AccueilÉchos contemporains de la première guerre mondiale

*  *  *

Publié le mercredi 11 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

Le passé n'est pas un temps clos. Les traités conclus à la suite de la première guerre mondiale, qui ont établi de nouveaux confins au sein des anciens empires et encadré l’expulsion et l’échange de populations nombreuses, continuent à nourrir les querelles historiques et mémorielles dans plusieurs pays d’Europe et du Moyen-Orient. Les tentatives d’apaiser les conflits liés au passé par des médiations politico-diplomatiques ou par des initiatives encourageant la coexistence de mémoires discordantes n’ont pas toujours été opérantes. Dans cette journée d’étude, on envisage de revenir sur la mémoire de la Grande Guerre dans les zones frontalières – incertaines, mixtes, etc. – où acteurs politiques et acteurs sociaux ne cessent de rappeler les « injustices » de l’histoire et de mettre en cause l’état présent des confins nationaux.

Annonce

Argumentaire

Le passé n'est pas un temps clos. Les traités conclus à la suite de la Première Guerre mondiale, qui ont établi de nouveaux confins au sein des anciens empires et encadré l’expulsion et l’échange de populations nombreuses, continuent à nourrir les querelles historiques et mémorielles dans plusieurs pays d’Europe et du Moyen-Orient. Les tentatives d’apaiser les conflits liés au passé par des médiations politico-diplomatiques ou par des initiatives encourageant la coexistence de mémoires discordantes n’ont pas toujours été opérantes. Dans cette journée d’étude, on envisage de revenir sur la mémoire de la Grande Guerre dans les zones frontalières – incertaines, mixtes, etc. – où acteurs politiques et acteurs sociaux ne cessent de rappeler les « injustices » de l’histoire et de mettre en cause l’état présent des confins nationaux. 

Programme 

Lundi 4 mai 2015

Modérateur : Emmanuel Saint-Fuscien 

  • 9h30-10h15 : Damien Baldin (EHESS/CESPRA) : « Á la frontière des sciences sociales et de l’action politique. Expériences d’un historien à la Mission du Centenaire » 
  • 10h15-11h : Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) : « La mémoire conflictuelle de la Grande Guerre sous Weimar. Dissensus national et zone frontalière ». 
  • 11h-11-45 : Marco Mondini (Istituto storico italico-germano, Trento) : « Le 14-18 dans l’espace linguistique italien : une guerre différente, une guerre paradoxale » 

Modératrice : Sabina Loriga 

  • 14h00-14h45 : Marta Verginella (Université de Ljubljana) : « Du refoulement à la redécouverte du front de bataille de l’Isonzo » 
  • 14h45-15h30 : Florin Turcanu  (Université de Bucarest, Roumanie), « Du bannissement à la résurgence - la mémoire de la guerre roumano-hongroise (1919) - de l’époque stalinienne au post-communisme » 
  • 15h30-16h15 : Thomas Chopard : (EHESS/CERCEC) : « Mémoire et usages politiques des traités de paix de 1918-1920 en Ukraine occidentale à travers le cimetière Lychavik à Lviv » 

Pause

17h00 : Table ronde conclusive : Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS/CESPRA), Marie-Claire Lavabre (CNRS/Université Paris Ouest–Nanterre), Henry Rousso (CNRS/Institut d’Histoire du Temps Présent)

Lieu

Institut historique allemand
8, rue du Parc Royal
75 003 Paris

Organisation

  • l’Atelier international de recherche sur les usages publics du passé (LabEx Tepsis/EHESS),
  • l’Institut historique allemand, et
  • le Séminaire de l’EHESS « La Première Guerre mondiale, guerre du XIXeguerre du XXe siècle »

Lieux

  • Institut Historique Allemand - 8 rue du Parc Royal
    Paris, France (75003)

Dates

  • lundi 04 mai 2015

Mots-clés

  • usages publics du passé, histoire, Grande Guerre, première guerre mondiale, frontières

Contacts

  • Sabina Loriga
    courriel : usagesdupasse [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Franziska Heimburger
    courriel : ecole-ete [at] cirhgg [dot] org

Pour citer cette annonce

« Échos contemporains de la première guerre mondiale », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 11 mars 2015, http://calenda.org/320681