Accueil1940-1950 : guerre, occupation et mutations sociales

1940-1950 : guerre, occupation et mutations sociales

1940-1950: war, occupation and social changes

Nouveaux regards sur les années 1940

New perspectives in the 1940s

*  *  *

Publié le jeudi 26 mars 2015 par Céline Guilleux

Résumé

L'année 1945 est souvent perçue comme une césure profonde. Or, cette vision occulte les continuités, les traumatismes et les règlements de compte de l’après-guerre qui ne peuvent se comprendre que lorsqu’on appréhende la décennie comme un ensemble. Cette approche sera au centre du colloque international organisé par l'université du Luxembourg, les 23 et 24 octobre 2015. Ce colloque a pour objectif d'éclairer les mutations profondes (politiques, idéologiques, culturelles, économiques) que connurent la société luxembourgeoise et les autres sociétés européennes, entre le déclenchement de la seconde guerre mondiale et le début de la Guerre froide.

Annonce

Colloque international et pluridisciplinaire, organisé par l’Université du Luxembourg, avec le soutien de Samsa Film, Think Twice et du Centre National de l’Audiovisuel, les 23 et 24 octobre 2015 au CNA, à Dudelange (Luxembourg).

Argumentaire

L'année 1945 est souvent perçue comme une césure profonde. Si la capitulation sans conditions du Troisième Reich est considérée une « heure zéro » pour l’Allemagne, la Libération des pays occupés est également perçu comme un nouveau départ, sur d’autres bases. Or, cette vision occulte les continuités, les traumatismes et les règlements de compte de l’après-guerre qui ne peuvent se comprendre que lorsqu’on appréhende la décennie comme un ensemble. Cette approche permet par ailleurs de discerner les mutations profondes que connurent les sociétés européennes entre le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et le début de la Guerre froide.

L’organisation du colloque s’inscrit dans le sillage de la sortie du film Eng nei Zaït (littéralement : « Une nouvelle ère », titre français : Demain, après la guerre). Ce film s’inspire d’un fait divers de l’après-guerre, l’assassinat d’une famille d’agriculteurs d’origine allemande, dont les membres étaient perçus comme des collaborateurs par leurs voisins luxembourgeois. En suivant l’enquête policière bâclée, le film aborde la question d’une société mise en branle par la guerre et qui, par-delà la restauration de l’ordre politique d’avant-guerre et le retour apparent à la normalité des temps de paix, demeurait agitée en ses tréfonds.

Jusqu’à une période récente, la Seconde Guerre mondiale a été présentée au Luxembourg comme une parenthèse douloureuse durant laquelle la nation, unie dans sa résistance à l’occupant, paracheva de se former. Aujourd’hui, la recherche se concentre d’un côté sur l’étude des différentes phases de la période d’occupation, sur les divisions qui ont parcouru la société luxembourgeoise et sur les aspects jusque-là moins étudiés comme la collaboration et la persécution des juifs ; d’un autre côté la recherche sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale telle qu’elle s’est formée dès l’immédiat après-guerre (à travers des monuments et commémorations, musées, films, littérature ainsi que dans l’espace familial) est également un domaine en plein développement.

Ce colloque a pour objectif de créer un lien entre l’étude des événements de l’occupation et celle de leur transmission mémorielle, d’aller au-delà de la césure de la Libération et de la fin de la guerre et d’étudier dans leur continuité des phénomènes politiques, idéologiques, culturels, économiques qui prirent leur essor durant les années de guerre et d’occupation mais continuèrent d’agiter les sociétés européennes durant la période de la reconstruction.

  • Nous proposons d’aborder les thèmes suivants lors du colloque, en liant à chaque fois l’analyse historique de la décennie et celle de ses représentations (filmiques, littéraires etc.).
  • Les deux épurations de la décennie : celle du régime nazi, celle qui a lieu à la Libération.
  • Un projet de régénération nationale : le rôle politique de la résistance dans la décennie.
  • Le gouvernement en exil : entre reconnaissance internationale et recherche de légitimité intérieure.
  • L’économie de guerre : destructions, reconstructions, thésaurisation.
  • Une société en mouvement : vers l’émancipation de la jeunesse et des femmes ?.

Si le colloque prend pour point de départ la situation au Luxembourg, nous souhaiterions également recevoir des contributions qui analysent la situation dans d’autres pays d’Europe durant la même période. Une approche comparative serait un enrichissement évident pour l’étude historique de cette période.

Modalités de soumission

Le colloque se tiendra en langues française et allemande. Nous invitons toutes les personnes intéressées à soumettre une proposition de 3.000 à 5.000 signes, espaces compris, ainsi qu’un CV à Sonja Kmec (sonja.kmec@uni.lu),

jusqu’au 1er juin 2015.

La liste des participants au colloque sera fixée deux semaines plus tard et les textes définitifs devront être remis jusqu’au 25 septembre 2015. Les organisateurs du colloque prendront en charge la moitié des frais de transport et de séjour des participants.

Comité d’organisation

  • Ass.-Prof. Dr. Sonja KMEC,
  • Dr. Vincent ARTUSO.

Comité scientifique

  • Denis Scuto, professeur à l’Université du Luxembourg,
  • Sonja Kmec, assistant-professeure à l’Université du Luxembourg ,
  • Vincent Artuso, docteur en Histoire.

Lieux

  • Centre National de l'Audiovisuel - 1b rue du Centenaire
    Dudelange, Grand-Duché de Luxembourg (L-3475)

Dates

  • lundi 01 juin 2015

Mots-clés

  • résistance, collaboration, libération, épuration, économie de guerre, reconstruction

Contacts

  • Sonja Kmec
    courriel : sonja [dot] kmec [at] uni [dot] lu

Source de l'information

  • Sonja Kmec
    courriel : sonja [dot] kmec [at] uni [dot] lu

Pour citer cette annonce

« 1940-1950 : guerre, occupation et mutations sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 26 mars 2015, http://calenda.org/321943