AccueilVille 2.0. soft data pour les politiques publiques de la ville

*  *  *

Publié le jeudi 12 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

Le cycle « Ville 2.0. soft data pour les politiques publiques de la ville » entend s’insérer dans l’axe « humanités numériques » de la MESHS pour contribuer au développement d’une réflexion pluridisciplinaire dans la région Nord-Pas-de-Calais sur l’impact de nouvelles données numériques dans les contextes des études de la ville. Le but de ce cycle est prendre de la distance des expériences empiriques liées aux méthodes numériques pour mener une réflexion sur la signification des traces numériques dans le contexte des études urbaines. Face à l’abondance de ces données, ce cycle vise à développer une réflexion partagée sur les questions méthodologiques (« méthodes numériques ») et théoriques (rapport entre numérique et physique) liées à l’emploi de ces données dans les politiques de la ville.

Annonce

Argumentaire

Le cycle Ville 2.0. Soft data pour les politiques publiques de la ville entend s’insérer dans l’axe «humanités numériques» de la MESHS pour contribuer au développement d’une réflexion pluridisciplinaire dans la région Nord-Pas-de-Calais sur l’impact de nouvelles données numériques dans les contextes des études de la ville.

L’équipe Geriico de l’université de Lille, en collaborations avec le groupe « médias et territoires » du GIS-CIST et le département de philosophie de l’université Lille 3, veut organiser deux journées d’études suivies par une série de quatre séminaires pour étudier l’emploi des soft data dans des études urbaines.

Le but de ce cycle est prendre de la distance des expériences empiriques liées aux méthodes numériques pour mener une réflexion sur la signification des traces numériques dans le contexte des études urbaines. Face à l’abondance de ces données, ce cycle vise à développer une réflexion partagée sur les questions méthodologiques («méthodes numériques») et théoriques (rapport entre numérique et physique) liées à l’emploi de ces données dans les politiques de la ville.

La manifestation réunira chercheurs de plusieurs disciplines (philosophie, communication, géographie, sciences politiques..) et s’adressera également aux décideurs de la fonction publique.

Programme

15-16 octobre 2014

université Lille 3, maison de la recherche

5 février 2015

13h30-16h30 | MESHS, salle 2

  • Humanités numériques pour le patrimoine culturel:  état de l’art sur les données disponibles 

18 février 2015

17h | MESHS, salle 2

Les Big Data : analyse des enjeux épistémologiques entre nominalisation des sciences de la culture et mutation des sciences de la nature

Séminaire  de Bruno Bachimont  (université technologique de Compiègne)

Discutant : Alberto Romele (Universidade do Porto) 

9 mars 2015

15h | MESHS, salle 2

Des infrastructures aux plateformes: la fragmentation de l’archivage des données en SHS

Séminaire  de Jean-Christophe Plantin  (université du Michigan)

Discutant : Éric Dagiral (université Paris Descartes) 

25 mars 2015

17h | MESHS, salle 2

Méthodes quali-quantitatives et données numériques :  Analyse topologique des territoires du web

Séminaire  de Dominique Cardon (Orange Labs - Université Paris-Est)

Discutant : Marta Severo (Université de Lille 3)

Après avoir souffert d’un manque chronique de données, les sciences sociales se trouvent soudainement submergées par une avalanche de traces produites par le développement des médias électroniques. Si l’abondance succède à une certaine forme de pénurie, cette nouvelle « donne » engage les sciences sociales à une certaine vigilance quant à la façon dont les méthodologies et les pratiques se trouvent transformées. Les nouvelles traces numériques demandent non seulement d’être traitées successivement par des méthodes quantitatives et par des méthodes qualitatives, elles requièrent aussi et surtout d’être traitées par de nouvelles méthodes quali-quantitatives. Ces méthodes circulent entre micro et macro, local et global, permettant aux chercheurs de traiter des larges quantités de données sans perdre en finesse d’analyse. Dans cette intervention, l'auteur proposera un exemple d’analyse quali-quantitative des différentes formes d’organisation des communautés thématiques de l’Internet, et des trajectoires permettant d’y acquérir de la réputation.

Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’Université de Marne la vallée. Ses travaux portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique. Ses recherches récentes portent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’autoproduction amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Il conduit aujourd’hui une analyse sociologique des algorithmes permettant d’organiser l’information sur le web.

Inscription gratuite obligatoire à marta.severo@univ-lille3.fr

2 avril  2015

16h30, MESHS-Lille (Salle 2)

Inscription gratuite obligatoire à marta.severo@univ-lille3.fr

Urbanités numériques : une approche plurielle de la réception urbaine

Séminaire de Patrizia Laudati, UVHC Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis

Discutants

  • Luca Acquarelli, EA Geriico, Université de Lille 3
  • Christophe Chaillou, Pictanovo

Organisé par 

  • EA Geriico, Université de Lille 3
  • Le groupe « médias et territoire » du GIS CIST

Présentation

Nous proposons une réflexion épistémologique sur les intersections entre les SIC et d’autres disciplines s’intéressant à la ville comme espace de vie, d’échanges, de médiation. Suite à l’intégration des nouveaux dispositifs sociotechniques dans les espaces urbains, de nouvelles formes d’urbanités voient le jour, de nouvelles formes de vie sociale et culturelle apparaissent dans les espaces en évolution : « les urbanités numériques » qu’Augustin Berque (Berque, 1995)  définit comme l’essence même des villes, « cette composition plus générale où les entités spatiales et les entités sociales entrent en résonance ». Nous essayerons de répondre à un certain nombre de questions : comment l’intégration des nouveaux dispositifs numériques modifie l’expérience sensible de l’usager dans l’espace urbain ? Comment analyser cet objet hybride (la ville) pour la penser ou repenser à partir des pratiques de ses usagers ? Les nouveaux dispositifs sociotechniques deviennent alors non seulement un outil de médiation entre l’usager et l’espace vécu, mais aussi un outil de médiation entre différentes catégories d’acteurs : décideurs, concepteurs et usagers.

Patrizia Laudati est architecte-urbaniste, diplômée de l’Université de Naples. Docteur ès Sciences de l’Information et de la Communication, elle est Professeur à l’Université de Valenciennes, où elle assure depuis 2008 la co-direction du laboratoire DeVisu Design Visuel et Urbain. Ses thématiques de recherche portent sur la communication et la sémiotique urbaine.

Elle est auteur de plusieurs publications concernant la sémantique de la ville et les outils d’aide à la décision en matière de projets architecturaux et urbain.

Lieux

  • Salle 2 - 2, rue des Canonniers (à deux minutes des gares de Lille Flandres et Lille Europe)
    Lille, France (59)

Dates

  • mercredi 15 octobre 2014
  • jeudi 16 octobre 2014
  • jeudi 05 février 2015
  • mercredi 18 février 2015
  • lundi 09 mars 2015
  • mercredi 25 mars 2015
  • jeudi 02 avril 2015

Mots-clés

  • méthodes, web, communauté, territoire, ville, cartographie, quantitatif, qualitatif

Contacts

  • Marta Severo
    courriel : marta [dot] severo [at] u-paris10 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marta Severo
    courriel : marta [dot] severo [at] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ville 2.0. soft data pour les politiques publiques de la ville », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 12 mars 2015, http://calenda.org/321890