AccueilSe réorienter dans la pensée

Se réorienter dans la pensée

Reorientating the self in thought

Femmes, philosophie et arts, autour de Michèle Le Dœuff

Women, philosophy, the arts and Michèle Le Dœuff

*  *  *

Publié le jeudi 19 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

Des Essais de Montaigne, du Discours de la méthode de Descartes ou d’Ecce Homo de Friedrich Nietzsche jusqu’à Circonfession de Jacques Derrida ou Un ton pour la philosophie de Stanley Cavell, quelques grands textes philosophiques s’offrent comme de merveilleux « récits d’exploration intellectuelle ». Autrement dit des textes dans lesquels, à un moment de sa vie, un sujet s’est réorienté dans la pensée. Mais qu’est-ce que « se réorienter dans la pensée », se demande Michèle Le Doeuff dans L’Étude et le Rouet ? C’est « s’apercevoir qu’on est en train de se promener quelque part avec une carte qui n’est pas la bonne parce qu’on n’a pas pris en compte où l’on était ». Si s’orienter suppose un principe subjectif pratique et universalisable (distinguer sa droite et sa gauche afin de se situer dans l’espace), se réorienter implique à la fois une intention et une décision plus fondamentales afin, par le trajet fixé, de faire surgir l’espace de référence que l’on se donne. L’Étude et le Rouet est le récit d’un tel geste, à savoir reconnaître qu’en dépréciant les femmes, en les condamnant à n’être qu’un simple objet de réflexion, voire en les excluant, la philosophie « échoue à tenir sa promesse fondamentale de constituer une rationalité-en-commun ».

Annonce

« La considération de “ce que l’on est” est le plus problématique, écrit Le Dœuff ; un “je” qui se cherche, et cherche où il en est, en ayant pris acte d’un exil ou, mieux, d’une insituation qu’on cherche à dépasser. » (L’Étude et le Rouet, Seuil, p. 220). 

Argumentaire

Des Essais de Montaigne, du Discours de la méthode de Descartes ou d’Ecce Homo de Friedrich Nietzsche jusqu’à Circonfession de Jacques Derrida ou Un ton pour la philosophie de Stanley Cavell, quelques grands textes philosophiques s’offrent comme de merveilleux « récits d’exploration intellectuelle ». Autrement dit des textes dans lesquels, à un moment de sa vie, un sujet s’est réorienté dans la pensée. Mais qu’est-ce que « se réorienter dans la pensée », se demande Michèle Le Doeuff dans L’Étude et le Rouet ? C’est « s’apercevoir qu’on est en train de se promener quelque part avec une carte qui n’est pas la bonne parce qu’on n’a pas pris en compte où l’on était ». Si s’orienter suppose un principe subjectif pratique et universalisable (distinguer sa droite et sa gauche afin de se situer dans l’espace), se réorienter implique à la fois une intention et une décision plus fondamentales afin, par le trajet fixé, de faire surgir l’espace de référence que l’on se donne. L’Étude et le Rouet est le récit d’un tel geste, à savoir reconnaître qu’en dépréciant les femmes, en les condamnant à n’être qu’un simple objet de réflexion, voire en les excluant, la philosophie « échoue à tenir sa promesse fondamentale de constituer une rationalité-en-commun ». Or s’être malgré tout voulue philosophe, plus encore, avoir fait de cette position marginale l’un des principaux objets de sa pensée, telle fut la réorientation décisive entreprise par Michèle Le Dœuff.

Or ce choix s’est fait pour l’essentiel au sein des institutions nationales ; il appartient à une histoire aujourd’hui trop rarement interrogée. En 1968, Michèle Le Dœuff rencontre Vladimir Jankélévitch qui devient son directeur de maîtrise et l’oriente vers la philosophie morale. Titulaire des concours, elle devient chargée de cours en 1972 puis caïmane l’année suivante à l’ENS de Fontenay-aux-Roses, établissement non mixte. C’est dans le contexte de la préparation à l’agrégation qu’elle met en place, à partir de 1976, un séminaire consacré aux femmes et à la philosophie. « Cheveux longs, idées courtes », écrit pendant l’été 1976, est publié en anglais au printemps 1977 dans Radical Philosophy. Ce texte est le préambule du séminaire qui se tient à l’ENS de Fontenay-aux-Roses jusqu’en 1978, en pleine effervescence du Mouvement de libération des femmes – Michèle Le Dœuff est alors militante au MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception). En 1980, elle soutient sa thèse, Recherches sur l’imaginaire philosophique (Payot), sous la direction d’Hélène Védrine, puis quitte l’ENS pour un poste au CNRS en 1983, où elle rejoint un peu plus tard le CRAL (Centre de recherches sur les arts et le langage, EHESS), qu’elle ne quittera plus. Dans le même temps, elle est régulièrement invitée à Oxford, dont elle fait sa résidence saisonnière, et à Genève, où elle occupe la chaire d’études féminines.

À l’heure où la réflexion sur la sexualité et le genre se trouve parasitée par les polémiques nées lors des débats sur le « Mariage pour tous », il est essentiel de revenir sur certaines des étapes qui ont scandé l’histoire de la pensée féministe en France ces trente dernières années. L’œuvre de Michèle Le Dœuff constitue l’une de ces étapes. Son réexamen s’inscrit dans la possible généalogie d’une voie française vers les études sur les sexualités et le genre : une voie française issue des cadres de pensée (la philosophie) et des institutions (l’ENS de Fontenay) les plus traditionnels, mais qui a ensuite emprunté quelques chemins de traverse, hors université et outre-atlantique. C’est aujourd’hui essentiellement à travers le prisme des Feminist Studies anglo-saxonnes que les travaux de Michèle Le Dœuff nous sont connus : ce croisement géographique et culturel est fécond, mais il risque néanmoins de nous faire manquer ce qui s’est joué en France durant les années 1970 et 1980, ou ce que pouvait avoir de paradoxal la défense de l’autrice du Deuxième Sexe, auquel L’Étude et le Rouet accorde une part importante, dans un champ intellectuel anglo-saxon peu enclin à valoriser l’universalisme d’une Simone de Beauvoir. C’est donc à s’interroger sur la singularité d’un parcours de chercheuse et sur les objets qui furent les siens que nous invitons, afin de participer à une histoire du féminisme à la française, en particulier de son versant philosophique, encore à construire.

Les contributions pourront emprunter les différentes voies ouvertes par l’œuvre de Michèle Le Dœuff. Tout d’abord celle de l’émergence progressive de la rationalité moderne, qu’explorait sa traduction de La Nouvelle Atlantide ou Du progrès et de la promotion des savoirs de Francis Bacon, l’un des fondateurs des règles de la pensée expérimentale. Mais tout autant ce qui constitue l’impensé de cette histoire censée obéir à une logique de progrès continu et irréversible, à savoir son oubli des femmes, laissées à l’écart, ainsi que le montraient « Cheveux longs, idées courtes » dans L’Imaginaire philosophique (1980), puis L’Étude et le rouet (1989), et Le Sexe du savoir (1998), principales étapes d’une vaste relecture de la philosophie depuis ses origines grecques sous l’angle de cette marginalisation. Du choc entre une histoire officielle et sa relecture féministe résulte une troisième voie qu’il reste à emprunter et que l’on pourrait définir comme échappée vers l’imaginaire : l’illustre, entre autres, la traduction de Vénus et Adonis de Shakespeare. Les domaines explorés couvriront tous les champs concernés par cette réflexion : philosophie, littérature, histoire, sociologie, arts vivants et musicologie, etc.

Modalités pratiques d'envoi des propositions 

Les propositions de contribution (500 mots environ) peuvent être soumises à Jean-Louis Jeannelle (jeannelle@fabula.org) et Audrey Lasserre (audrey.lasserre@univ-paris3.fr)

avant le 30 avril 2015. 

Comité scientifique

  • Christine Bard (Université d’Angers, France),
  • Penelope Deutscher (Northwestern University, États-Unis d’Amérique),
  • Michel Kail (Paris, France),
  • Liliane Kandel (Les Temps modernes, Prix Simone de Beauvoir, France),
  • Marguerite La Caze (The University of Queensland, Australie),
  • Nicole Mosconi (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France),
  • Anne Simon (CNRS / EHESS, France).
  • Francine MARKOVITS (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France)
  • André PESSEL (IGEN honoraire, France)

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • jeudi 30 avril 2015

Mots-clés

  • pensée, féminisme, femmes, imaginaire, interdisciplinarité, Michèle Le Dœuff

Contacts

  • Jean-Louis Jeannelle
    courriel : jeannelle [at] fabula [dot] org
  • Audrey Lasserre
    courriel : audrey [dot] lasserre [at] univ-paris3 [dot] fr

Source de l'information

  • Audrey Lasserre
    courriel : audrey [dot] lasserre [at] univ-paris3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Se réorienter dans la pensée », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 19 mars 2015, http://calenda.org/321972