AccueilCrimes de masse et génocides du XXe siècle

Crimes de masse et génocides du XXe siècle

En jeu. Histoire et mémoires vivantes, varia

*  *  *

Publié le mardi 24 février 2015 par Céline Guilleux

Résumé

La revue En jeu se propose de faire place à un numéro varia pour sa septième édition. Sont sollicitées des contributions en rapport avec sa charte éditoriale. Au cœur de nos préoccupations se trouvent toutes les questions historiographiques et mémorielles qui se rapportent aux contextes, aux mécanismes, aux causes et aux représentations des grands conflits et crimes de masse qui jalonnent notre histoire, et singulièrement le XXe siècle. Nous privilégions à cet égard des approches pluridisciplinaires ainsi que des résultats d’enquêtes empiriques, des travaux d’archives ou des monographies. Les approches épistémologiques et méthodologiques qui soutiennent et sous-tendent le traitement de ce vaste éventail de questions sont également les bienvenues.

Annonce

Argumentaire

Afin de mieux étaler ses numéros thématiques (Dossiers) et d’ouvrir ses questionnements, la revue En Jeu  se propose de faire place également à des numéros Varia. C’est le cas pour sa livraison de juin 2016. Sont sollicitées des contributions en rapport avec la charte éditoriale de la revue publiée dans son premier numéro (téléchargeable dans son intégralité sur cette page dont certains extraits sont repris ici même afin de circonscrire le périmètre des problématiques que nous voulons voir traitées dans cette livraison. Sont au cœur de nos préoccupations toutes les questions historiographiques et mémorielles qui se rapportent aux contextes, aux mécanismes, aux causes et aux représentations des grands conflits et crimes de masse qui jalonnent notre histoire, et singulièrement le XXe siècle. Nous privilégions à cet égard des approches pluridisciplinaires ainsi que des résultats d’enquêtes empiriques, des travaux d’archives ou des monographies. Les approches épistémologiques et méthodologiques qui soutiennent et sous-tendent le traitement de ce vaste éventail de questions sont également les bienvenues.

Ces quelques extraits de la plateforme éditoriale de la revue En Jeu pourraient être utiles pour mieux cibler les propositions de contributions que nous sollicitons :

1. Une thématique majeure

Aussi bien dans l’espace savant que dans l’espace public, la thématique des crimes politiques de masse, au premier chef des crimes et génocides nazis, est désormais explorée sur le plan de la transmission mémorielle sous toutes ses formes […].

2. Confrontations, controverses […]

A côté de ce tableau qui atteste non seulement de l’importance de cet objet pour la mémoire collective, mais aussi de la vitalité de la recherche scientifique, il y a lieu d’ajouter celui, particulièrement riche et fascinant, où se discutent et s’affrontent les diverses interprétations de matériaux documentaires (accumulés) […]. Les hypothèses interprétatives - des plus stimulantes aux plus dérisoires - occupent désormais une place de choix dans le paysage éditorial - ouvrages, articles, séminaires, colloques, etc.- […], la revue En jeu est non seulement attentive à ces grandes controverses interprétatives, mais elle a pour ambition d’y participer activement en se démarquant d’une pensée molle et consensuelle que valorise l’esprit du temps. […]. Nous nous demanderons [notamment] pourquoi la thématique des crimes et génocides nazis a acquis une place aussi essentielle, aussi centrale dans nos perceptions du passé, au point de constituer un des éléments majeurs de notre environnement culturel. Cette centralité des crimes et génocides nazis ne s’impose ni de fait ni de droit : elle est construite, fabriquée, élaborée par l’intervention d’une multitude d’acteurs, institutionnels et associatifs : communautés scientifiques et éducatives, milieux de mémoires, dispositifs médiatiques, littérature, appareils politiques, et ce dans un contexte particulier, celui de notre époque caractérisée par les multiples crises contemporaines – crises sociales, idéologiques, économiques, politiques, identitaires ; crises des références d’une modernité se heurtant à ses propres limites […]. A force de ne pas se poser ces questions, la pensée consensuelle qui s’est emparée du sujet tourne en rond tant au plan historiographique que mémoriel et pédagogique. Une attention particulière sera ainsi accordée à l’analyse critique de tous les supports qui formatent et transmettent nos représentations des crimes et génocides nazis, des médias à l’école en passant par les productions cinématographiques et, bien évidemment, par les diverses formes de littérature […]. 

3. Mises en perspectives et re-contextualisations historiques

De tels questionnements ouvrent aussi la voie vers […] une mise en perspective, ou recontextualisation historique, du phénomène (1933-1945), en amont et en aval : expansion et conquêtes de l’Occident, révolutions et contre-révolutions, guerres et guerres civiles, genèse, développement, stabilisation et effondrement des régimes de terreur de masse, guerres coloniales et guerres de libération, conflits armés et crimes contre l’humanité aujourd’hui même. Il s’agit par conséquent de mener un effort d’historicisation élargie du national-socialisme à l’échelle de la modernité […], qui nous livre un terreau particulièrement riche pour des questionnements historiographiques, sociologiques, politiques, anthropologiques et philosophiques sur le phénomène de la violence et de la contre-violence - qui traverse de part en part tout le processus de la modernisation. Dans le même sillage, des notions et des questions telles que la terreur, la terreur blanche, la terreur noire, la terreur rouge, le terrorisme, mais aussi le consentement, la collaboration et la résistance, doivent être pensées et repensées au sein des contextes et des processus politiques qui leur sont  historiquement propres [...] - ce qui ne manquera pas d’entraîner une cascade d’autres questions relatives aux concepts politiques et juridiques de légalité, de légitimité, […] de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948), de la qualification pénale du génocide (1951) […] de la Cour pénale internationale [...]

4. Décloisonnement spatial

Pour être vraiment pertinente, cette historicisation élargie […] doit être complétée par un autre élargissement, spatial cette fois-ci, afin d’éviter de sombrer dans un eurocentrisme réducteur […] cette perspective élargie s’impose aussi en raison même du caractère international de deux guerres mondiales […]. Il s’agit […] d’interroger les éventuelles connexions à établir entre l’histoire de ces sociétés et celle de l’Europe lors de conjonctures historiques particulières, marquées par des tensions et des contradictions similaires […].

Modalités de soumission

Les propositions de contributions doivent être envoyées à la rédaction de la revue (revue.en.jeu@gmail.com)

au plus tard le 15 mai 2015.

Elles doivent comporter : nom et prénom, qualités de l’auteur ; le titre de la contribution et un argumentaire d’une quinzaine de lignes accompagné d’une courte bibliographie.

Une réponse sera donnée le 20 mai 2015. Les contributions retenues seront à remettre le 30 novembre 2015 au plus tard (maximum 30 000 signes, espaces et notes compris).

Rédacteurs en chef

  • Frédéric Rousseau (Université Montpellier III),
  • Yves Lescure (directeur général de la FMD).

Coordinateurs du dossier

  • Bertrand Hamelin (professeur agrégé, docteur en histoire, membre associé du Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, UMR 6583, CNRS / Université de Caen Basse-Normandie)
  • Yannis Thanassekos (collaborateur scientifique à l'université de Liège, membre du conseil scientifique de la FMD).

Dates

  • vendredi 15 mai 2015

Mots-clés

  • crime, masse, génocide

Contacts

  • Caroline Langlois
    courriel : revue [dot] en [dot] jeu [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Caroline Langlois
    courriel : revue [dot] en [dot] jeu [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Crimes de masse et génocides du XXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 février 2015, http://calenda.org/318773