amplifié leurs popularité par la suite (par exemple Peter Gabriel, Genesis ou Phil Collins), nombre d'entre eux ont perdu le soutien de l'industrie musicale et une visibilité internationale. Dans le récit - en particulier journalistique - de la révolution punk / new wave le prog est devenu synonyme de solos de guitares interminables et d'une emphase musicale dépassée.

Prog is dead ?

En réalité, l'idée que le dinosaure prog a irrémédiablement disparu pêche par son côté unilatéral. Car, s'il est incontestable que l'indie rock a notablement transformé la physionomie de la musique populaire, les continuités sont au moins aussi importantes que les ruptures. Ainsi, l'industrie musicale a souvent fait appel à des musiciens issus du prog pour produire les disques de new-wave (Ray Shulman de Gentle Giant, Mike Howlett ou Steve Hillage de Gong), de même que celle du cinéma où un musicien comme Vangelis a profondément influencé la physionomie des musiques de film. Par ailleurs, le déclin commercial de certains groupes vedettes du rock progressif ne doit pas nous faire oublier que des formations, des labels, des festivals n'ont pas cessé de jouer et de promouvoir cette musique. De nos jours, le rock progressif a marqué de nombreux courants de la planète métal (que l'on songe à Dream Theater, à Tool ou Porcupine Tree) ou du jazz (par exemple Pat Metheny). Mieux, certaines des formations actuelles les plus populaires de l'indie rock, comme Radiohead, revendiquent l'influence de compositeurs classiques et adoptent des démarches expérimentales qui les apparentent à bien des égards au prog rock. D'autres groupes indés recourent à l'instrumentarium du prog à la façon des Flaming Lips ou Mercury Rev grands utilisateurs du mellotron. Plus à la marge, des artistes comme Fred Frith ont fortement contribué à la redéfinition de la musique improvisée. Dans un même ordre d'idées, la continuité se manifeste également du côté des pratiques d'écoute. Ainsi, bon nombre d'auditeurs(trices) d'indie rock ont continué à apprécier les groupes prog qu'ils (elles) aimaient auparavant et ont transmis cette passion à leurs enfants. Dans un contexte de numérisation de la musique et de sa diffusion via les réseaux sociaux, les nouvelles générations (re)découvrent des formations et artistes oubliés de tous les pays et, bien sûr, les nouveaux groupes de rock progressif. Ce goût se vérifie à travers le succès des tribute bands consacrés à Genesis ou Pink Floyd, dont certains sillonnent le monde, et la multiplication des rééditions et reformations de groupes prog des sixties et seventies.

Programme

Mercredi 10 décembre 2014

Amphithéâtre de la MSH

09h30 – 10h00 Accueil et enregistrement des participant-e-s

10h00 – 10h30 Welcome - Mot de bienvenue par Pierre Ancet, Vice-président délégué aux politiques culturelles

10h30 – 11h30

  • Invité : Allan Moore (Surrey University) : “So what’s in a name ? 50 years of progressive rock ?”

Modération : François Ribac.

Pause : 11h30 - 12h00

12h00 - 13h00 : Au coeur de la musique (1)

Modération : Max Noubel

  • Philippe Gonin et Philippe Lalitte (France) : “Expérimentation et nouvelle expérience d’écoute : le cas de A Saucerful of Secrets”
  • Laurent Pottier (France) : « Le rock progressif à l’âge des synthétiseurs analogiques ».

Pause déjeuner : 13h00 - 14h00

14h30-16h00 : Le rock prog anglais existe t-il ?

Modération : Nick Braae

  • Megan Murph (USA): “Ecological Place within Progressive Rock ? -YES ! A Look at the Incorporation of Landscape Imagery in the Early Music of YES”
  • Sarah Hill (UK): “Psychedelic Aesthetic and Progressive Impulse : A Tale of Two Cities”
  • David R. Shumway (USA) : “American and British Psychedelic Music : Freedom and Order in Representing the Trip”

Pause : 16h00 - 16h30

16h30-17h00 : Au coeur de la musique (2)

Modération : Fabrice Pirolli

  • Sergio Pisfi l Zavaletta (UK) : “La place du live dans l’analyse musicale du rock : Pink Floyd en concert”
  • Jacopo Costa (France): « Composition, travail de répétition et de production chez les groupes de Rock In Opposition : un cas de métissage méthodologique »

Pause : 17h30 - 18h00

18h00 - 19h30

  • Invité : Bernard Gueffier (Musea)
  • Modération : Christophe Pirenne

20h00-20h30 : Rolling Strings Quartet

Jeudi 11 décembre 2014

Amphithéâtre de la MSH

08h45 – Accueil des participants

09h00 - 10h00

  • Invité : Franco Fabbri (Université de Turin) : “Progressive rock in Italy in the 1960s-1970s: communities, styles, relations with other genres/scenes”

Modération : Philippe Gonin

Amphi

10h30 - 11h30 : Atelier Comprendre le rock prog italien

Modération : Franco Fabbri

  • Jacopo Conti (Italy) : The ideologies of Italian Prog
  • Jacopo Tomatis (Italy) : The Italianness of Italian Prog
  • Goffredo Plastino (UK): The Italian Prog Revival

Salle des séminaires

10h00 - 11h30 : Prog rock around the world (1)

Modération : Christophe Pirenne

  • Akitsugu Kawamoto (Japan) : “The Art of Imitation: History, Style, and Meaning of Japanese Progressive Rock”
  • Noriko Manabe (USA) :“The anxiety of influence in two Japanese prog bands of the 1970s”
  • Luís Paulo de Carvalho PiassiEmerson Ferreira Gomes (Brazil) :“Stars, education and progressive rock : the use of progressive rock songs in education”

Pause : 11h30 - 12h00

12h00 - 13h00 : Legacy

Modération : Allan Moore

  • Chris Anderton (UK) : “Fire in Harmony : the Rise and Fall of the 1980s UK Progressive Revival”
  • Hannu Tolvanen (Finland) : “Is progressive rock back in the mainstream in Finland ?” - The case of “Pepe & Saimaa”

Pause déjeuner : 13h00 - 14h15

Consortium (rue d'Auxonne, Dijon)

14h45-16h45 : Derrière le rideau de fer

Modération : Olivier Galibert

  • Kalina Zahova (Bulgaria) : Progressive Rock behind the Iron Curtain - Why Not?”
  • Alexandra Grabarchuk (USA): “Style vs. Genre : Progressive Rock in the Soviet 1970s ”
  • Jan Blüml (Czech Republic) : “ Artistic, political and social aspects of progressive rock in Communist Czechoslovakia in the 1970s”
  • Leonardo Masi (Poland) : “The lyrics of progressive rock bands and the spirit of romantic literature. The case of Czeslaw Niemen”

17h00 - 18h30 : Rencontre avec Bill Bruford (Surrey University) : (Yes, King Crimson, Earthworks)

Modération : Justin Wiliams

18h30 : visite du Consortium

19h Concert Gothul !

20h15 Buffet

Vendredi 12 décembre 2014

Amphithéâtre de la MSH

08h45 – Accueil des participants

09h00 - 10h00

  • Invité : Simon Frith par visioconférence (Université d’Edinburgh) :“Performing prog rock ”

Modération : François Ribac

Amphi

10h30 - 11h30 : Écouter et étiqueter (1)

Modération :

  • Nicolas Farrugia (UK, Germany)
  • Amit Avron (Israel) 
  • Daniel Müllensiefen (UK)

Atelier : “Does it sound like progressive rock ? A perceptual approach to identify multiple facets of a complex musical genre”

Salle 233

10h00 - 11h30 : Prog rock around the world (2)

Modération : Emerson Gomes

  • Santiago Niño Morales (Colombia) : “Progressive rock in Latin-America : An urban middle class musical identity and cultural expression”
  • Eduardo García Salueña (Spain) :“New technologies, experimentation and fusion processes in spanish progressive rock of the transition era : nortwest area”
  • Ricardo Andrade (Portugal) : “Os cânticos magicos dos preregrinos do som : ‘symphonic/progressive’ rock in Portugal during the 70’s”

Pause : 11h30 - 12h00

12h00 - 13h00 : Au coeur de la musique (3)

Modération : Justin Williams

  • Nick Braae (New Zeland) : “Queen’s Classical Music References, 1973-1976; or, was Queen a Progressive Rock Band? ”
  • Nolan Stolz (USA) : “Progressive Rock Elements in Black Sabbath’s Music from 1972 to 1980”

Pause déjeuner : 13h00 - 14h30

Amphi

14h30 - 15h00 : Au coeur de la musique (4)

Modération : Pascale Fauvet

  • Maxime Cottin ( France) : « King Crimson au fi l du temps (1973-2003) : une étude stylistique des cinq parties de "Larks’ Tongues in Aspic" »

15h00 - 16h00 : Écouter et étiqueter (2)

Modération : Pascale Fauvet

  • Marc Kaiser (France) : “On aime bien les anglo saxons, mais on n’est pas forcément plus cons ! Pop music, industrie musicale et rock progressif ‘à la française’
  • Robert Sivy (USA) : “Interwoven Patterns and Mutual Understandings: Binding R.D Laing’s Psychology with Gentle Giant Knots

Pause : 16h00 - 16h30

16h30 - 18h30 : Politique, avant garde et modernisme

Modération : Sarah Hill 

  • Brian Robison (USA) : “Progressive rock as musical postmodernism”
  • Christophe Pirenne (Belgium) : « Rock progressif et théorie culturelle : entre romantisme tardif et premier postmodernisme »
  • François Ribac (France) : “a certain quality of time ; legato and modernism”
  • Safa Canalp (Turkey) : “Record Label’s Collaboration with the Media: Monopolization of the Prog and Marginalization of the Kraut”

18h 45 : Et maintenant ?

Conclusion par Allan Moore

Organisateurs

  • Philippe Gonin (uB - CGC)
  • François Ribac (uB - CIMEOS)

Centre Georges Chevrier, UMR 7366

4 bd Gabriel - 21000 DIJON - France

Tél. : 33 (0)3.80.39.53.52

Centre-Georges-Chevrier@u-bourgogne.fr

http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC.html

Comité scientifique

  • Chris Atton (Edinburgh Napier University, Edinburgh, UK)
  • Philippe Gonin (Université de Bourgogne, France)
  • Allan Moore (University of Surrey, UK)
  • Christophe Pirenne (Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • François Ribac (Université de Bourgogne, France)
  • Justin Williams (University of Bristol, UK)

Comité d'organisation

  • Philippe Gonin (Université de Bourgogne, France)
  • François Ribac (Université de Bourgogne, France)
  • Allan Moore (University of Surrey, UK)

Lieux

  • Amphithéâtre de la MSH - Maison des sciences humaines (MSH), 6, esplanade Erasme
    Dijon, France (21066)

Dates

  • mercredi 10 décembre 2014
  • jeudi 11 décembre 2014
  • vendredi 12 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • rock progressif

Contacts

  • Philippe Gonin
    courriel : philippe [dot] gonin [at] u-bourgogne [dot] fr

Source de l'information

  • Philippe Gonin
    courriel : philippe [dot] gonin [at] u-bourgogne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le rock progressif », Colloque, Calenda, Publié le lundi 01 décembre 2014, http://calenda.org/308347