AccueilLe temps suspendu

Le temps suspendu

Suspended time

Art contemporain et temps hors de l’histoire

Contemporary art and time outside history

*  *  *

Publié le mercredi 03 décembre 2014 par João Fernandes

Résumé

L’unité de recherche ACTH – Art contemporain et temps de l’histoire (Ensba Lyon / CEHTA-EHESS Paris) s’interroge depuis 2009 sur le rapport entre art contemporain et régimes de temporalité historique – là où l’art élabore, par ses moyens propres, la remise en question d’une conception progressive et linéaire du temps historique. Comment les œuvres peuvent-elles faire signe aux formes de l’expérience historique contemporaine, notamment à celles qui défient la figurabilité de l’événement historique, sa possibilité d’élaboration ou de mémoire ? Comment parviennent- elles à saisir la temporalité paradoxal de certains événements historiques, rencontrant là les travaux de ceux qui, tel Foucault, ont conçu l’événement non pas comme fait historique, mais comme « point d’intersection » entre plusieurs « vitesses, durées et lignes d’histoire » ?

Annonce

Argumentaire

L’unité de recherche ACTH – Art contemporain et temps de l’histoire (Ensba Lyon / CEHTA-EHESS Paris) s’interroge depuis 2009 sur le rapport entre art contemporain et régimes de temporalité historique – là où l’art élabore, par ses moyens propres, la remise en question d’une conception progressive et linéaire du temps historique.
Comment les œuvres peuvent-elles faire signe aux formes de l’expérience historique contemporaine, notamment à celles qui défient la figurabilité de l’événement historique, sa possibilité d’élaboration ou de mémoire? Comment parviennent- elles à saisir la temporalité paradoxal de certains événements historiques, rencontrant là les travaux de ceux qui, tel Foucault, ont conçu l’événement non pas comme fait historique, mais comme «point d’intersection» entre plusieurs «vitesses, durées et lignes d’histoire»?
L’art contemporain peut être le laboratoire d’exploration de ces intersections et, par l’inventivité de la forme, réussir à dépasser la réduction médiatique de l’événement à une icône. Il a maintes fois su saisir la condition historique de la modernité tardive en ce qu’elle a de paradoxal dans l’expérience d’un temps suspendu, dépourvu de toute idée de progression ou de causalité.
Le colloque s’intéressera aux formes plastiques qu’a prise cette suspension temporelle, que celles- ci aient consisté à restituer, par le travail de l’art, le hors-temps des noyaux traumatiques de l’histoire, ou qu’elles aient matérialisé la temporalité itérative et biologique
d’une histoire naturelle échappant à l’échelle et à la temporalité humaines.
Il sera le lieu de présentation d’objets artistiques (films, vidéos et travaux plastiques) et de discussions développées à partir de l’expérience partagée des œuvres et des interventions théoriques les prenant pour objet.

Programme

Lundi 15 décembre

09h00 – Accueil des intervenants

09h30 – Ouverture de séance, Giovanni Careri (directeur du CEHTA-EHESS Paris), Philippe Dagen (directeur du Labex CAP) et Emmanuel Tibloux (directeur de l’Ensba Lyon)

Modération: Giovanni Careri

  • 10h00 – Ralph Ubl (Université de Bâle, eikones Bildkritik) Promiscuous Entropy

11h00 – Pause

11h15 – A Journey That Wasn’t de Pierre Huyghe → Projection Film Super 16 mm et HD transféré sur HD, couleur, 2005, 22 min
A Journey That Wasn’t fusionne deux événements dont Huyghe est l’initiateur: une expédition en Antarctique afin de découvrir une créature albinos qui, selon certaines rumeurs, existerait sur une île polaire inconnue ayant émergé lors du retrait des glaces, et une reconstitution de ce voyage selon un principe d’équivalence. Un orchestre symphonique «joue» la forme de cette île reproduisant ainsi ce voyage par un concert et un jeu de lumières qui a eu lieu sur la patinoire de Central Park en octobre 2005.

  • 11h45 – Bernhard Rüdiger (artiste, directeur de recherche ACTH, Ensba Lyon) Trans-codage et forme : l’art du concret

12h45 – Pause déjeuner

Modération : Angela Mengoni

14h00 – Schnittstelle de Harun Farocki → Projection Vidéo Beta SP, couleur, 1995, 23 min
Farocki a produit pour l’exposition «Le monde après la photo» au Musée d’art moderne de Lille en 1995 une installation pour deux écrans. Dans Schnittstelle, Farocki s’interroge sur sa propre production documentaire et pose le problème de ce que cela veut dire de travailler avec des images déjà existantes au lieu d’en produire toujours de nouvelles. Le titre joue sur le mot « Schnitt » ou «coupe», qui se réfère autant au lieu de travail du cinéaste, la table de montage, qu’au lieu où l’homme se sert de son ordinateur via un clavier et une souris, la section-homme-machine.

  • 14h30 – Marie Voignier (artiste, enseignante et coordinatrice du pôle images-mouvement à l’Ensba Lyon) Harun Farocki, mots images. Une discussion à partir de Schnittstelle (Section)
  • 15h30 – Philippe-Alain Michaud (conservateur aux collections cinémas, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou) Qu’est-ce qu’un bateau?

16h30 – Pause

17h00 – La Région Centrale de Michael Snow → Projection en présence de l’auteur. Film 16 mm, couleur, 1971, 180 min. Distribution Cinédoc Paris Films Coop.
La Région Centrale est un film tourné exclusivement par une caméra installée sur un dispositif mécanique qui la dirige dans tous les sens, lui permettant de tourner sur 360° dans tous les axes, face à un paysage naturel du Quebec. Le pied gyroscopique qui bouge la caméra, réalisé par Pierre Abeloos, était conçu pour être activé par la bande son du film. Pour des questions techniques, il a été activé à distance par Michael Snow, en suivant une partition générale, sans que le cinéaste eût la possibilité de voir ce qu’il était en train de filmer. Le film se présente donc comme une série de longs plans-séquences qui ne sont interrompus que par le signal visuel de la fin de chaque bobine de 16 mm.

Présentation: Luca Acquarelli (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lille 3, Unité de recherche ACTH)

Mardi 16 décembre

09h00 – Accueil des intervenants

Modération : Antonio Somaini (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

09h30 – Discussion en présence de Michael Snow (artiste)

Discutant : Thomas Léon (artiste, Unité de recherche ACTH)

10h30 – Pause

10h45 – La Mesure Minérale de Fabien Giraud et Raphaël Siboni → Projection Vidéo HD, couleur, 2012, 52 min
Si le cinéma s’est inventé comme enregistre- ment des mouvements du monde, réglant la cadence de ses images sur la fréquence du vivant, comment alors filmer le minéral et la singularité de son temps propre ? Tourné à l’aide d’une caméra de super ralenti dans la Galerie de Minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle, ce film nous montre un musée devenu pierre, et la possibilité de notre propre absence.

11h45 – Discussion en présence de Fabien Giraud et Raphaël Siboni (artistes)

Discutant : Bénédicte Duvernay (doctorante en histoire de l’art au CEHTA, Unité de recherche ACTH)

12h45 – Pause déjeuner

Modération: Bernhard Rüdiger

  • 14h00 – Angela Mengoni (Université IUAV, Venise, Unité de recherche ACTH) «Aucun sens, aucune clémence, aucune compassion». Histoire naturelle et persistance du sens chez Gerhard Richter
  • 15h00 – Markus Klammer (Université de Bâle) Traumatic Avant-Garde. Palindromic Time in Guy Debord’s In girum imus nocte et consumimur igni

16h00 – Pause

  • 16h15 – Heiner Goebbels (Compositeur et metteur en scène) «It’s beautiful here, my eyes can wander, I’m alone with my thoughts» (Adalbert Stifter, Indian summer)

Discutant: Jennifer Lauro Mariani (doctorante au CEHTA-EHESS et à l’Institut d’Études Théâtrales – Paris 3, Unité de recherche ACTH)

18h00 – Clôture du colloque

Date et lieu

INHA, Institut national d’histoire de l’art, Auditorium, 15 et 16 décembre 2014
2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits-Champs 75002 – Paris
Métro: Bourse ou Palais Royal-Musée du Louvre
Entrée libre

ACTH
Art contemporain et temps de l’histoire est un projet de recherche animé par des artistes diplômés de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, des doctorants du Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA/CRAL) de l’EHESS de Paris et des artistes et des chercheurs associés, sous la direction de l’artiste Bernhard Rüdiger (Ensba Lyon) et de l’historien de l’art Giovanni Careri (CEHTA-EHESS Paris).
Le groupe s’est constitué en 2004 autour de problématiques sur la construction du réel dans l’art contemporain. Depuis 2009, son noyau de recherche porte sur le rapport entre art contemporain et mise en forme de régimes d’historicité. Ce thème a été approfondi par des workshops, conférences et colloques organisés avec plusieurs partenaires parmi lesquels: «L’histoire mise en forme par le travail de l’art» (Ensba Lyon 2009) et «La question du trauma dans l’interprétation du passé» (avec l’atelier «Les usages publiques du passé» – EHESS Paris 2012).
L’ensemble des projets et publications de l’unité de recherche ACTH est consultable sur: http://www.ensba-lyon.fr/recherche/acth/

Vous pouvez télécharger le programme en ligne: http://www.ensba-lyon.fr/horsmurs/1415/LeTempsSuspendu/

Lieux

  • INHA, Institut national d’histoire de l’art, Auditorium - 6, rue des Petits-Champs
    Paris, France (75002)

Dates

  • lundi 15 décembre 2014
  • mardi 16 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • art, contemporain, temps, histoire

Contacts

  • Elise Chaney
    courriel : communication [at] ensba-lyon [dot] fr

Source de l'information

  • Elise Chaney
    courriel : communication [at] ensba-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le temps suspendu », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 03 décembre 2014, http://calenda.org/309893