AccueilLes esprits animaux

Les esprits animaux

Animal spirits

*  *  *

Publié le jeudi 19 mars 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Avant de devenir métaphore, les esprits animaux ont été considérés, aussi bien dans les théories philosophiques, théologiques que médicales, comme de minuscules corps, subtils, invisibles mais bien réels. Pour tous ils forment le lien pneumatique entre le corps et l’âme, entre l’esprit et la matière. Ils prennent la place du pneuma antique pour former une substance vaporeuse indéfinissable. Ils sont responsables de nos mouvements et de nos sensations ; ils influencent notre imagination et notre jugement. Délaissés à la fin du dix-huitième siècle, ils sont repris par Keynes qui leur attribue les comportement irrationels qui régissent certains processus économiques. Ils seront l'objet d'un colloque qui se tiendra les 4, 5 et 6 février 2016, à l'Université de Genève.

Annonce

Argumentaire 

Dès la première page de The Life and Opinions of Tristram Shandy, Laurence Sterne fait des esprits animaux une sorte de patrimoine biologique transmissible de père en fils et rend leur mouvement et leur activité responsables de tous les événements, succès ou insuccès de l’existence humaine. Presque deux siècles plus tard, John Maynard Keynes récupère ce concept pour attribuer aux esprits animaux, dans sa General Theory of Employment, Interest and Money (1936), les comportements irrationnels liés aux processus économiques ; ce serait eux qui pousseraient l’homo economicus à agir malgré l’incertitude et le risque inhérents à sa profession.

Avant de devenir métaphore, les esprits animaux ont été considérés, aussi bien dans les théories philosophiques, théologiques que médicales, comme de minuscules corps, subtils, invisibles mais bien réels. Pour tous ils forment le lien pneumatique entre le corps et l’âme, entre l’esprit et la matière. Ils prennent la place du pneuma antique pour former une substance vaporeuse indéfinissable : air ou flamme pour Francis Bacon, flamme pure, mobile et vive pour Descartes, fluide huileux pour John Quincy, ils sont semblables à l’air et au vent pour Willis, qui en fait des particules infinitésimales circulant dans les nerfs (dans les vaisseaux sanguin et le système digestif pour Mandeville). Ils sont responsables de nos mouvements et de nos sensations ; ils influencent notre imagination et notre jugement. Leur comportement comme leur texture dépendent directement de leur environnement (respiration, sommeil, exercice, alimentation, activité intellectuelle) et influent en retour sur la bonne santé du corps et de l’esprit (voir Ficin, Montaigne, Bacon, Du Laurens, Purcell, Kinneir). Dans les consultations épistolaires, les malades anglophones s’y réfèrent souvent pour exprimer à leur médecin l’expérience de leur mal-être, contrairement aux malades francophones qui ne les mentionnent que très rarement.

Omniprésents jusqu’à la fin du dix-huitième siècle, ils disparaissent rapidement de l’économie corporelle n’ayant plus leur place dans l’essor d’une science de plus en plus rationalisante. Objets d’études délaissés par les historiens durant le 20e siècle, depuis quelques années, plusieurs chercheurs en ont fait des objets de recherches transversaux qui renouvellent une histoire du corps, des passions, du lien organique entre physiologie et psychologie (voir par exemple Elena Carrera, Heather Beatty, Clark Lawlor, Richard Sugg). Nous vous invitons donc à proposer des communications d’une durée de 20mn, en anglais ou en français, sur les sujets suivants (liste non exhaustive), sans limitation chronologique :

  • Esprits animaux et passions
  • Esprits animaux, expérience et écriture de l’intime
  • Esprits animaux et littérature
  • Esprits animaux et philosophie
  • Esprits animaux et rhétorique
  • Esprits animaux et métaphore
  • Esprits animaux et économie corporelle (digestion, système nerveux, sexualité, maladies)
  • Esprits animaux et économie
  • Esprits animaux et musique

Modalités de soumission

Les propositions, accompagnées d’un bref C.V. et d’une courte liste de publications récentes, sont à envoyer conjointement à Micheline Louis-Courvoisier (Micheline.Louis-Courvoisier@unige.ch) et Sylvie Kleiman-Lafon (skleiman-lafon@univ-paris8.fr)

avant le 22 mai 2015.

Le colloque aura lieu les 4-5-6 février 2016 à la Fondation Hardt, Genève.

Comité d'organisation

(Le comité d'organisation est également en charge de la sélection des communications)

  • Micheline Louis-Courvoisier (UNIGE)
  • Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8)

Lieux

  • Fondation Hardt
    Genève, Confédération Suisse

Dates

  • vendredi 22 mai 2015

Mots-clés

  • esprit, animal, métaphore, médecine, économie corporelle, rhétorique, musique

Contacts

  • Sylvie Kleiman-Lafon
    courriel : sylvie [dot] kleiman-lafon [at] univ-paris8 [dot] fr
  • Micheline Louis-Courvoisier
    courriel : micheline [dot] louis-courvoisier [at] unige [dot] ch

Source de l'information

  • Sylvie Kleiman-Lafon
    courriel : sylvie [dot] kleiman-lafon [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les esprits animaux », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 19 mars 2015, http://calenda.org/321795