AccueilActivité physique, santé et éducation physique et sportive

Activité physique, santé et éducation physique et sportive

Physical activity, health and sports and physical education.

Numéro 3 - Éducation, santé, sociétés

Éducation, santé, sociétés, issue 3

*  *  *

Publié le mardi 23 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Toutes les données de la littérature sur la question de la santé montrent qu’elle est liée à celle de l’activité physique. La tendance à la sédentarité dans notre société de consommation apparaît de plus en plus tôt dans la vie, rendant nécessaire la promotion de l’activité physique dès le plus jeune âge. Dans nos sociétés industrialisées, qu’il s’agisse de l’enfant ou de l’adulte, un niveau d’activité physique insuffisant est un facteur de risque important pour les troubles de nature métabolique, ostéo articulaire et cardiovasculaire qui induit des coûts économiques conséquents. Le niveau d’activité physique habituel d’un adulte est pour partie déterminé par son niveau d’activité physique pendant l’enfance. Ainsi, l’école est amenée à jouer un rôle majeur dans le développement des comportements liés à l’activité physique habituelle. En effet, les enfants y passent un temps substantiel et les séances d’éducation physique et sportive (EPS), les récréations, voire les activités proposées dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires et périscolaires peuvent représenter les moments les plus favorables pour la promotion de l’activité physique.

Annonce

Argumentaire

Toutes les données de la littérature sur la question de la santé montrent qu’elle est liée à celle de l’activité physique. La tendance à la sédentarité dans notre société de consommation apparaît de plus en plus tôt dans la vie, rendant nécessaire la promotion de l’activité physique dès le plus jeune âge. Dans nos sociétés industrialisées, qu’il s’agisse de l’enfant ou de l’adulte, un niveau d’activité physique insuffisant est un facteur de risque important pour les troubles de nature métabolique, ostéo articulaire et cardiovasculaire qui induit des coûts économiques conséquents. Le niveau d’activité physique habituel d’un adulte est pour partie déterminé par son niveau d’activité physique pendant l’enfance. Ainsi, l’école est amenée à jouer un rôle majeur dans le développement des comportements liés à l’activité physique habituelle. En effet, les enfants y passent un temps substantiel et les séances d’éducation physique et sportive (EPS), les récréations, voire les activités proposées dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires et périscolaires peuvent représenter les moments les plus favorables pour la promotion de l’activité physique. Ce sont notamment pour ces raisons que la santé a toujours représenté, et plus encore aujourd’hui qu’hier, une légitimité à l’existence de l’EPS comme discipline scolaire. Cependant, cette permanence de la santé en EPS a subi une variation large de ses définitions car elle reste tributaire des contextes historiques, culturels et sociaux.

En France, dans les programmes officiels de 2008 et 2010 concernant la discipline EPS, on relève parmi les objectifs principaux celui de l’éducation à la santé et à la gestion de la vie physique et sociale. Si la prise en compte de la santé doit s’envisager dans ses dimensions physique, psychique et sociale, l’éducation à la santé en EPS se centre plus particulièrement sur la dimension physique dans les pratiques d’enseignement, même si elle contribue aussi à « aider chaque jeune à s’approprier les moyens d’opérer des choix, d’adopter des comportements responsables, pour lui-même comme vis-à-vis d’autrui et de l’environnement ». Qu’en est-il dans d’autres pays, dans d’autres cultures ?

Cet appel à contributions s’adresse, à l’international, aux chercheurs et formateurs qui sont en mesure d’éclairer et nourrir, grâce à leurs travaux scientifiques, le regard des multiples acteurs qui s’interrogent sur les liens entre l’activité physique et l’éducation à la santé, en mobilisant à la fois des dimensions épistémologique, conceptuelle, éthique, méthodologique et praxéologique.

Les contributions sont attendues autour des axes suivants :

1. L’EPS et l’éducation à la santé à l’école : des clarifications conceptuelles aux dimensions pragmatiques

  • L’EPS contribue t-elle à la santé et/ou à l’éducation à la santé ? De quelle manière ?
  • En quoi, en ce qui concerne la santé, les objectifs poursuivis par l’EPS dépassent-ils le cadre de l’activité sportive, support de l’enseignement ?
  • Quelles mises en oeuvre concrètes et quels effets en termes d’entretien et de développement des ressources énergétiques, psychologiques ou sociales peut-on envisager dans le cadre des horaires impartis à l’EPS ?

2. Apprendre à gérer sa vie physique future en EPS : un enjeu pour la santé tout au long de la vie ?

  • Comment les apprentissages (moteurs) peuvent-ils être source d’un réinvestissement ultérieur dans le cadre de la gestion de la vie physique et sociale à tous les âges de la vie ?
  • En quoi l’activité physique peut-elle contribuer à l’éducation thérapeutique de l’élève ?

3. Pratiques physiques et/ou sportives, enjeux et objets de formation

  • Quels sont les enjeux et les objets relatifs à la santé et à l’éducation à la santé qui peuvent être poursuivis et développés dans le cadre des séances d’EPS ?
  • Dans quelle mesure la formation peut-elle également avoir un effet sur les pratiques en lien avec l’éducation à la santé ?
  • Quels peuvent être les contenus mobilisés, les formes de pratique, les adaptations didactiques, les limites, voire les risques encourus pour une éducation à la santé dans le cadre périscolaire ?

4. Une adaptation de l’EPS pour une EPS inclusive est-elle nécessaire ?

  • Au regard de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances et dans le cadre de l'EPS, quels sont les aménagements spécifiques et nécessaires pour adapter l'enseignement de l'EPS aux élèves souffrants de maladies invalidantes (asthme, diabète, obésité, troubles moteurs, etc.) ?

Autant de questionnements qui feront l’objet d’un numéro spécial de la revue semestrielle d'UNIRéS "Éducation, Santé, Sociétés" (à paraître en octobre 2015) et qui permettra, grâce à des articles courts ou longs d’illustrer concrètement, au-delà de l’évidente relation entre activité physique et santé, le rôle que peut jouer l’EPS dans la construction d’une éducation à la santé.

Modalités de soumission

Les articles sont à envoyer à revue.ess@unires-edusante.fr

avant le 15 mars 2015.

Les articles doivent respecter les consignes de mise en page de la revue.

Directeur de la publication 

  • Dominique BERGER, Professeur des Universités, Université Claude Bernard-Lyon 1, ESPE

Rédactrice en chef 

  • Maryvette BALCOU-DEBUSSCHE, Maître de conférences, Université de La Réunion, ESPE 

Comité de rédaction

  • David AUTHIER, Université d’Orléans, ESPE
  • Émilie DARLINGTON, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE
  • Anne-Marie DOMERGUE-DAVID, Université de Caen Basse-Normandie, ESPE(formatrice honoraire)
  • Jérôme FOUCAUD, Laboratoire ACTé EA 4281
  • Denis LOIZON, Université de Dijon, ESPE
  • Marie-Pierre MACKIEWICZ, Université Paris-Est Créteil
  • Frank PIZON, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE
  • Maryvonne STALLAERTS-SIMONOT, Université de Bretagne Occidentale, ESPE (formatrice honoraire)

Comité scientifique

  • ACIOLY-REGNIER Nadja, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • BAILLARGEON Denyse,  Université de Montréal (Québec).
  • BRETON Éric, École des Hautes Études en Santé Publique, Rennes.
  • CARLIER Ghislain, Université Catholique de Louvain (Belgique).
  • CLANET Joël, Université de La Réunion, ESPE.
  • COQUIDE Maryline ,  École Normale Supérieure Cachan, Ifé.
  • DECARPENTRIES Jacqueline, Université Lille 3.
  • DE CARVAHLO Graça, Institute of Education, University of Minho (Portugal).
  • DEDIEU Laurence, Université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE.
  • EL HAGE Fadi, Université St-Joseph, Beyrouth (Liban).
  • EYMARD Chantal, Université de Provence.
  • FAVRE Daniel, Université Montpellier 2, ESPE.
  • GANEM Valérie, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.
  • GERBAUD Laurent, Université d’Auvergne – Clermont 1.
  • GUIET-SILVAIN Jeanne, Université Paris 5.
  • HAMARD Laurence, Université d’Evry-Val d’Essonne.
  • HAXAIRE Claudie, Université de Bretagne Occidentale, Brest.
  • HEAS Stéphane, Université Rennes 2.
  • KHZAMI Salah Eddine, École Normale Supérieure, Université de Marrakech (Maroc).
  • JOURDAN Didier , Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE .
  • LANGE Jean-Marc, Université de Rouen, ESPE.
  • MACKIEWICZ Marie-Pierre, Université Paris-Est Créteil.
  • MOUGNIOTTE Alain, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • NOURRISSON Didier, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE .
  • OTIS Joanne, UQAM (Université du Québec à Montréal).
  • PELEGE, Patrick, CREAI Rhône-Alpes.
  • PIZON Frank, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE .
  • ROPÉ Françoise, Professeure honoraire .
  • SENSEVY Gérard, Université de Bretagne Occidentale, ESPE.
  • SIDERIS Georges, Université Paris-Sorbonne, ESPE.
  • SIMAR Carine, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • SIMONNEAUX Laurence, École Nationale de Formation Agronomique, Toulouse-Auzeville.
  • TESSIER Damien, Université Joseph Fourier – Grenoble, ESPE .
  • TIBERE Laurence, Université Toulouse 2 – Le Mirail.
  • TUPIN Frédéric, Université de La Réunion, ESPE.
  • TURCOTTE Sylvain, Université du Québec, Montréal.
  • WALKER Philippe, Centre hospitalier de Bourges.
  • WINKIN Yves, École Normale Supérieure Lyon.

Dates

  • dimanche 15 mars 2015

Mots-clés

  • Éducation, santé, sport

Contacts

  • Mellila Bakha
    courriel : mellila [dot] bakha [at] univ-lyon1 [dot] fr

Source de l'information

  • revue UNIRéS
    courriel : revue [dot] ess [at] unires-edusante [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Activité physique, santé et éducation physique et sportive », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 décembre 2014, http://calenda.org/312102