AccueilUne « respublica » marchande européenne ?

Une « respublica » marchande européenne ?

A European merchant respublica?

Mobilités, échanges, identités (XVe-XVIIIe siècle)

Mobilities, exchange and identities (15th-18th century)

*  *  *

Publié le mercredi 04 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

L’intensification des échanges à l’échelle du Vieux Continent – et au-delà du monde – à la fin du Moyen Âge a engendré une plus grande mobilité des acteurs économiques, la multiplication des intermédiaires du négoce et leur installation, ponctuelle ou permanente, à l’étranger. Marchands, marins et banquiers se sont appuyés dans ces déplacements sur des groupes de compatriotes déjà établis à l’étranger. Ce primat apparent de l’origine géographique ne fait pas des nations marchandes ni des isolats, ni des postes avancés d’une influence étrangère : elles sont au cœur de contacts de toute nature. Tous ceux qui participent au commerce sont engagés dans des contacts multiples au-delà des frontières et constituent des intermédiaires par excellence. Dans les affaires, dans les relations interpersonnelles, dans leur pratique religieuse, ils se trouvent fréquemment en situation de négociation et de compromis, entre patrie d’origine et patrie d’accueil.

Annonce

Programme        

Jeudi 9 avril 

9h-9h20 Introduction par Bertrand Haan et Jean-Philippe Priotti 

1re session : Formation d’une culture politique commerciale européenne 

présidée par Jochen Hook, université Paris 7

  • 9h20-9h50  Ángel Alloza Aparicio (CSIC, Madrid) Duarte Gómez Solís y la ‘Ciencia da Mercadoria’
  • 9h50-10h20 José Manuel Díaz Blanco (Université de Séville) En el siglo del Absolutismo. Elección y representación en la cultura política del comercio europeo

10h20-10h50  Pause

  • 10h50-11h20  Guillaume Garner (ENS Lyon) Les mécanismes et les institutions de l’intégration des marchands et commerçants italiens à Mayence au xviiie siècle

11h20-12h    Débats

2e session : Les agents de coalition culturelle

présidée par Natalia Muchnik, EHESS

  • 14h30-15h    Jean-Philippe Priotti (Université du Littoral) De l’identification comme ressource. Un marchand béarnais à Anvers
  • 15h-15h30    Benoît Maréchaux (Université Carlos III, Madrid) Le réseau entrepreneurial de l’asentista de galeras 

Marco Centurione : organisation, financement et négociation politique en Méditerranée Occidentale (1610-1620)

15h30-16h Pause

  • 16h-16h30    Veronika Hyden-Hanscho (Austrian Academy of Sciences) A broker in an hostile setting: Alexandre Bergeret and his mail-order company between Paris and Vienna in the 17th century 
  • 16h30-17h    Margrit Schulte-Beerbühl (Université de Düsseldorf) A hybrid identity:  Vincent Nolte (1779-1856), an early modern global player 

17h-17h30    Débats

17h45 Visite de la Bibliothèque de la Sorbonne

Vendredi 10 avril

3e session : Dynamiques collectives d’intégration et de conflits

présidée par Reynald Abad, Université Paris-Sorbonne

  • 9h-9h30 Amândio Barros (Université de Porto) Les dynamiques marchandes des réseaux portugais au xvie siècle
  • 9h30-10h Hilario Casado (Université de Valladolid) Les réseaux des marchands castillans en Flandre au début du xvie siècle 
  • 10h-10h30 Yves Junot (Université de Valenciennes) Entre Mars, Janus et Mercure : les marchands comme acteurs de la réconciliation des Pays-Bas espagnols (années 1570-années 1610) 

10h30-11h Pause

  • 11h-11h30 Filipa Ribeiro da Silva (Université de Macao) Dutch and Portuguese Business Networks in the South Atlantic, 1590s-1670s

11h30-12hDébats          

Colloque international organisé par Bertrand Haan et Jean-Philippe Priotti

Avec le soutien du Labex ENHE, de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, de l’HLLI (Université du Littoral), de l’Université Paris-Sorbonne et du Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne/CNRS).

Argumentaire

L’intensification des échanges à l’échelle du Vieux Continent – et au-delà du monde – à la fin du Moyen Âge a engendré une plus grande mobilité des acteurs économiques, la multiplication des intermédiaires du négoce et leur installation, ponctuelle ou permanente, à l’étranger. Marchands, marins et banquiers se sont appuyés dans ces déplacements sur des groupes de compatriotes déjà établis à l’étranger. Ce primat apparent de l’origine géographique ne fait pas des nations marchandes ni des isolats, ni des postes avancés d’une influence étrangère : elles sont au cœur de contacts de toute nature. Tous ceux qui participent au commerce sont engagés dans des contacts multiples au-delà des frontières et constituent des intermédiaires par excellence. Dans les affaires, dans les relations interpersonnelles, dans leur pratique religieuse, ils se trouvent fréquemment en situation de négociation et de compromis, entre patrie d’origine et patrie d’accueil.

Avant l’affirmation d’une Europe de nations, alors que la chrétienté, même divisée, demeure longtemps un cadre de référence, les marchands forment un monde qui, malgré sa diversité, œuvre à donner une consistance à la perception comme à la réalité européennes.

Ce phénomène n’a rien de linéaire et n’obéit pas, la plupart du temps, à un dessein conscient ; ils se révèlent néanmoins sur le long terme. C’est sans doute en portant l’attention sur les individus que l’on peut rendre compte le plus justement du cours de ce processus. On se propose de le mesurer selon plusieurs perspectives : 

- La circulation et d’échange d’informations, de techniques, de savoirs à large échelle, et au-delà la constitution d’une culture marchande partagée, favorisée entre autres par les artis mercatoria

– L’existence d’une sociabilité propre aux marchands européens

– La construction d’identités, complexes et souvent multiples et gyrovagues, en prenant en compte tout ensemble les éléments qui fondent l’appartenance à une maison, un réseau, une nation et une communauté religieuse (relations de parenté et d’amitié, solidarités commerciales, géographiques, religieuses et dévotionnelles)

– La constitution de réseaux associant relations d’affaire et liens personnels qui, dans leurs interconnexions, contribuent à tisser une toile à l’échelle européenne, reliant des individus et des places marchandes entre eux.

– Les relations avec les acteurs économiques extra-européens et avec le pouvoir politique

Lieux

  • Bibliothèque de la Sorbonne, salle de formation, D-032, 1er étage - 17 Rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • jeudi 09 avril 2015
  • vendredi 10 avril 2015

Mots-clés

  • commerce européen, réseau marchand, institution marchande, mobilité commerciale, identité économique

Contacts

  • Bertrand Haan
    courriel : bertrandhaan [at] yahoo [dot] fr
  • Jean-Philippe Priotti
    courriel : priotti [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Philippe Priotti
    courriel : priotti [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une « respublica » marchande européenne ? », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 04 mars 2015, http://calenda.org/320458