AccueilLes envers de l’obsolète : reformulations et réappropriations des paysages post-industriels

*  *  *

Publié le lundi 24 novembre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Au moment où il est question de ré-industrialisation comme une possible sortie de crise, nos anciens paysages industriels laissés pour la plupart à l’abandon refont surface. État d’urgence, utopie ou blessure ouverte, bien qu’esthétiquement souvent semblables, ces zones aujourd’hui appelées post-industrielles content tout autant l’histoire de la fin du rêve capitaliste qu’un récit propre à chaque culture voire à chaque groupe ou corporation fondés autour de ces aires de production. Questionnant la sentence de Vladimir Nabokov, Le futur est tout sauf l’envers de l’obsolète, ce colloque s’intéressera a ce qui est encore en jeu, la limaille en somme, résidu tenace et mémoriel de ces espaces post-industriels.


Annonce

Argumentaire

Au moment où il est question de ré-industrialisation comme une possible sortie de crise, nos anciens paysages industriels laissés pour la plupart à l’abandon refont surface. État d’urgence, utopie ou blessure ouverte, bien qu’esthétiquement souvent semblables, ces zones aujourd’hui appelées post-industrielles content tout autant l’histoire de la fin du rêve capitaliste qu’un récit propre à chaque culture voire à chaque groupe ou corporation fondés autour de ces aires de production. Questionnant la sentence de Vladimir Nabokov, Le futur est tout sauf l’envers de l’obsolète1, ce colloque s’intéressera a ce qui est encore en jeu, la limaille en somme, résidu tenace et mémoriel de ces espaces post-industriels.


En effet, la seconde moitié du 20ème siècle marque le déclin des grandes firmes, symboles de la révolution industrielle, particulièrement en Europe et dans les mondes américains. Les usines fermées et les quartiers ouvriers en déshérences sont aujourd'hui réinvestis par plusieurs catégories d'acteurs : anciens travailleurs et habitants ayant peuplés ces espaces, artistes et touristes attirés par ces traces d'un monde qui à fait long feu mais aussi chercheurs en sciences humaines et enfin ceux qui escomptent redonner une forme de vie (lucrative) à ces territoires: institutions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine, agents de tourisme ou immobiliers...
Après une trentaine d'années d'étude de ces « paysages », il est tout d'abord temps de se poser la question d'une définition possible, d'un vocabulaire commun pour désigner ces lieux (friches, ruines, patrimoine industriel, etc.) et de les envisager théoriquement. Ces deux journées de colloque ont pour ambition de faire un état des lieux des différents regards portés sur ces zones industrielles au début du 21ème siècle, des questionnements sur les processus de différents ordres que ces espaces engendrent, des débats et polémiques théoriques, politiques ou affectifs qu'ils mobilisent. Pluridisciplinaire, le colloque cherche à confronter les approches de l'histoire de l'art et de l'anthropologie notamment, mais aussi celles des créateurs s'étant attachés à représenter sous des formes non académiques ces espaces devenus « inutiles ».

Ainsi, les différentes formes de récupération, de réappropriation et de représentation (récits oraux, écrits, photographiques ou audio-visuels) de ces paysages post-industriels seront le matériau de notre réflexion commune.

1 Publié à l’origine dans une fiction intitulée « Lance » dans le New Yorker, 2 février 1952, p.21.
2

Programme

1er décembre – Salle Vasari

9 h : Café-accueil 

  • 9 h 30 : Ouverture du colloque : Marion Duquerroy (Labex CAP, INHA) et Ariela Epstein (Labex CAP, IIAC)
  • 9h 45 : Conférence introductive : Martine Bouchier (LAVUE, ENSA Paris-Val de Seine) « Esthétique systémique et expérience »

10h 15: Pause

La beauté des ruines

10h 30 : Introduction et modération : Martine Bouchier (LAVUE, ENSAPVS)

  • 10h 45: Marion Duquerroy (Labex CAP, INHA) « Au Bonheur des Ruines : post-indutriel et esthétisme »
  • 11h 15 : LF Crew (collectif) : Anis, Snez et Snil (artistes) « Exploration et peinture des lieux oubliés »

11h 45 : table ronde

  • Noémie Goudal (photographe)
  • Cédric Loire (École Supérieure d’Art de Clermont Métropole)
  • Laurent Proux (artiste)
  • Marion Duquerroy (Labex CAP, INHA)

Repas

Paysages habités

14h : Introduction et modération : Dominique Belkis (Centre Max Weber-POCO, Univ. Jean Monnet)

  • 14h 15: François Duchêne (Labex IMU, EVS-RIVES, ENTPE) « Cités ouvrières d'après l'industrie : enjeux multiples de (re)définition et de patrimonialisation »
  • 14h 45 : Claire Chevrier (artiste photographe –Ecole Supérieure d’Architecture de Versailles) « Il fait jour »

15h 15 pause

  • 15h 30 :Ariela Epstein (Labex CAP, IIAC) et Julia Pinget (Photographe et réalisatrice) « Dedans/dehors, paysages en tension autours de l'ex-usine Anglo (Fray Bentos, Uruguay) »
  • 16h 15 : Jean-Louis Tornatore (Centre Georges Chevrier, Univ. de Bourgogne) « Du point de vue d'un haut fourneau ».

17h 15 Discussion

2 décembre- Auditorium

9h: accueil café

Exposer/restituer le post-industriel

  • 9h 30 : Introduction et Modération : Christine Ollier (Directrice artistique, Galerie les Filles du Calvaire)
  • 9h 45 : Pierre Gaudin (Ecole d'architecture de Versailles, Editeur Créaphis) « les nouveaux sens de l'usine »
  • 10h 15 : Pierre Barron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès (co-auteurs de documentaire sonore) « Le chiffon rouge brûle encore : Les enjeux mémoriels autour de l’histoire de Lorraine Cœur d’Acier »,

10h 45 : Pause

  • 11h : Arnaud Lambert (réalisateur) « Retour à Berlin », 43’, (2014) et débat

Discussion

Repas

14h : Introduction et modération : Anne Monjaret ( IIAC, LAHIC -CNRS - EHESS)

14h15 : Jérémy Gravayat (réalisateur), « Les hommes debout », 75’, (2010) et débat

16h00 : Table ronde :

  • Suspended spaces (collectif):
    • Françoise Parfait (UMR Acte/Aesthetica – univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
    • Éric Valette (CRAE, Univ. Picardie Jules Verne)
  • Claire le Restif (Directrice, Centre d’Art contemporain d’Ivry – le Crédac)
  • Estefanía Peñafiel Loaiza (artiste)

17h : Discussion et clôture du colloque

17h 30 : Cocktail

Lieux

  • Institut national d'histoire de l'art 2, rue de Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • lundi 01 décembre 2014
  • mardi 02 décembre 2014

Mots-clés

  • paysages, post-industriel, photographie, contemporain

Contacts

  • Marion Duquerroy
    courriel : marionduquerroy [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marion Duquerroy
    courriel : marionduquerroy [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les envers de l’obsolète : reformulations et réappropriations des paysages post-industriels », Colloque, Calenda, Publié le lundi 24 novembre 2014, http://calenda.org/309121