AccueilLes consultations de la jeunesse

Les consultations de la jeunesse

Un outil pour l’action publique ? (1966-1994)

*  *  *

Publié le lundi 16 mars 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Cette journée d'études vise à étudier les consultations de la jeunesse organisées par les pouvoirs publics entre les années 1960 et les années 1990. La répétition de ces consultations interroge : faut-il y voir une permanence d'un mode d'intervention publique, par-delà les changements survenus dans ce champ ? Ou bien une imperméabilité de la jeunesse aux mesures qui lui sont destinées ? Ou plus simplement une difficulté pour les pouvoirs publics à préciser leurs desseins face à une catégorie sociale problématique ? Ou, finalement, une simple action de communication politique ? Centrés sur la France, les débats prendront également en compte la dimension européenne.

Annonce

Journée d’études du comité d’histoire des ministères chargés de la Jeunesse et des Sports

Argumentaire

1966 (François Missoffe), 1977 (Paul Dijoud), 1994 (Édouard Balladur), les consultations de la jeunesse se sont succédé  en France, à l'initiative des ministres en charge de la jeunesse et des sports, ou du Premier ministre. Elles ne furent pas du même type, n'eurent pas les mêmes résultats, mais cette répétition doit nous interroger, en raison même de l'écho que leurs promoteurs ont voulu leur donner auprès du grand public.

Certes « la jeunesse n'est qu'un mot », pour reprendre la formule de Pierre Bourdieu qui dénonçait la dissimulation des rapports sociaux sous une catégorisation par classe d'âge. Mais derrière ce mot se tient un enjeu politique dont la permanence en France est  remarquable. Et cette forme d'action publique -la consultation- présente une singularité dans la mesure où elle se propose d'établir, sur un temps court, un lien fort entre un département ministériel et les destinataires de ses actions. La répétition de ces consultations, à presque trente ans d'écart interroge : faut-il y voir une permanence d'un mode d'intervention publique, par-delà les changements survenus dans ce champ ? Ou bien une imperméabilité de la jeunesse aux mesures qui lui sont destinées ? Ou plus simplement une difficulté pour les pouvoirs publics à préciser leurs desseins face à une catégorie sociale problématique ? Ou, finalement, une simple action de communication politique ?

Ce sont ces questions que nous aborderons durant cette journée d'étude, en centrant nos interrogations sur la position des pouvoirs publics.

Nous ferons donc un retour sur le déroulement de ces consultations pour en rappeler les traits communs mais aussi les profondes différences. Le rappel de l'évolution des politiques en direction de la jeunesse, depuis les débuts de la Vème République,  remettra en perspective cet enjeu. Sans oublier d'élargir notre regard au cadre européen pour détecter une éventuelle « exception française » en la matière. La question, connexe, de la participation des jeunes ne sera pas oubliée, mais pourrait faire l'objet d'un travail plus spécifique et plus approfondi. Une table ronde nous permettra d'ouvrir d'autres perspectives de recherche, en particulier sur ce dernier point.

Programme

  • 9H 30 Accueil des participants

Modérateur pour la matinée : Richard Monnereau, président du comité d’histoire, inspecteur général de la jeunesse et des sports

  • 9h45 : Accueil par Mme la directrice des Archives nationales, Françoise Banat-Berger 
  • 10h-10h30 : La jeunesse, une catégorie introuvable ? - Philippe Callé, inspecteur de la jeunesse et des sports honoraire, docteur en sciences politiques, membre du comité d’histoire
  • 10h30-11h15 : Les consultations Missoffe (1966) et Dijoud (1977) - Laurent Besse - maître de conférences en histoire contemporaine à l’IUT de Tours, membre du comité d’histoire 
  • 11h15-11h45 : Une jeunesse plurielle dans des cadres d’engagement et de participation élargis - Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche INJEP, docteur en sociologie
  • 11h45-12h30 : débat sur les interventions de la matinée

Modérateur pour l’après-midi : Amélie Turet, CEPJ, chef de mission inclusion numérique à la délégation aux usages de l’internet

  • 14h-14h45 : Table ronde sur la consultation Balladur, avec
    • Étienne Madranges, conseiller technique jeunesse au cabinet de Mme Alliot-Marie,
    • Georges Vanderschmitt, directeur du cabinet de Mme Alliot-Marie,
    • Alain Goze, président du CNAJEP, Gérard Mauger,sociologue, directeur de recherche au CNRS,
    • Claire Jodry, ancienne directrice de l’ANACEJ et d’associations nationales, à ce jour cadre territoriale sur la vie associative
  • 14h45-15h15 : Les politiques de jeunesse en Europe, évolution et défis à venir - André-Jacques Dodin, chef de la division des politiques de jeunesse, direction de la citoyenneté démocratique et de la participation, Conseil de l’Europe
  • 15h15-16h45 : Les perspectives de recherche sur  la participation des jeunes, leur engagement. L’évolution des politiques de jeunesse (territorialisation, décentralisation ?), avec Laurent Lardeux, André-Jacques Dodin, Laurent Besse
  • 16h45-17h : Conclusions de Philippe Callé et Richard Monnereau
  • 17h : Fin des travaux

Inscriptions

inscription obligatoire

http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_d_inscription.pdf

Comité de pilotage

  • Denise Barriolade,
  • Laurent Besse,
  • Philippe Callé,
  • Jean-François Charlet,
  • Pierre François,
  • Emmanuelle Giry,
  • Émile Picques,
  • Jean-Claude Richez,
  • Clothilde Roullier,
  • Richard Monnereau

Lieux

  • Archives nationales, 59 rue Guynemer
    Pierrefitte-sur-Seine, France (93380)

Dates

  • mardi 17 mars 2015

Mots-clés

  • jeunesse, politique jeunesse, consultation

Contacts

  • Jean-François Charlet
    courriel : jean-francois [dot] charlet [at] sg [dot] social [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • Laurent Besse
    courriel : laurent [dot] besse [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les consultations de la jeunesse », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 16 mars 2015, http://calenda.org/321777