AccueilLe Canada, la mondialisation et votre thèse

*  *  *

Publié le mardi 24 février 2015 par João Fernandes

Résumé

La mondialisation est aujourd'hui communément acceptée dans le champ académique comme un ensemble de processus dynamiques et multidimensionnels opérant à divers niveaux de la vie sociale contemporaine - économique, politique, culturel, idéologique, technologique, etc.- qui dépassent les frontières spatiales et temporelles « fixes » traditionnellement considérées comme acquises. Cette accélération et intensification des échanges économiques et des activités sociales ont profondément modifié la nature des relations économiques, géopolitiques et culturelles entre nations, aujourd’hui de plus en plus interdépendantes et interconnectées. Si cette définition englobante rend bien compte de la complexité intrinsèque de la mondialisation, l'envisageant dans la perspective de réseaux, de flux et de mouvements transcontextuels, l'étude des caractéristiques et des trajectoires de ces processus toutefois, ainsi que la nature conflictuelle et ambivalente de leurs effets au niveau des nations - tout comme la manière dont ces nations appréhendent ces effets - restent à être examinées plus en profondeur.

Annonce

Argumentaire 

Le Centre d’études canadiennes de Grenoble, en collaboration avec le LIDILEM, l’ILCEA4 (CEMRA) et PACTE, lance un appel à communication en vue de journées d’études, de formation et de création, visant à réunir les doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur le Canada. L’ambition de cette rencontre est de dépasser les contingences disciplinaires et de mettre en relation les jeunes chercheurs pour permettre un libre échange d’idées. Pour faire écho à cette ambition, le thème général privilégié par la première édition de ces journées sera celui de la mondialisation. Il sera envisagé à partir d’une variété de thématiques afin de privilégier les ponts entre les disciplines.

La mondialisation est aujourd'hui communément acceptée dans le champ académique comme un ensemble de processus dynamiques et multidimensionnels opérant à divers niveaux de la vie sociale contemporaine - économique, politique, culturel, idéologique, technologique, etc.- qui dépassent les frontières spatiales et temporelles « fixes » traditionnellement considérées comme acquises. Cette accélération et intensification des échanges économiques et des activités sociales ont profondément modifié la nature des relations économiques, géopolitiques et culturelles entre nations, aujourd’hui de plus en plus interdépendantes et interconnectées. Si cette définition englobante rend bien compte de la complexité intrinsèque de la mondialisation, l'envisageant dans la perspective de réseaux, de flux et de mouvements transcontextuels, l'étude des caractéristiques et des trajectoires de ces processus toutefois, ainsi que la nature conflictuelle et ambivalente de leurs effets au niveau des nations - tout comme la manière dont ces nations appréhendent ces effets - restent à être examinées plus en profondeur.

Parmi les États qui se sont insérés dans la nouvelle économie mondialisée figure le Canada, souvent considéré dans les représentations collectives comme le pays modèle du multiculturalisme équilibré et une terre d’accueil pour les populations migrantes du monde entier. Les mesures politiques du Canada en matière d’économie et de culture se sont renforcées depuis ces cinquante dernières années, conduisant le pays à s’adapter et à participer pleinement aux processus mondialisants. Cependant, cette adaptation à la mondialisation pour un État aussi vaste géographiquement et divers culturellement et politiquement que le Canada pose encore à l’heure actuelle certains défis identitaires, idéologiques, environnementaux, culturels etc. sur lesquels il convient de se pencher plus en détails.

Cette rencontre, qui invite les doctorants et jeunes chercheurs à contribuer à ce tour d’horizon interdisciplinaire du champ des Études Canadiennes, vise à sortir des sentiers battus en proposant des activités innovantes répondant aux besoins des jeunes chercheurs. Plusieurs temps sont ainsi envisagés : 

Un premier temps consacré à des communications orales de format classique (20min de présentation+ 10min de questions), qui donneront lieu à une publication, et pourront traiter des sujets suivants :

  • Processus d'échanges, de production et de consommation :(dé)régulation de l'activité commerciale internationale; mobilité des ressources et accès aux ressources ; marchandisation, appropriation; authenticité ;
  • Cultures, identités, frontières : identités en mouvement ; résistances identitaires ; centres et périphéries ; dynamiques de localisation, délocalisation et relocalisation ; local(isme)/global(isme) : redéfinitions, symbolisations, interactions ; tourisme, arts et loisirs ;
  • Le nouvel ordre mondialisé : développement technologique; autonomie et pouvoir des États-nations ; organisations, institutions, collectivités; normes et acceptabilité ;
  • Mobilités humaines et contacts : migrations et diasporas ; contacts entre communautés, groupes et individus ; solidarités, collaborations et négociations ; tensions, inégalités et marginalisations ;
  • La mondialisation de l’espace : Aménagements/changements géographiques et urbains ; enjeux écologiques et environnementaux de la mondialisation ;
  • Langues, langage et discours à l'heure de la mondialisation : pratiques linguistiques et plurilinguisme ; homogénéité et hétérogénéité ; commodification des langues ; communication médiatique, transmission, sémiotisation;
  • Représentations collectives et individuelles de la mondialisation : mondialisation et idéologies/idéologies de la mondialisation; images, imaginations et imaginaires mondialisés ;
  • Histoire et historiographie de la mondialisation: évolution, développement, théories et courants théoriques; 

Un deuxième temps dédié à des ateliers de formation à la communication orale, organisés en petits groupes et animés par des intervenants qualifiés. La présentation du travail de thèse servira d’objet à ces pratiques originales de communication que les participants apprendront à maîtriser (aucune préparation préalable n’est demandée). Les participants choisiront un atelier parmi les trois suivants (durée : 2 à 3h par atelier) :

  •  « TEDx Talk », exposé de son projet de thèse sous forme de performance orale sans notes : animé par Françoise Boch ;
  •  « Draw my Thesis », présentation de son projet de thèse de manière visuelle, à l’aide de schémas/dessins/cartes graphiques et/ou mentales commenté(e)s : animé par Claudine Moïse ;
  • « Ping-pong théâtral »,débat en duo ou trio, sous forme de questions-réponses : animé par Caroline Schlenker ; 

Un troisième temps viendra consacrer l’importance du physique et du mental dans la réalisation d’une thèse, avec des ateliers visant à travailler le corps, la voix et l’esprit (Possibilité de s’inscrire à l’ensemble des ateliers – durée : 1h par atelier).

  • Le placement de la voix lors de la prise de parole en public : animé par Judith Larnaud-Joly ;
  • La maîtrise du corps lors de la prise de parole en public : animé par Gretschen Schiller ;
  • Bien être physique et mental du chercheur pour mieux gérer le stress et les responsabilités : animé par Laure Longchamp. 

Les participants seront libres de prendre part aux nombre de sessions qu’ils souhaitent, et pourront croiser les activités.

En lien avec le thème de ces journées, des festivités seront organisées le 5 novembre au soir, auxquelles tous les participants seront chaleureusement conviés. Cette soirée sera l’occasion d’un intermède culturel, pour échanger et élargir ses horizons. 

Informations et dates importantes 

  • Les personnes désirant assister aux journées d’étude (en tant que communicant et/ou participant aux ateliers), doivent remplir un formulaire de déclaration de participation avant le 16 mars : https://fr.surveymonkey.com/s/SRX63PL
  • Les participant(e)s souhaitant intervenir lors de la session « Communications » seront ensuite invité(e)s à soumettre une proposition de communication (400 mots) avant le1er juin, à l’adresse suivante : jcgrenoble2015@gmail.com
  • Journées d’études, de formation et de création Grenoble, 5 et 6 novembre 2015 

Comité scientifique 

  • Geneviève Bernard Barbeau, Université du Québec à Trois-Rivières ;
  • Pierre-Alexandre Beylier, Université Stendhal-Grenoble 3 ;
  • Alain Faure, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble ;
  • Noëlle Mathis, Institut Américain Universitaire d’Aix-en-Provence ;
  • Claudine Moïse, Université Stendhal-Grenoble 3 ;
  • Sandrine Tolazzi, Université Stendhal-Grenoble 3 ;
  • Hilligje Van’t Land, Association Internationale des Universités (UNESCO). 

Comité d’organisation 

Laurence Delpérié, Alain Faure, Claudine Moïse, Sandrine Tolazzi, Samuel Vernet, Anne Vikhrova

Pour toute information complémentaire, contactez-nous : jcgrenoble2015@gmail.com

Lieux

  • Maison des Langues et des Cultures - Université Grenoble Alpes
    Grenoble, France (38)

Dates

  • lundi 16 mars 2015
  • lundi 01 juin 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • canada, mondialisation, thèse

URLS de référence

Source de l'information

  • Sandrine Tolazzi
    courriel : sandrine [dot] tolazzi [at] u-grenoble3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le Canada, la mondialisation et votre thèse », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 février 2015, http://calenda.org/318939