AccueilHistoire sociale du rock

Histoire sociale du rock

The social history of rock

*  *  *

Publié le mercredi 11 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

Ce séminaire se propose d’ouvrir un espace de discussion sur l’histoire du rock telle qu’elle se construit aujourd’hui en France et à l'étranger. Il est ouvert aux chercheurs, doctorants et étudiants à partir du Master 1, de toutes disciplines, mais aussi aux professionnels de la musique et à toute personne intéressée par l’histoire du rock.

Annonce

Présentation

« Comment faire l’histoire du rock en France aujourd’hui? ». Institutionnalisée dans les pays anglo-saxons, à la croisée de la musicologie et des cultural studies, l’histoire du rock, en dépit de travaux de valeur, demeure, en France, encore largement absente de l’Université. Considéré comme un objet d’étude mineur, le rock a souffert du discrédit qui pèse sur lui depuis les années 1960, malgré l’intérêt exprimé très vite par certains intellectuels comme Edgar Morin. Certes, la presse spécialisée, les multiples sites internet et une offre éditoriale abondante permettent de répondre en partie aux demandes du très large public d’amateurs, spécialistes, fanatiques.

Pour autant, le champ d’investigation possible ne saurait se limiter à la nécessaire histoire des courants musicaux, des groupes phares et des idoles. Ce séminaire se propose donc d’ouvrir un espace de discussion sur l’histoire du rock telle qu’elle se construit aujourd’hui en France, mais aussi à l’étranger. C’est bien ce discours qui sera ici l’objet central de nos interrogations.

S’il s’inscrit prioritairement dans le champ de l’histoire sociale, ce séminaire entend croiser les approches et s’ouvrir aux méthodologies des disciplines intéressées par l’histoire des musiques et des cultures populaires : musicologie, sociologie, études littéraires, sciences politiques, économie, cultural studies, gender studies, visual studies …sans a priori.

De même, étant donné l’état actuel de la recherche sur le rock en France, il apparaît impératif de ne pas se limiter à une approche universitaire mais de faire la place, toujours dans une perspective critique et scientifique, aux travaux, apports et témoignages des érudits, des journalistes et des professionnels de la musique. 

Programme

18 mars 2015, 14h-16h

Musiques noires/Black Music

  • Sofia Solomon (doctorante, EHESS) : « Qu’est-ce que la black music ? Réflexions sur la catégorisation de la musique par la race à partir de la recherche de Karim Hammou sur Howard Becker et Aselm Strauss »
  • Emmanuel Parent (MCF en musicologie à Rennes 2, LAHIC-EHESS, conseiller scientifique de l’exposition Great Black Music) : « L’exposition Great Black Music à la Cité de la musique (Paris, 2014) : la question raciale dans la France postcoloniale » 

1er avril 2015, 14h-16h

Le rocker mis en images

  • Thomas Sotinel (journaliste au Monde) : « L'évolution de la représentation de l'artiste rock au cinéma, à travers deux films récents, 20 000 Jours sur Terre et Frank »
  • Gille Élie Cohen (photographe) : À propos de l'exposition Vikings & Panthers (galerie Addict, Paris) 

13 mai 2015, 14h-16h

Punk

  • Matthias Glenn (doctorant en sociologie, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le punk anglais : une aubaine pour le rock français ? »
  • Marine Dassé (doctorante en civilisation américaine, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Contestation commercialisée : l'idéal du punk et sa récupération » 

3 juin 2015, 14h-16h

Circulations musicales

  • Anaïs Fléchet (MCF en histoire à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC) : « le Festival rock d'Avándaro (Mexique, 1971) ».
  • Anna Zaytseva (docteur en sociologie, ATER à Paris-Sorbonne, chercheur associé au CERCEC) : « Un « genre musical contestable » entre laissez-faire, contrôle, « underground » et légitimation. Voyage musico-sociologique à travers l’univers esthétique et institutionnel du rock soviétique (années 1960-1980) » 

10 juin 2015, 14h-16h

Contre-cultures

  • Jedediah Sklower (doctorant en infocom et en histoire à Paris 3, CIM et CHS-20e s) : « Le gouvernement des sens. Signification et expériences du free jazz en France ».
  • Alexandre Marchant (docteur en histoire de l’ENS Cachan, ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Du rock psychédélique au mouvement punk: cultures musicales, drogues et rébellion en France (années 1960-1970) » 

17 juin 2015, 14h-16h

Baby-Boomers

  • Elvina Fesneau (docteure en histoire de l’université Paris 1, attachée à l’IDHE) : « "le transistor" (la radio nomade) et le public juvénile dans les années 60 »
  • Claire Blandin (MCF en histoire à l’université Paris-Est Créteil, CRHEC) : « Tous les garçons et les filles de leur âge: Salut les copains, magazine de tous les baby-boomers? »

Nous vous invitons également à consulter le blog PopHistory (trilingue : allemand/anglais/français) sur lequel nous retrouverez des informations relatives au séminaire, notamment des anciennes communications, des articles et des appels à communication. (http://pophistory.hypotheses.org/tag/popgeschichte). N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez notamment que nous mettions en ligne des annonces de séminaire ou de colloques autour de l’histoire des musiques populaires.

Lieux

  • Amphitéâtre (sous-sol), Centre Malher (métro Saint Paul) - 9 rue Malher
    Paris, France (75004)

Dates

  • mercredi 18 mars 2015
  • mercredi 01 avril 2015
  • mercredi 13 mai 2015
  • mercredi 03 juin 2015
  • mercredi 10 juin 2015
  • mercredi 17 juin 2015

Mots-clés

  • cultures populaires, musique, rock, jeunesse

Contacts

  • Arnaud Baubérot
    courriel : bauberot [at] u-pec [dot] fr
  • Florence Tamagne
    courriel : ftamagne [at] noos [dot] fr

Source de l'information

  • Arnaud Baubérot
    courriel : bauberot [at] u-pec [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Histoire sociale du rock », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 11 mars 2015, http://calenda.org/321120