AccueilLa morale des restes

La morale des restes

Jeux de pouvoirs dans nos poubelles

*  *  *

Publié le mercredi 11 février 2015 par Elsa Zotian

Résumé

À l’heure, notamment, de l’émergence de pratiques de « consommation collaborative » ou à celle de la réinvention d’une « économie circulaire », le fait même de jeter, de se séparer d’un bien, se laisse parfois assimiler à une faute, là où à l’inverse, certaines pratiques de conservation et de réparation des objets déchus ou abimés, parce qu’elles emblématisent un futur « soutenable » et souhaitable, sont encouragées, applaudies et considérées comme vertueuses. Les relations que nous entretenons avec nos restes constituent-elles désormais des vecteurs de distinctions culturelles et sociales ?

Annonce

Organisée dans le cadre de l’atelier « Deuxième vie des objets » à l’occasion de la venue en France de la professeure australienne Gay Hawkins, auteur de The Ethics of Waste, cette journée d’étude est consacrée à la compréhension des enjeux moraux liés aux diverses manipulations des restes et des déchets.

Argumentaire

À l’heure, notamment, de l’émergence de pratiques de « consommation collaborative » ou à celle de la réinvention d’une « économie circulaire », le fait même de jeter, de se séparer d’un bien, se laisse parfois assimiler à une faute, là où à l’inverse, certaines pratiques de conservation et de réparation des objets déchus ou abimés, parce qu’elles emblématisent un futur « soutenable » et souhaitable, sont encouragées, applaudies et considérées comme vertueuses.

Dans le prolongement de The Ethics of Waste, de nombreux questionnements ont vu le jour au sein de diverses disciplines – anthropologie, études culturelles, science studies, sociologie, géographie. Ces travaux viennent interroger les jeux de caractérisation morale qui irriguent des gestes aussi banals et routiniers que ceux de la mise au rebut ou du tri des déchets. Ils soulignent notamment la façon dont, en quelques années, certains discours environnementalistes et campagnes publiques ont pu participer à une culpabilisation des jeteurs et, en même temps, ont contribué à renforcer le principe de disqualification des objets délaissés. Notre journée d’étude se propose donc de questionner précisément les systèmes de valeurs sur lesquels sont adossées les pratiques liées aux restes ou aux déchets, à leur récupération ou à leur mise en circulation.

Plus largement, les relations que nous entretenons avec nos restes constituent-elles désormais des vecteurs de distinctions culturelles et sociales ? Comme en écho à l’analyse de Jean Baudrillard qui, à la fin des années soixante, dans son article sur « la morale des objets » faisait de l’accès aux biens éphémères un critère de domination culturelle, faut-il aujourd’hui affirmer que le goût des restes, de la « récup’ » et du « durable » est un luxe réservé à quelques-uns ?

Les propositions d’interventions peuvent ainsi s’articuler autour des questionnements suivants :

  • Dans quelle mesure les usages du déchet sont-ils adossés à des prescriptions ou à des injonctions d'ordre moral ? Lesquelles ? Avec quel vocabulaire sont-elles formulées ?
  • Les acteurs institutionnels du déchet explicitent-ils dans leur discours un agenda de nature morale et non pas seulement économique ou politique ? Lequel ? De quelle façon ? Avec quel objectif ?
  • Dans quelle mesure la dimension morale du tri ou du recyclage, participe-t-elle de l’actualisation d’une autre dimension morale, structurant certains « grands récits » contemporains – du développement durable, à l’économie circulaire, en passant par la consommation collaborative ?

Conditions de soumission

Les propositions de communication de 500 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum vitae mentionnant les coordonnées complètes de l’auteur et son affiliation institutionnelle, sont à adresser à workshopDVO2015@gmail.com

avant le 1er mars 2015.

Comité scientifique

  • Nathalie Ortar (chargée de recherche du MEDDE)
  • Baptiste Monsaingeon (ATER de l'Université Paris 1)
  • Aurélie Dehling (Enseignant-chercheur de la Skemma Business School)
  • Elisabeth Anstett (chargée de recherche au CNRS).

Lieux

  • EHESS 190, avenue de France
    Paris, France (75013)

Dates

  • dimanche 01 mars 2015

Mots-clés

  • déchet, recyclage, morale

Contacts

  • Elisabeth Anstett
    courriel : workshopdvo2015 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Elisabeth Anstett
    courriel : workshopdvo2015 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La morale des restes », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 février 2015, http://calenda.org/317842