AccueilS'approprier le care : entre subversion, inclusion et régulation sociale

*  *  *

Publié le mercredi 18 février 2015 par João Fernandes

Résumé

L’enjeu de ce séminaire est de parvenir à questionner l’éthique du care – ou pourrait-on dire « les » éthiques du care – qui, si elle se trouve de plus en plus invoquée dans des discours à tendance humaniste au sein des institutions sanitaires et sociales, ne se constitue pas toujours comme un objet théorique et pratique assimilable par les acteurs de terrain. Quel est le risque et la portée managériale de l’éthique du care dès lors qu’elle serait instituée comme injonction ? Que nous dit-elle des enjeux épistémologiques du projet de refonte de la réflexion en éthique autour du soin ?

Annonce

Argumentaire

Axe 1 du projet LABCAP « Recherche fondamentale sur le soin et son apprentissage » 

L’évolution des pathologies (maladies chroniques, vieillissement, dépendance, handicap) et du contexte socioprofessionnel de la santé (progrès technoscientifiques, réformes du système de santé, droits des usagers, etc.), modifie les pratiques de soin. Il n’y a en effet plus de réponses évidentes et uniques à des problèmes très souvent complexes qui nécessitent à la fois une approche globale du soin et donc l’intervention de différents types de professionnels, mais aussi la participation effective du patient dans la co-construction d’une démarche de soin qui impacte sa vie. Dans ce contexte, savoir remobiliser des compétences préconstruites et développées en formation se révèle insuffisant. Un "agir compétent" relève davantage d’une démarche collective d’apprentissage des acteurs en contexte visant à rendre ces derniers capables de construire des démarches de soin adaptées aux situations cliniques complexes et singulières.

Telle est l’hypothèse qui fonde le projet LABCAP (campagne Horizon 2020 de l’Université Catholique de Lille/présentation détaillée du projet sur le site Internet du CEM), projet de recherche consacré aux innovations pédagogiques en éthique de la santé visant l’évolution des environnements et des démarches d’apprentissage du soin. Pour ce faire, outre l’expérimentation de nouvelles approches pédagogiques du soin et le partage d’expériences pédagogiques et de soin, ce projet s’appuie sur une réflexion théorique qui vise à :

  • interroger la notion de soin : qu’est-ce soigner dans ce contexte si spécifique ? Quels sont les enjeux éthiques d’un soin « capacitant » ?
  • questionner les ressorts d’un apprentissage collectif du soin : comment apprendre aux acteurs à développer une action collective de soin impliquant le patient ?
  • réfléchir aux évolutions des environnements du soin et de la formation en santé ainsi qu’à la gouvernance de l’apprentissagedu soin : pourquoi et comment rendre ces environnements plus capacitants ? 

Séminaire "S'approprier le care : entre subversion, inclusion et régulation sociale" 

L’enjeu de ce séminaire est de parvenir à questionner l’éthique du care – ou pourrait-on dire "les" éthiques du care – qui, si elle se trouve de plus en plus invoquée dans des discours à tendance humaniste au sein des institutions sanitaires et sociales, ne se constitue pas toujours comme un objet théorique et pratique assimilable par les acteurs de terrain. Quel est le risque et la portée managériale de l’éthique du care dès lors qu’elle serait instituée comme injonction ? Que nous dit-elle des enjeux épistémologiques du projet de refonte de la réflexion en éthique autour du soin ?

L’enjeu majeur est bien de développer non pas une éthique des principes et des concepts dont il s’agirait d’en prédéterminer l’application en contexte de pratiques, mais bien une démarche de questionnement vis-à-vis des situations singulières de "la vie réelle", telles qu’elles engagent des sujets singuliers, pris dans des relations d’interdépendance, dont les actions renvoient à des finalités de soins à l’égard d’autrui. Ces finalités ne répondent donc pas seulement de décisions et d’arbitrages rationnels en référence à un principe de justice, mais participent d’un réseau complexe, qu’il s’agit d’interroger, pris entre l’interpellation éthique, l’émotion, le sentiment, mais aussi les ressorts pratiques et singuliers d’une action à mettre en œuvre et à faire perdurer – ce qui implique un effort nécessaire, un travail – , et ce, dans un contexte incluant des dimensions organisationnelles, institutionnelles, sociales, économiques et politiques.

Il s’agit alors, dans ce séminaire, d’interroger l’éthique du care dans cet espace de parole, au croisement des théories morales et politiques, mais aussi des réflexions en psychologie, ou en sociologie, et ce, en questionnant divers champs de la pratique du soin : du soin aux personnes âgées aux thématiques du soin maternel ou encore aux activités de ménage. Nous entendons par là également interroger la réflexion sur le soin comme englobant des pratiques qui visent à prendre soin de "notre monde", selon la définition qu’en donne Joan Tronto : dans ce cadre, comment définir une éthique commune qui serait celle d’un "prendre soin", tenant autant compte des dimensions de travail effectif que de celles ayant trait à la disposition, aux sentiments, aux émotions ? Comment prend-elle corps au sein de pratiques situées et diverses, qui, de par leur singularité et les problématiques spécifiques qu’elles engendrent peuvent contribuer à nous faire dire que certaines pratiques de soin relèveraient plus spontanément ou facilement du care que d’autres ?

Or, prendre soin de "notre monde" comme activité de care suppose, selon Joan Tronto, de repenser les structures sociales et politiques au sein desquelles s’ancrent ces pratiques, celles-ci ne pouvant prendre place qu’au sein d’"une société juste, pluraliste et démocratique" (Un monde vulnérable: pour une politique du care, 2009). Ce projet croise alors une éthique des points de vue, visant à valoriser les "voix" des différents acteurs : il s’agit non seulement de travailler à les rendre visible, mais aussi de réfléchir aux conditions de mise en œuvre d’une véritable "communauté de care" (Pascale Molinier, Le travail du care, 2013/Hester, 2001). Une telle conception de la communauté ou du collectif tend à construire comme projet social et politique une organisation du travail centrée sur le développement du soin objectif à partir du soin apporté à la subjectivité ; autrement dit, comment s’appuyer sur la vie quotidienne des patients ainsi que sur leurs besoins et aspirations spécifiques pour construire un parcours de soin ? Quelles sont les modalités pratiques d’une telle articulation ? Mais aussi, quelles limites peut-on pointer à cette visée éthique ? Ne s’agit-il pas d’alourdir la responsabilité des pourvoyeurs de care individualisés, morcelés dans leurs activités et entretenant un rapport mécanisé au travail ?

Calendrier

28 janvier 2015

  • 9h-12h : David Doat (CEM-DE/ICL) : "Pourquoi le soin est-il si omniprésent dans nos vies humaines ? Eclairages scientifiques et philosophiques".

20 février 2015

  • 9h-12h : Caroline Ibos (Université Rennes 2).

25 mars 2015

  • 14h-18h): Philippe Sabot (UMR 8163 STL-Lille 3) / Alice Lancelle (UMR 8163 STL-Lille 3/CEM-DE, ICL) sur le sujet "Soin et vulnérabilité : asymétries et enjeux éthiques des relations". Avec la participation de Martin Winckler.

22 avril 2015

  • 16h-18h30) : Frédérique Bisiaux (professeur de philosophie en classes préparatoires, lycée Faidherbe de Lille) sur le sujet du "soin maternel".

24 avril 2015

  • 10h-12h) : Barbara Lucas (Institut d'Etudes de la Citoyenneté, Université de Genève) sur le sujet "politiques du care et biopolitiques".

27 mai 2015

  • (15h-18h) : Pascale Molinier (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) sur le sujet "la démesure du care".

Juin (date à préciser)

  • Patricia Paperman (Université Paris 8).

Septembre : à préciser.

Octobre : à préciser.

Novembre : à préciser.

Décembre : à préciser.

Avec les participations (dates à préciser) de : Naïma Hamrouni, Dominique Boury, Pierre-Yves Néron... 

Informations pratiques

  • Séminaire ouvert aux enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants de Master dans le champ de la santé, des sciences humaines et sociales, aux professionnels du secteur sanitaire et médico- social.

  • Lieu du Séminaire : Université Catholique de Lille.

  • Programme détaillé disponible sur le site Internet du Département d’Ethique, page du Centre d’Ethique Médicale : http://ethique.univ-catholille.fr/

  • Renseignements et inscription (gratuite et obligatoire) auprès de Rozenn Le Berre et Alice Lancelle, responsables du séminaire :

    rozenn.leberre@univ-catholille.fr

    alice.lancelle@univ-catholille.fr

Lieux

  • Département d’Ethique/Institut Catholique de Lille - 41 rue du Port
    Lille, France (59)

Dates

  • vendredi 20 février 2015
  • mercredi 25 mars 2015
  • mercredi 22 avril 2015
  • mercredi 27 mai 2015
  • jeudi 11 juin 2015
  • mercredi 28 janvier 2015

Mots-clés

  • Care, soin, capabilité, apprentissage, action collective, éthique, collaboration

Contacts

  • Grégory Aiguier
    courriel : Gregory [dot] AIGUIER [at] univ-catholille [dot] fr

Source de l'information

  • Alain Loute
    courriel : alain [dot] loute [at] univ-catholille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« S'approprier le care : entre subversion, inclusion et régulation sociale », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 18 février 2015, http://calenda.org/318198