AccueilMikis Theodorakis : poésie, musique et politique

Mikis Theodorakis : poésie, musique et politique

Mikis Theodorakis: Music, Poetry, and Politics

*  *  *

Publié le lundi 16 février 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Mikis Theodorakis est sans aucun doute le compositeur grec le plus populaire de son époque. Homme engagé, penseur et poète, il fut aussi ministre et député au Parlement grec, mais surtout activiste pour la paix et pour la démocratie. Son œuvre, son action et sa pensée marquent de façon significative plusieurs combats sociaux et politiques de toute la seconde partie du XXe siècle, ainsi que, sur le plan artistique, la nécessité de fonder une musique contemporaine grecque, à la fois savante et populaire. Malgré sa diversité et sa richesse, force est de constater qu’à ce jour l’œuvre de Mikis Theodorakis a fait très peu l’objet d’études. Ainsi, l’ambition de ce colloque est d’aborder spécifiquement l’œuvre de Mikis Theodorakis en croisant les regards disciplinaires et de stimuler la réflexion critique, longtemps figée face à ce personnage singulièrement complexe, dense et riche. De même, se plonger à nouveau dans l’œuvre theodorakienne à cette période de crise, et interroger sa valeur diachronique, est sans aucun doute la meilleure façon de rendre hommage au compositeur pour son 90e anniversaire.

Annonce

Colloque international organisé par l’Université Paris-Sorbonne et l’Institut de Recherche en Musicologie (CNRS UMR 8223), en partenariat avec MUSIDANSE (EA 1572 – université Paris 8) et le CRAL-EHESS (CNRS UMR 8566), avec le soutien du Centre culturel Hellénique, de la Fondation Hellénique et de l’Institut de Politique Éducative de Grèce les 18-20 juin 2015 à l'Université Paris-Sorbonne.

Argument

Né en 1925, Mikis Theodorakis est sans aucun doute le compositeur grec le plus populaire de son époque et jusqu’à aujourd’hui. Homme engagé de gauche, penseur et poète, il fut aussi ministre et député au Parlement grec, mais surtout activiste pour la paix et pour la démocratie. Son œuvre, son action et sa pensée marquent de façon significative plusieurs combats sociaux et politiques de toute la seconde partie du xxe siècle, ainsi que, sur le plan artistique, la nécessité de fonder une musique contemporaine grecque, à la fois savante et populaire.

Son action, qui commence pendant la Seconde Guerre Mondiale, est ensuite ancrée dans la vie politique interne de la Grèce à travers la Guerre Civile, l’organisation des « Jeunesses Lamprakis », la dictature des Colonels jusqu’au « Mouvement des Citoyens Indépendants Spitha » (« Etincelle ») qu’il a fondé plus récemment. La musique et la politique – les deux engagements complémentaires qui déterminent sa vie et qui reflètent sa personnalité dynamique – sont à l’origine de son aura qui dépasse rapidement les frontières grecques, et le propulsent en tant que la « Voix de la Grèce » dans les monde.

Engagé depuis son plus jeune âge en faveur des grands idéaux humanistes – la Liberté, la Paix, la Démocratie –, il exprime ses idées et incite à la mobilisation et à la révolte aussi bien par ses écrits que par ses compositions musicales. Son engagement s’exprime également dans ses choix artistiques : ainsi Theodorakis défend dans son œuvre l’accès du peuple à des genres poétiques et musicaux perçus comme étant réservés à l’élite sociale. Inversement, il défend aussi l’introduction d’instruments (comme le bouzouki) et de styles populaires (comme le rebetiko) aux genres musicaux savants. Compositeur prolifique, il signe plus d’un millier de mélodies, dont plusieurs devenues extrêmement populaires, et qui fondent le genre très particulier et très fécond du entechno (la « chanson savante-populaire » grecque). Il est également l’auteur d’œuvres symphoniques et de chambre, de plusieurs hymnes et oratorios, de plus de dix ballets, de cinq opéras, et il a composé la musique de plus de cinquante œuvres théâtrales ou cinématographiques.

Emprisonné, torturé, exilé, Mikis Theodorakis a payé dans sa chair nombre de ses engagements, et c’est en France, qui l’accueille en 1970, où il organise son action de résistance, politique et musicale, contre la dictature des Colonels. Auparavant, un premier séjour à Paris dans les années 1950 l’avait notamment conduit au Conservatoire de Paris, dans les classes d’Olivier Messiaen et d’Eugène Bigot. Ainsi Theodorakis entretient-il une relation tout à fait singulière avec la France, tant dans sa vie artistique que militante.

Pour tous ses engagements, militants comme artistiques, Theodorakis, a été et est toujours adulé, admiré, célébré, mais aussi parfois critiqué (de surcroît, au cours des décennies, tantôt par une certaine droite que par une certaine gauche, par une partie du « peuple » ou certaines « élites », etc.).

Malgré sa diversité et sa richesse, force est de constater qu’à ce jour l’œuvre de Mikis Theodorakis a fait très peu l’objet d’études. Ainsi, l’ambition de ce colloque est d’aborder spécifiquement l’œuvre de Mikis Theodorakis en croisant les regards disciplinaires et de stimuler la réflexion critique, longtemps figée face à ce personnage singulièrement complexe, dense et riche.

De même, se plonger à nouveau dans l’œuvre theodorakienne à cette période de crise, et interroger sa valeur diachronique, est sans aucun doute la meilleure façon de rendre hommage au compositeur pour son 90e anniversaire.

Axes envisagés (propositions non limitatives) :

Poésie et musique dans l’œuvre de Mikis Theodorakis
Mikis Theodorakis et son engagement politique et social
La place de l’œuvre theodorakienne dans la littérature musicale contemporaine
Mikis Theodorakis et la France
Musique et dictature, musique et résistance, musique et torture à travers l’œuvre de Theodorakis

 

Conditions de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé d’environ 200 mots) accompagnées d’une courte notice biographique sont à envoyer par voie électronique à l’adresse : ColloqueTheodorakis2015@gmail.com

avant le 15 mars 2015

L’acceptation des propositions sera notifiée avant le 31 mars 2015

Langues du colloque : français et anglais.

Des communications dans d’autres langues peuvent être acceptées à condition qu’une traduction en français soit remise à la disposition du comité d’organisation avant le 12 juin 2015.

Comité d’honneur

  • Costa Gavras, réalisateur
  • Angelique Ionatos, chanteuse-compositrice
  • Asteris Koutoulas, écrivain, traducteur et réalisateur
  • Vasso Papantoniou, artiste lyrique, directrice de la Société pour la maison de l’opéra et de l’académie d’Art lyrique « Maria Callas », Athènes
  • Arja Saijonmaa, chanteuse et comédienne
  • Margarita Theodorakis, directrice des Editions Romanos et de l’Οrchestre populaire Mikis Theodorakis, fille du compositeur
  • Vassilis Vassilikos, écrivain
  • Nena Venetsanou, chanteuse-compositrice

Comité scientifique

  • Christophe Corbier, CR CNRS – EHESS CRAL
  • Jean-Marie Jacono, MCF, université d’Aix Marseille
  • Paloma Otaola, Professeure, université de Lyon
  • Théodora Psychoyou, MCF, IReMus – Paris-Sorbonne
  • Makis Solomos, Professeur, MUSIDANSE – université Paris 8
  • Kalliopi Stiga, Docteure en musicologie, Institut de Politique Éducative de Grèce

Comité d’organisation

  • Théodora Psychoyou · IReMus, Paris-Sorbonne
  • Mado Spyropoulou · Sorbonne Nouvelle - Paris 3
  • Kalliopi Stiga · Institut de Politique Éducative de Grèce

Lieux

  • Sorbonne, amphithéâtre Quinet - 1 rue Victor Cousin
    Paris, France (75005)

Dates

  • dimanche 15 mars 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Theodorakis, musique, poésie, politique, dictature, exil, résistance, chanson, cinéma, engagement, Elytis, Ritsos, Grèce

Contacts

  • Psychoyou Théodora
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • Théodora Psychoyou
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mikis Theodorakis : poésie, musique et politique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 février 2015, http://calenda.org/317659