AccueilLe rôle des villes petites et moyennes dans les dynamiques de proximité des acteurs de l’innovation et du développement local

Le rôle des villes petites et moyennes dans les dynamiques de proximité des acteurs de l’innovation et du développement local

The role of small and medium-sized cities in the dynamics of proximity of the actors in innovation and local development

*  *  *

Publié le mardi 16 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Les villes petites et moyennes sont souvent analysées à travers les relations qu’elles entretiennent avec « leurs espaces de proximité » que ce soit dans l’approche classique de la centralité, ou dans celle, renouvelée, de l’attractivité territoriale et de l’insertion dans les réseaux, comme le propose le récent travail pour l’ORATE (projet TOWN). Par ailleurs, il s’agit d’un type de territoires classiquement identifié comme symbole de proximité (villes « à taille humaine », villes « où il fait bon vivre », etc.). Il importe d’aller au-delà des effets de communication pour analyser la réalité des dynamiques de proximité dans ces territoires.

Annonce

Argumentaire

Les villes petites et moyennes sont souvent analysées à travers les relations qu’elles entretiennent avec « leurs espaces de proximité » que ce soit dans l’approche classique de la centralité, ou dans celle, renouvelée, de l’attractivité territoriale et de l’insertion dans les réseaux, comme le propose le récent travail pour l’ORATE (projet TOWN). « Chacune de ces villes est au coeur d’un système spatial qui associe différentes composantes urbaines et rurales que l’on suppose répondre à des principes communs d’organisation » (DATAR, groupe de prospective sur les villes intermédiaires). Par ailleurs, il s’agit d’un type de territoires classiquement identifié comme symbole de proximité (villes « à taille humaine », villes « où il fait bon vivre », etc.). Il importe d’aller au-delà des effets de communication pour analyser la réalité des dynamiques de proximité dans ces territoires.

Pour reprendre des éléments de l’argumentaire général des Journées, tous les territoires ne subissent pas de la même manière ni avec la même intensité les effets de la mondialisation (combinés souvent à ceux de la métropolisation). Ils ne disposent pas tous du même niveau d’organisation territoriale, ni de la même capacité d’action locale ou de maîtrise de l’évolution de leurs territoires. Dans ce contexte, les villes petites et moyennes sont généralement perçues comme disqualifiés par les grandes dynamiques actuelles. Les exemples de résistance, voire de réussite, côtoient les cas de déclin, voire de décroissance. Il convient donc de mettre en perspective les capacités d’intégration de ces villes dans les dynamiques actuelles de développement, celles de renouvellement de leurs bases de développement et de préservation de leur identité.

Par ailleurs, dans un contexte de demande politique et sociale pour une meilleure qualité de vie, liée aux impacts grandissants des critères de développement durable, les villes petites et moyennes prennent part à la compétition résidentielle entre territoires, en promouvant des avantages tels que la bonne image, un environnement « naturel », des prix fonciers et immobiliers attractifs, les solidarités sociales, l’interconnaissance entre habitants, etc. Dans le même temps, les exemples de repli identitaire ne manquent pas (importance des votes extrémistes, remise en cause des solidarités et sociabilités héritées, etc.) et témoignent, à tout le moins, des enjeux des recompositions socioculturelles en cours dans ces territoires.

C’est dans cet esprit que nous proposons une session spéciale dédiée spécifiquement aux villes petites et moyennes dans une approche par les proximités, thème qui reste assez ouvert pour offrir une diversité d’entrées. Sans prétendre à l’exhaustivité, les thématiques suivantes sont plus particulièrement soumises à l’attention des chercheurs :

  • Quelles sont les capacités d’initiative, voire d’innovation des acteurs locaux des villes petites et moyennes, dans le contexte actuel (effets de la mondialisation, de la métropolisation) en matière de valorisation des proximités (tant relationnelles que géographiques) ? Comment articuler les différentes échelles (locales, nationales et internationales) dans les démarches et dispositifs organisationnels et d’action ?
  • Quelles places pour les villes petites et moyennes, souvent héritières de spécialités économiques ayant façonné leurs trajectoires de développement, dans les dynamiques économiques actuelles (on songe notamment aux dynamiques industrielles et commerciales) ? Peuvent-elles conserver/ sauvegarder/ améliorer leur place dans les réseaux d’échanges nationaux et internationaux tout en valorisant les proximités ?
  • Face à des campagnes en évolution, parfois dépeuplées, parfois plus dynamiques, faut-il toujours considérer les villes petites et moyennes comme des « centres », comme des relais ou comme des pôles ? Que reste-t-il des dynamiques relationnelles héritées à l’heure de l’augmentation des mobilités et des communications (automobile, Internet), dans des contextes démographiques parfois fragiles, au moment où on ferme le tribunal, l'hôpital local, en attendant la gendarmerie et le collège ?
  • Les villes petites et moyennes sont-elles vraiment des villes où il fait bon vivre et la proximité souvent vantée est-elle une réalité pour les habitants (qu’ils soient anciens ou nouveaux) et les politiques de développement local mises en œuvre ?

Modalités de soumission

Nous invitons tous les collègues désireux de soumettre une proposition entrant dans ces thématiques à nous le faire savoir dès que possible, la date limite pour soumettre une proposition de communication dans le cadre de cette session spéciale a été fixée

au mercredi 31 décembre 2014

(contre le mardi 15 décembre 2014 pour les soumissions normales). Les propositions sont à adresser par courriel aux organisateurs de la session spéciale, et à saisir parallèlement sur le site des Journées, rubrique « Dépôt ».

Toutes les informations concernant l’organisation du colloque, ainsi que le calendrier de préparation du colloque et le dépôt des propositions de contribution sont disponibles sur le site web des Journées.

Session organisée par

  • le CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand,
  • le groupe de recherche AttracVil
  • le groupe de recherche TOWN

Contacts

  • Jean-Charles EDOUARD : J-Charles.EDOUARD@univ-bpclermont.fr
  • Guillaume VERGNAUD : Guillaume.VERGNAUD@univ-bpclermont.fr
  • Rob ATKINSON : Rob.Atkinson@uwe.ac.uk
  • Christophe DEMAZIERE : christophe.demaziere@univ-tours.fr 

Comité scientifique

  • Rob Atkinson, Pr Urban research, University of West of England, Bristol
  • Christophe Demazière, Pr Aménagement, CITERES, Tours
  • Jean-Charles EDOUARD, Pr Géographie, CERAMAC, Clermont-Ferrand
  • Abdelillah Hamdouch, Pr Sciences économiques, CITERES, Tours
  • Hélène MAINET, MCF Géographie, CERAMAC, Clermont-Ferrand
  • Guillaume VERGNAUD, MCF Géographie, CERAMAC, Clermont-Ferrand

Lieux

  • Tours, France (37)

Dates

  • mercredi 31 décembre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • ville, proximité, innovation

Contacts

  • Hélène MAainet
    courriel : Helene [dot] MAINET [at] univ-bpclermont [dot] fr
  • Jean-Charles Edouard
    courriel : J-Charles [dot] EDOUARD [at] univ-bpclermont [dot] fr
  • Guillaume Vergnaud
    courriel : Guillaume [dot] VERGNAUD [at] univ-bpclermont [dot] fr

Source de l'information

  • Hélène Mainet
    courriel : Helene [dot] MAINET [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le rôle des villes petites et moyennes dans les dynamiques de proximité des acteurs de l’innovation et du développement local », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 16 décembre 2014, http://calenda.org/312155