AccueilOù vont les pédagogues ?

Où vont les pédagogues ?

Where do pedagogues go?

Regards et perspectives à partir des travaux de Philippe Meirieu

Perspectives on the work of Philippe Meirieu

*  *  *

Publié le mercredi 07 janvier 2015 par João Fernandes

Résumé

Cette demi-journée d’étude, organisée par l’université Lumière-Lyon 2, l’Institut des sciences et pratiques d’education et de formation et le laboratoire education cultures politiques a pour ambition, à travers la trajectoire intellectuelle et les engagements de Philippe Meirieu, de questionner la place ainsi que l’avenir de la pédagogie dans les sciences de l’éducation, la réflexion éducative et, plus largement, au sein de nos sociétés contemporaines.

Annonce

Argumentaire

Demi-journée d'étude en hommage aux travaux de Philippe Meirieu organisée à l'occasion de son départ en retraite universitaire

L’oeuvre de Philippe Meirieu illustre avec éclat au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, le statut, le service rendu, mais tout autant les aléas, voire les impasses, d’une pensée quand, délibérément, on la veut  “pédagogique”: rendre compte en raison des actions éducatives en cours comme énoncer les buts, les moyens et la validité éthique de ces mêmes actions à entreprendre.
Ce votum s’inscrit chez Meirieu dans l’affrontement accepté, voire recherché, avec la contradiction vive de toute pensée de l’humain, contradiction dont on peut signaler ici, entre autres, trois composantes :

1) Se tenir à la jointure de la “cité savante” et de la “cité mondaine” (pour reprendre une distinction de Pierre Bourdieu), en encourant les risques de n’être entendu des populations ni de l’une ni de l’autre. La “pédagogie” trouve dans cette posture “entre-deux”, l’un des “lieux” de ses débats endémiques. Spécifiquement, l’oeuvre de Meirieu y encourt des polémiques, parfois croisées, dont la violence est révélatrice de la valeur de la place ainsi occupée et de la manière singulière dont Meirieu l’occupe.

2) Garder de la “cité savante” la rigueur de la quête du concept et de sa rationalité qui appelle l’isolat protectionniste de la science. Néanmoins, accepter “raisonnablement” la promiscuité de la “cité mondaine” qui altère immanquablement toute pensée par le registre de l’opinion et sa pratique de l’enthymème (ce qui va de soi, ce qui tient à coeur) ;

3) (Pour reprendre une distinction utile de Raymond Buyse) légitimer l’”expérience expériencée” sans dévaluer l’”expérience expérimentale”, et vice versa.  Les  choses de l’éducation, en effet, sont toujours des événements (qui “arrivent” immanquablement à quelqu’un, à plusieurs, à beaucoup). Elles appellent une rhétorique du témoignage ou de l’écriture “littéraire”, l’élaboration d’ une grammaire de l’assentiment et le risque assumé de l’attitude prescriptive. Néanmoins, ces choses sont tout autant susceptibles, à titre de faits (qui n’”arrivent” à personne) d’une dialectique cherchant l’administration  de la preuve et pratiquant la sagesse prudentielle du retrait sur le registre du constatatif.

Meirieu a beaucoup argumenté sur les rapports du “dire” et du “faire” où gît, en effet, la vérité cruciale de toute pensée que l’on veut “pédagogique”. Il y a ce que l’on dit et ce que l’on fait, ce que l’on dit que l’on fait, ce qu’on fait de ce que l’on dit. Il y a ce que l’on dit que l’on va faire et ce que l’on va faire de ce que l’on a dit. Ainsi vit et meurt le pédagogue.

Programme

13h30 Discours institutionnels

  • Jean-Luc Mayaud (Président de l’Université Lumière Lyon 2)
  • André Robert (Directeur de l’école doctorale EPIC, Président du CNU 70ème section, Université Lumière Lyon 2)
  • Denis Poizat (Directeur de l’ISPEF, Université Lumière Lyon 2)

13h45 Intermède musical

13h50 Témoignage, Guy Avanzini (Université Lumière Lyon 2)

14h00 Introduction, Daniel Hameline (Université de Genève) : L’enclos, le seuil et l’esplanade

14h30 Intermède musical

14h35 Première partie

  • Françoise Carraud (Université Lumière Lyon 2) : Philippe Meirieu, une nouvelle page aux cahiers pédagogiques
  • Ostiane Mathon (Professeure des écoles, militante pédagogique) : Le plaisir d’une rencontre
  • François Jarraud (Journaliste, responsable du « Café pédagogique ») : La pédagogie est-elle encore d’actualité ?
  • Eric Favey (Ligue de l’Enseignement) : Philippe Meirieu, une pensée politique et pédagogique au-delà de l’école
  • Luc Cédelle (Journaliste au « Monde ») : Le pédagogue et la meute

15h25 Lecture Emmanuel Meirieu (metteur en scène, écrivain, comédien)

15h30 Deuxième partie

  • Mireille Cifali (Université de Genève) : Sur le seuil, l’invention d’un lieu
  • Charles Hadji (Université Pierre-Mendès France, Grenoble) : Philippe Meirieu et l’intelligence du pédagogique
  • Bernard Rey (Université Libre de Bruxelles) : Philippe Meirieu, une éthique de l’enseignement

16h15 Intermèdes musicaux et lecture Emmanuel Meirieu (Metteur en scène, écrivain et comédien)

16h30 Troisième partie 

  • Conclusion Jean Houssaye (Université de Rouen) : Le pédagogue des pédagogues ou le héraut des héros 
  • Antoine Prost (Université Lyon 1)

17h10 Intermède musical

17h15 Réactions et perspectives Philippe Meirieu

Lieux

  • Université Lumière - Lyon 2 - 4 bis rue de l'université
    Lyon, France (69007)

Dates

  • samedi 10 janvier 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • pédagogues, éducation, pédagogie

Contacts

  • Jean Rakovitch
    courriel : j [dot] rakovitch [at] univ-lyon2 [dot] fr

Source de l'information

  • Jean Rakovitch
    courriel : j [dot] rakovitch [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Où vont les pédagogues ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 07 janvier 2015, http://calenda.org/312878