AccueilL'écho du théâtre : dynamiques et construction de la mémoire phonique

L'écho du théâtre : dynamiques et construction de la mémoire phonique

The echo of the theatre. Dynamics and construction of the phonic memory

XXe-XXIe siècles

20th-21st centuries

*  *  *

Publié le mercredi 04 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

Depuis la fin du XIXe siècle, le développement des technologies d’enregistrement, de production et de diffusion du son a constitué une masse sans précédent de documents sonores dans le champ théâtral. Ces nouvelles expériences auditives et acoustiques ont profondément nourri le travail des artistes, et l’on assiste au XXe siècle à l’essor des réflexions et des créations autour de la matière phonique du théâtre : voix parlées, mais aussi musique, chansons, bruits de scène et de salle. Ce colloque souhaite ainsi interroger les dynamiques et les processus à l’œuvre dans la constitution d’une mémoire phonique du théâtre, en vue de contribuer à une ré-écriture de l’histoire récente du théâtre occidental et, au-delà, à une redéfinition contemporaine de l’expression, de la mémoire et de l’écoute verbales.

Annonce

Argumentaire

Depuis la fin du XIXe siècle, le développement des technologies d’enregistrement, de production et de diffusion du son a contribué à l’élaboration d’une nouvelle mémoire phonique du théâtre, de la voix parlée aux mondes sonores captés par les microphones (bruitages, bruits et musiques). Les phonogrammes (cylindres, disques, bandes magnétiques), en particulier radiophoniques, ont constitué une masse sans précédent de documents : créations ou recréations dramatiques, captations de spectacle, entretiens avec les acteurs, qui ont éduqué l’oreille de l’auditeur à la diversité et à la nouveauté des sons. Dès le théâtrophone (1881), le public a pu faire l’expérience d’une écoute acousmatique des voix du théâtre. Le phonographe et la radio ont ensuite généralisé et fait évoluer cette écoute. Acteurs, metteurs en scène et directeurs de théâtre se sont ainsi très rapidement confrontés aux questions inédites posées par la diffusion audio, puis par la mise en onde de leurs productions.

Les nouvelles expériences phoniques, acoustiques et auditives ont profondément nourri le travail des artistes, et l’on assiste au XXe siècle à l’essor des réflexions et des créations autour de la matière sonore du théâtre : voix parlées, bien sûr, mais aussi musique, chansons, bruits de scène et de salle, sans oublier l’élément majeur qu’est le silence, décliné en d’infinies nuances. Les lieux de conservation (bibliothèques, musées) et de création (théâtres, compagnies) ont dès le début du XXe pris conscience de l’importance des traces sonores de la scène, et en ont entrepris l’archivage, participant activement à la mise en place d’un champ d’investigation inédit.

Inscrit dans le cadre du projet ANR ECHO [Écrire l’histoire de l’oral. « L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000)], ce colloque souhaite interroger les dynamiques et les processus à l’œuvre dans la constitution d’une mémoire phonique du théâtre. Quels sont les lieux où s’élabore cette mémoire ? Comment se fabrique-t-elle ? De quels supports dispose-t-on pour la capter, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, et selon quels critères l’archive-t-on au fil du temps ? Comment s’articulent mémoire collective et mémoire individuelle ? Si l’on postule qu’il n’est guère d’examen possible de la mémoire sonore sans recourir à son expression verbale, écrite ou orale, comment passe-t-on de l’inscription d’une scène dans la mémoire à sa formulation, comment décrit-on un souvenir sonore ? Que nous apprend l’étude de cette mémoire sur les attentes, les représentations, la réception et l’évolution de la voix parlée et des autres sons au théâtre ? Comment les traces laissées et les signes observés d’une évolution de la diction, du rythme de l’élocution, des accents et des langues, de la place du verbe en scène, contribuent-ils à une vision renouvelée de la conception et de la pratique théâtrales ?

Ce projet de recherche fait également suite au programme « Le son du théâtre / Les technologies sonores et le théâtre », entrepris par l’équipe de recherche franco-québécoise ARIAS/CRI, dont les résultats ont donné lieu à plusieurs publications. Il s’agit ici de poursuivre cette investigation sur le long terme qui se donne pour objectif de contribuer à une ré-écriture de l’histoire récente du théâtre occidental et, au-delà, à une redéfinition contemporaine de l’expression, de la mémoire et de l’écoute verbales, en maintenant notamment l’approche interdisciplinaire adoptée.

C’est dans toutes ses dimensions que le colloque souhaite aborder la question de la mémoire phonique (la voix/le son) du théâtre.

Axes thématiques

On pourra donc envisager de traiter le sujet sous les angles suivants : 

1-    Institutionnalisation de la mémoire phonique

La constitution des archives sonores dans les lieux de création et de conservation : supports, modalités, accès, enjeux. 

2-    Fabrique de la mémoire phonique

Typologie des supports (diversité des phonogrammes : enregistrement acoustique, électrique, numérique), évolution des normes et conséquences sur la représentation des sons (qu’advient-il, par exemple, de la mémoire des sons lorsque certains supports sont délaissés au nom d’une « amélioration » acoustique ?). 

3-    Mémoire des spectateurs

Accès par les archives, les questionnaires ou les entretiens, la verbalisation écrite ou orale de la mémoire du spectateur ; les formes de la transmission de cette mémoire au-delà du témoignage direct (par exemple, les créations contemporaines qui font de la mémoire du spectateur l’objet même du spectacle). 

4-    Mémoire des acteurs

Histoire et techniques de la mémorisation du texte par l’acteur : sources, évolution, transmission.

Question du « souffleur » : permanence et mutations. 

5-    Mémoire des lieux

Histoire acoustique des salles de théâtre. Reconstitution de la conception et de l’équipement, travail sur archives, usage du modèle numérique (« loupe » auditive dirigée vers le passé). 

6-    La radio : création et conservation de la mémoire sonore

La radio comme laboratoire de la fabrique et de l’imaginaire sonores pour le théâtre ; comme lieu de création et de conservation de la mémoire phonique théâtrale. 

7-    Approche cognitive de l’impression verbale, vocale et sonore dans la mémoire

Mémoire de la voix parlée et mémoire des sons non articulés. La voix parlée au sein des autres mémoires sensorielles. Empreinte et réactivation d’une expérience auditive.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions, en français ou en anglais, comporteront un titre et un résumé (1500 signes, espaces compris) ainsi que des mots-clés. Elles préciseront la (ou les) rubrique(s) choisie(s) et seront accompagnées d'une brève bio-bibliographie de l'auteur (500 signes espaces compris). Elles devront parvenir en format Word ou Texte brut par courrier électronique à la fois à Hélène Bouvier (helenebouviersmith@gmail.com) et Marion Chénetier-Alev (marion.chenetier@gmail.com),

pour le 1er  juin 2015.

Réponse aux auteurs : août 2015

Colloque international aura lieu le Jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015 à l'ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Toutes informations complémentaires sur le colloque sont disponibles sur le site : https://echo-projet.limsi.fr/doku.php/echo_du_theatre

Contacts, organisateurs du colloque

Hélène BOUVIER et Marion CHÉNETIER-ALEV

  • ECHO [ANR-13-CULT-0004]
  • [ARIAS-THALIM (CNRS, ENS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) / LIMSI-CNRS / BNF / Université d’Amsterdam / CRIalt-Université de Montréal]           

Comité scientifique

  • Anne-Françoise BENHAMOU, Études théâtrales, professeur, directrice du DHTA (Département d’histoire et théorie des arts), ENS, membre statutaire de THALIM, équipe ARIAS
  • Hélène BOUVIER, Ethnologie, chargée de recherche au CNRS, membre statutaire de THALIM, équipe ARIAS
  • Jeanne BOVET, Histoire et esthétique du théâtre, professeur, CRIalt (Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques) / Université de Montréal
  • Marion CHÉNETIER-ALEV, Études théâtrales, maître de conférences, Université François-Rabelais de Tours, chercheur associé à THALIM, équipe ARIAS
  • Daniel DESHAYS, Techniques et écritures du son, directeur du département Son (ENSATT, Lyon), chercheur associé à THALIM, équipe ARIAS
  • Sandrine DUBOUILH, Études théâtrales, professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux, chercheur associé à THALIM, équipe ARIAS
  • Joël HUTHWOHL, directeur du Département des arts du spectacle, BNF
  • Brian F. G. KATZ, Acoustique, chargé de recherche au CNRS, LIMSI-CNRS (Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur)
  • Jean-Marc LARRUE, Études théâtrales, professeur, CRIalt (Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques) / Université de Montréal
  • Marie-Madeleine MERVANT-ROUX, Études théâtrales, directeur de recherche au CNRS, directrice adjointe de THALIM, équipe ARIAS
  • Viktoria Tkaczyk, Arts and New Media, assistant professor, Université d'Amsterdam; Institut Max-Planck, Berlin, Dilthey Fellowship Research Group Leader.

Lieux

  • Ecole Normale Supérieure - 45 rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • lundi 01 juin 2015

Mots-clés

  • théâtre, mémoire, son, voix parlée, acoustique, radio, archives sonores, musique, chanson, diction, acteurs, spectateurs

Contacts

  • Marion Chénetier-Alev
    courriel : marion [dot] chenetier [at] gmail [dot] com
  • Hélène Bouvier
    courriel : helenebouviersmith [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Marion Chénetier-Alev
    courriel : marion [dot] chenetier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L'écho du théâtre : dynamiques et construction de la mémoire phonique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 mars 2015, http://calenda.org/320375